LMR #100 : Droit de la consommation : ce qui change en 2024

LMR #100 : Droit de la consommation : ce qui change en 2024

L’année 2024 consacre plusieurs changements en droit de la consommation en France.

 

À partir de février 2024, les places de marché en ligne sont soumises à de nouvelles obligations renforçant l’information des consommateurs. (Règlement (UE) 2022/2065 du Parlement européen et du Conseil du 19 octobre 2022 relatif à un marché unique des services numériques et modifiant la directive 2000/31/CE (« Digital Services Act » ou DSA)).

 

L’étiquetage des produits d’hygiène féminine doit faire l’objet d’une information renforcée à l’égard des consommateurs : composition, modalités et précautions d’utilisation doivent y figurer.

 

L’indice de réparabilité, mis en place par la loi AGEC pour certains produits, se transforme en indice de durabilité. (Loi n° 2020-105 du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire).

 

L’information du consommateur ayant souscrit un prêt est renforcée sur ses droits en cas de rachat de sa dette par un nouveau créancier. (Directive (UE) 2021/2167 du Parlement européen et du Conseil du 24 novembre 2021 sur les gestionnaires de crédits et les acheteurs de crédits, et modifiant les directives 2008/48/CE et 2014/17/UE).

 

À compter du 1er janvier 2024, le contrôle de la sécurité sanitaire des aliments est exclusivement confié à la DGAI, et le contrôle des établissements de fabrication et de conditionnement des produits cosmétiques est exclusivement confié à la DGCCRF.

 

 

Pour recevoir La Minute des Réseaux directement sur votre téléphone portable via notre compte WhatsApp,

vous pouvez scanner notre QR code :

 

Sommaire

Autres articles

some
LMR #122 : La validité des clauses de non-concurrence post-contractuelle : actualité jurisprudentielle
La validité des clauses de non-concurrence post-contractuelle : actualité jurisprudentielle La validité des clauses de non-concurrence post-contractuelle est soumise à quatre conditions (L.341-2 C.com).   Ces quatre conditions sont : l’activité interdite doit être celle objet du contrat ; la…
some
LMR #121 : Les contours de l’obligation de transmission du savoir-faire du franchiseur
Les contours de l’obligation de transmission du savoir-faire du franchiseur Le savoir-faire est un ensemble secret, substantiel et identifié d’informations pratiques non brevetées, résultant de l’expérience du franchiseur et testées par celui-ci (Article 1 j du règlement d’exemption 2022/720 du…
some
La prescription de l’action des professionnels à l’encontre des consommateurs
La prescription de l’action des professionnels à l’encontre des consommateurs Lors de la rédaction de documents commerciaux applicables à l’égard des consommateurs (conditions générales de vente, contrats, etc.), le professionnel doit veiller à prévoir un délai de prescription biennale (auquel…
some
L’obligation d’emploi de la langue française
L’obligation d’emploi de la langue française Le professionnel est tenu d’employer la langue française : (i) dans l’ensemble des documents destinés aux consommateurs (notamment : la présentation de l’offre, le mode d’emploi ou d’utilisation, la description de l’étendue des conditions…
some
« Dark Patterns » : une pratique commerciale trompeuse
« Dark Patterns » : une pratique commerciale trompeuse   Pour ne pas risquer d’être condamné pour pratique commerciale trompeuse ou agressive liée à la présence de « dark patterns » sur son site internet, le professionnel doit notamment veiller à : ne…
some
LMR #120 : Devoir spécial d’information et devoir général d’information du franchiseur
Devoir spécial d’information et devoir général d’information du franchiseur Tant les juges du fond que la Cour de cassation sanctionnent un franchiseur pour avoir passé sous silence une information non visée par l’article R. 330-1 du Code de commerce.  …