Le contrôle des sites internet par les agents de la DGCCRF s’intensifie

Le contrôle des sites internet par les agents de la DGCCRF s’intensifie

Ce qu’il faut retenir :

Afin de disposer d’un site internet en conformité au regard des dispositions du droit de la consommation et éviter toute sanction de la DGCCRF à la suite d’un contrôle, vous devez notamment :

  • répondre aux exigences en matière d’obligation d’informations précontractuelles (caractéristiques essentielles du bien ou service, prix, délai de livraison, coordonnées et identité du professionnel, garanties légales, droit de rétractation, etc.)  ;
  • satisfaire aux exigences relatives à l’affichage du prix et, en particulier, veiller au respect de la réglementation liée aux promotions ;
  • renoncer à toutes pratiques qui seraient susceptibles d’induire le consommateur en erreur.

 

9.182, c’est le nombre de sites internet contrôlés par les agents de la DGCCRF en 2023.

Dans sa communication en date du 23 novembre, la DGCCRF rappelle que le commerce électronique représente une part croissante de ses contrôles, passant de 12% en 2022, à près de 17 % en 2023.

 

Parmi les sites internet contrôlés, la moitié d’entre eux était en anomalie. Toutefois, la DGCCRF précise que cette proportion est à relativiser dans la mesure où les contrôles effectués par les agents n’étaient pas aléatoires mais faisaient suite à des plaintes ou à des actions ciblées.

Les manquements constatés par les agents de la DGCCRF rappellent que le droit de la consommation est encore trop méconnu par les professionnels.

 

En effet, le bilan des contrôles menés démontre notamment que certains professionnels vendent sur internet des produits non-conformes ou dangereux, recourent à des fausses réductions, ou ne respectent pas leurs obligations en matière d’informations précontractuelles (en ce que compris les informations relatives au droit de rétraction) ne leur permettant pas, en conséquence, d’obtenir le consentement libre et éclairé du consommateur. De même, des pratiques commerciales trompeuses de nature à induire en erreur le consommateur (telles que des omissions, des dissimulations, des allégations ou encore des présentations fausses sur les caractéristiques du produit ou du service ou sur l’identité du professionnel) ont été fréquemment constatées sur les sites internet des professionnels par les agents de la DGCCRF.

 

A la suite de ces contrôles, 2.267 sociétés ont été destinataires d’un avertissement, 1.974 d’une injonction de mise en conformité et 242 d’un procès-verbal.

 

Article extrait de la Lettre de la Consommation, rédigée par Justine Grandmaire, avocate Counsel et Claire Sicard, avocate

 

Sommaire

Autres articles

some
LMR #122 : La validité des clauses de non-concurrence post-contractuelle : actualité jurisprudentielle
La validité des clauses de non-concurrence post-contractuelle : actualité jurisprudentielle La validité des clauses de non-concurrence post-contractuelle est soumise à quatre conditions (L.341-2 C.com).   Ces quatre conditions sont : l’activité interdite doit être celle objet du contrat ; la…
some
LMR #121 : Les contours de l’obligation de transmission du savoir-faire du franchiseur
Les contours de l’obligation de transmission du savoir-faire du franchiseur Le savoir-faire est un ensemble secret, substantiel et identifié d’informations pratiques non brevetées, résultant de l’expérience du franchiseur et testées par celui-ci (Article 1 j du règlement d’exemption 2022/720 du…
some
La prescription de l’action des professionnels à l’encontre des consommateurs
La prescription de l’action des professionnels à l’encontre des consommateurs Lors de la rédaction de documents commerciaux applicables à l’égard des consommateurs (conditions générales de vente, contrats, etc.), le professionnel doit veiller à prévoir un délai de prescription biennale (auquel…
some
L’obligation d’emploi de la langue française
L’obligation d’emploi de la langue française Le professionnel est tenu d’employer la langue française : (i) dans l’ensemble des documents destinés aux consommateurs (notamment : la présentation de l’offre, le mode d’emploi ou d’utilisation, la description de l’étendue des conditions…
some
« Dark Patterns » : une pratique commerciale trompeuse
« Dark Patterns » : une pratique commerciale trompeuse   Pour ne pas risquer d’être condamné pour pratique commerciale trompeuse ou agressive liée à la présence de « dark patterns » sur son site internet, le professionnel doit notamment veiller à : ne…
some
LMR #120 : Devoir spécial d’information et devoir général d’information du franchiseur
Devoir spécial d’information et devoir général d’information du franchiseur Tant les juges du fond que la Cour de cassation sanctionnent un franchiseur pour avoir passé sous silence une information non visée par l’article R. 330-1 du Code de commerce.  …