webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >International
 

Rupture brutale d’une relation commerciale établie et contexte international - Cass. com., 25 mars 2014, pourvoi n°12-29.534

Flash jurisprudentiel suite à un arrêt rendu par la Cour de Cassation le 25 mars 2014 dernier en matière de rupture brutale d’une relation commerciale établie et contexte international.

Le contrat de distribution internationale soulève des problématiques classiques de droit international privé, notamment lorsque le détaillant réclame une indemnisation consécutivement à la rupture du contrat à l’initiative du fournisseur :

-        conflits de juridiction, afin de déterminer le tribunal compétent pour connaître d’une telle action (pour une application récente, dans un contexte européen, V. CJUE, 19 déc. 2013, aff. C-9/12, Corman-Collins c/ La maison du whisky, Dalloz actualité, 20 janv. 2014, obs. F. Mélin) ;

-        conflit de lois, afin de désigner la loi compétente.

C’est ce dont il est question dans le présent litige sur lequel la Cour de Cassation a rendu son arrêt le 25 mars 2014, admettant que le distributeur chilien évincé par le fournisseur français puisse se prévaloir de l’article L.442-6, I, 5° du Code de commerce pour obtenir une indemnisation.

Un distributeur, qui, depuis 1991, distribuait au Chili les parfums et produits cosmétiques d’une célèbre société française, a conclu avec cette dernière, le 1er janvier 1999, un contrat de distribution d’une durée de trois ans, renouvelable ensuite pour une durée indéterminée. Par lettre du 23 mai 2003, la société française lui a notifié la résiliation immédiate du contrat de distribution.

Estimant cette rupture brutale et abusive et reprochant à la société française des manquements à ses obligations contractuelles, notamment à la clause d’exclusivité dont elle bénéficiait, la société chilienne l’a fait assigner en réparation de ses préjudices. Cette dernière se prévaut de l’article L.442-6, I, 5° du Code de commerce qui confère au distributeur la possibilité d’être indemnisé en cas de rupture d’une relation commerciale établie.

Elle obtient gain de cause.

En défense, la société française répond que cette disposition n’est pas applicable, dans la mesure où le dommage s’est en l’espèce produit au Chili.

Malgré le désaccord entre les parties, il y a un élément sur lequel elles se rejoignent : le litige relève de la matière délictuelle et non pas contractuelle. La Cour de cassation l’a d’ailleurs déjà admis à plusieurs reprises (Voir par exemple la décision : Cass. com., 4 octobre 2011, pourvoi n°10-20.240, Bull. civ. IV, n° 151 ; Dalloz actualité, 12 oct. 2011, obs. X. Delpech ; D. 2011. Pan. 2961, obs. Centre de droit de la concurrence Yves Serra ; RTD com. 2011. 790, obs. B. Bouloc ; CCC 2011, n° 259, obs. N. Mathey).

L’action prévue par cet article vise, en effet, à sanctionner la brutalité de la rupture et non la rupture elle-même ; c’est pour cette raison qu’elle est de nature délictuelle.

La loi compétente est donc la lex loci delicti ou loi du lieu de réalisation du dommage.

Le dommage s’est-il produit en France, entrainant l’application de la loi française et donc de l’article L.442-6, I, 5° du Code de commerce ou, comme le prétendait la société française, au Chili, dont la loi est probablement moins protectrice pour le distributeur évincé que la loi française ?

Pour la Cour de cassation, il s’est produit en France. Il en est ainsi parce que le délit en cause est de nature complexe, car il y a dissociation entre son fait générateur (en France) et son dommage (au Chili).

Or, affirme la Cour de cassation, « en cas de délit complexe, il y a lieu de rechercher le pays présentant les liens les plus étroits avec le fait dommageable, l’arrêt [d’appel] retient que ces liens résultent en l’espèce de la relation contractuelle préexistant depuis plus de douze ans entre les parties, que celles-ci ont formalisé par un contrat conclu à Paris, en désignant le droit français comme loi applicable et le tribunal de commerce de Paris comme juridiction compétente».

La méthode du faisceau d’indices a ainsi permis de « localiser » le délit en France, entraînant l’application de la loi française, précisément de l’article L.442-6, I, 5° du Code de commerce.

VOIR AUSSI

Deux nouvelles listes négatives pour les investissements étrangers en Chine

Evolution et perspective

- Vu : 1419

Les 28 juin et 30 juin 2018, la Chine, par ces deux institutions publiques : la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR) et le ministère du Commerce (MOFCOM), a dévoilé respectivement deux nouvelles listes négatives (l'une pour une mise en application à l'échelle nationale et l'autre portant sur les zones franches) pour les investissements étrangers en Chine.

> Lire la suite

Tribunal compétent dans l’Union : litige entre actionnaires

CJUE, 7 mars 2018, aff. C-560/16

- Vu : 2229

Un recours ayant pour objet le contrôle du caractère raisonnable d’une contrepartie, dans le cadre d’une procédure d’éviction des actionnaires minoritaires, relève de la compétence exclusive des tribunaux de l’Etat membre sur le territoire duquel cette société est établie.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 102642
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87359
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 42474
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 42300
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©