webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Rupture de relation commerciale et reconversion de la victime

CA Paris, 12 septembre 2018, n°15/15234

A la différence de la solution retenue en cas de rupture brutale de relations commerciales établies, la Cour d’appel de Paris tient compte de la reconversion de la victime dans l’évaluation du préjudice indemnisable sur le fondement contractuel.

Deux sociétés, l’importateur d’une marque et un concessionnaire et réparateur, ont conclu en 2008 et 2010 deux contrats de concession et de réparateur agréé de la marque, pour deux sites distincts et pour une durée indéterminée.

Chacun des contrats prévoyait une clause de résiliation, aux termes de laquelle une résiliation de plein droit était possible en cas de manquement par l’une des parties à ses obligations contractuelles, de façon grave et répétée. La résiliation était encore possible en l’absence de motif, sous réserve de respecter un préavis de 24 mois.

En 2012, l’importateur a informé le concessionnaire et réparateur agréé de sa volonté de résilier les contrats à durée indéterminée, en respectant le préavis contractuel de 24 mois. En réponse, le concessionnaire a notifié à son cocontractant sa décision de mettre un terme à l’exploitation de l’un des deux sites, sans respect du préavis, au motif que ce point de vente présentait des résultats déficitaires. Après une ultime mise en demeure restée sans réponse, l’importateur a assigné son ancien cocontractant sur le fondement de la responsabilité contractuelle devant le tribunal de grande instance de Paris, afin d’obtenir notamment sa condamnation au paiement de diverses sommes. Il était en outre demandé au tribunal de le condamner à payer des dommages-intérêts au titre des 23 mois de préavis n’ayant pas été exécutés, le concessionnaire ne justifiant d’aucun motif sérieux permettant cette rupture anticipée. Par jugement du 25 juin 2015, le tribunal de grande instance a notamment condamné le concessionnaire au paiement de 80.000 € au titre du préjudice financier subi par l’importateur en raison de la rupture de la relation commerciale, évalué à la marge brute perdue durant les 23 mois du préavis non respecté.

Relevant appel de ce jugement, le concessionnaire contestait le caractère abusif de la rupture du contrat. Par ailleurs, il demandait à la Cour d’appel de Paris de limiter le montant des dommages-intérêts alloués au titre du préjudice financier.

La Cour d’appel de Paris déboute le concessionnaire, jugeant fautive la rupture de la relation commerciale à son initiative. Toutefois, sur le point de l’évaluation du préjudice, la Cour d’appel retient que :

  • les dommages-intérêts alloués à une victime « doivent réparer le préjudice subi, sans qu’il en résulte pour elle ni perte ni profit » ;
  • le préjudice de l’intimé doit donc correspondre à la perte de marge brute effectivement subie.

Partant, la Cour d’appel de Paris relève que l’importateur avait désigné durant la durée de préavis contractuel un nouveau concessionnaire, de sorte que la perte de marge brute sur coûts variables se limitait à 14 mois, et non 23.

En matière contractuelle, la Cour d’appel de Paris admet donc la prise en compte de la reconversion de la victime de la rupture de la relation commerciale dans l’évaluation du préjudice. A contrario, sur le fondement de l’article L. 442-6, I, 5° du Code de commerce sanctionnant la rupture brutale de relation commerciale établie, la Cour de cassation refuse systématiquement de prendre en compte un quelconque évènement postérieur à la rupture, tel qu’une reconversion de la victime (Cass. com., 5 juillet 2017, pourvoi n°16-14201).

En outre, dans les fiches méthodologiques publiées par la Cour d’appel de Paris en octobre 2017, il était clairement indiqué que « la reconversion effective de la victime, intervenue après la rupture, ne peut venir modérer l’évaluation de ce gain manqué », par référence à la jurisprudence constante de la Cour de cassation qui exige une évaluation du préjudice au moment de la rupture.

Cette dualité de régimes est source d’insécurité juridique et n’est donc pas satisfaisante ; il serait préférable de se tourner vers une convergence des solutions permettant à la victime d’obtenir l’indemnisation du préjudice effectivement subi apprécié au jour de l’introduction de son instance, indépendamment du fondement juridique choisi.

A rapprocher : Rupture brutale de relations commerciales et préjudice indemnisable ; Le préjudice indemnisable par suite de la rupture brutale du contrat

VOIR AUSSI

Information précontractuelle et charge de la preuve – CA Basse-Terre, 20 octobre 2003, Juris-Data n°2003-247239

BRÈVE

- Vu : 152

La nullité du contrat de franchise ne peut être prononcée que si le défaut d’information par le franchiseur a vicié le consentement du candidat à la franchise.

> Lire la suite

Nullité du contrat de franchise - CA Paris, 18 juin 1997, Juris-Data n°1997-021947

BRÈVE

- Vu : 119

Le non-respect par le franchiseur de son obligation précontractuelle de renseignement n’entraîne la nullité du contrat de franchise que s’il n’a pas transmis au candidat à la franchise les informations essentielles lui permettant de contracter en pleine connaissance de cause.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 71602
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 52514
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 37768
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 33224
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©