webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >International
 

Rupture brutale des relations commerciales établies dans les rapports internationaux - CA Paris, 4 oct. 2012, RG n°11/17783

La Cour d’appel de Paris précise que les dispositions de l’article L. 442-6, 5° du code de commerce constituent des dispositions de police, présentant un caractère impératif, qui régissaient donc la situation qui lui était soumise.


La Cour d’appel de Paris s’est prononcée dans un litige opposant une marque de parfums et de cosmétiques de luxe, et son ancien distributeur exclusif au Chili. Dans cette affaire, deux griefs principaux étaient formulés par la société chilienne : la violation de son exclusivité territoriale par le fournisseur français, et la rupture brutale des relations commerciales établies (art. L. 442-6, I, 5° c. com.).

S’agissant du premier grief, la société française est condamnée pour avoir réalisé des ventes directes auprès de distributeurs chiliens situés sur le territoire contractuel, en violation de la clause contenue dans le contrat qui accordait expressément au distributeur l’exclusivité d’importation et de vente des produits dans le territoire. La cour rejette les tentatives de justifications apportées par le fournisseur français, qui se prévalait d’ « erreurs » commises par lui, dont il diminuait l’importance, et avait prétendu – sans convaincre les magistrats – que les zones aéroportuaires (duty free et duty paid) constitueraient des marchés distincts du marché local, avec lequel elles n’entreraient donc pas en concurrence.

S’agissant du second grief, la Cour se prononce en faveur du distributeur, considérant que la loi française s’applique, quoiqu’il s’agisse d’une relation internationale.

Elle rejette ainsi l’argumentation du fournisseur (en faveur de la loi chilienne), en indiquant que s’agissant d’un cas de responsabilité délictuelle, la loi du lieu où est survenu le fait dommageable s’applique.

En l’espèce, la cour retient que le fait générateur est constitué par la rupture du contrat, qui a été prononcée en France. Elle précise même qu’en présence d’un délit complexe, dans lequel le lieu du fait générateur et le lieu du dommage sont distincts, il convient de rechercher le pays présentant les liens les plus étroits avec le fait dommageable, qu’elle considère être la France. En outre, la Cour d’appel de Paris précise que les dispositions de l’article L. 442-6, 5° du code de commerce constituent des dispositions de police, présentant un caractère impératif, qui régissaient donc la situation qui lui était soumise.

Considérant que le fournisseur n’avait établi aucune faute justifiant la rupture immédiate de la relation (et n’avait d’ailleurs pas visé les dispositions contractuelles de résiliation ou de suspension du contrat lors de la rupture), la cour juge qu’un préavis de 18 mois aurait dû être respecté (au regard d’une relation de 12 ans) et condamne ainsi le fournisseur à indemniser le distributeur, à la fois pour la perte de marge mais également pour un préjudice moral lié à l’arrêt soudain des relations avec la marque de renom après 12 ans.

VOIR AUSSI

CHINE : Projet de loi relatif aux Investissements Directs Étrangers

- Vu : 718

Ce Projet de loi devrait permettre de favoriser davantage les droits des investisseurs étrangers en Chine.

> Lire la suite

Pratique commerciale déloyale au sens de la directive 2005/29/CE

Cass. civ. 1ère, 14 déc. 2016, n° 14-11.437

- Vu : 3363

La « pratique commerciale consistant en la vente d’un ordinateur équipé de logiciels préinstallés ne constitue pas, en tant que telle, une pratique commerciale déloyale au sens de l’article 5, paragraphe 2 de la directive 2005/29/CE du Parlement européen et du Conseil, du 11 mai 2005, relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs ».

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 100235
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86843
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41713
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 40850
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©