webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

L’action en requalification d’un contrat de location-gérance

Cass. civ. 3ème, 3 décembre 2015, pourvoi n° 14-19.146

La prescription de deux ans de la demande en requalification d’un contrat de location-gérance court à compter de la signature du contrat. 



Ce qu’il faut retenir : La prescription de deux ans de la demande en requalification d’un contrat de location-gérance court à compter de la signature du contrat. 

Pour approfondir : Compte tenu de la rigidité du statut des baux commerciaux, les propriétaires de locaux commerciaux peuvent être tentés de conclure en lieu et place d’un bail commercial d’autres conventions d’occupation moins réglementées. Parmi ces conventions moins protectrices, il est possible de citer notamment les conventions d’occupation précaires, le bail dérogatoire et les conventions de location gérance.

Dès lors que la convention qui a été conclue viole les dispositions d’ordre public du statut des baux commerciaux, le preneur peut en solliciter la requalification. 

Il faut tout de même prendre garde car cette action en requalification est enfermée dans le délai biennal prévu par l’article L. 145-60 du Code de commerce ; ce délai courant à compter de la signature du contrat litigieux.

En l’espèce, l’exploitant d’un local commercial a donné en location-gérance son fonds de commerce. Le contrat litigieux a fait l’objet de plusieurs renouvellements pour enfin être dénoncé par l’exploitant, l’éviction n’étant évidemment pas soumise à indemnité d’éviction. C’est dans ces circonstances que le locataire-gérant a assigné l’exploitant en requalification du contrat de location gérance, au motif qu’il était en réalité un bail commercial en raison de l’inexistence de la clientèle. S’agissant de la prescription, le locataire gérant avait considéré que son action n’était pas prescrite puisqu’elle avait été introduite dans le délai de deux ans suivant la conclusion du contrant renouvelé.

La Cour de cassation confirme l’arrêt de la Cour d’appel de PARIS qui avait jugé l’action introduite par le preneur comme prescrite. En effet, la Haute juridiction réaffirme fermement  le principe selon lequel le délai de prescription biennale court à compter de la conclusion du contrat, le renouvellement ne remettant nullement en cause les éléments permettant dès l’origine de solliciter la requalification. 

Cette décision pleine de bon sens avait déjà conduit Jean-Pierre BLATTER à affirmer que le « renouvellement du contrat, tacite ou exprès, ne saurait faire revivre une action définitivement prescrite, faute de quoi elle deviendrait par l'effet du renouvellement du contrat imprescriptible, alors pourtant que les motifs de nullité invoqués existent depuis l'origine des relations contractuelles, comme en l'espèce le caractère inexistant de la clientèle. »

Néanmoins, la modification introduite par la loi n° 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, dite loi Pinel, qui prévoit que les clauses violant le statut des baux commerciaux sont non plus nulles mais réputées non écrites serait susceptible de changer l'analyse. Le législateur allant toujours vers une protection plus accrue du preneur.

A rapprocher : Cass. civ. 3ème, 1er octobre 2014, pourvoi n°13-16.806

VOIR AUSSI

Responsabilité du diagnostiqueur

Cass. civ. 3ème, 2 juin 2016, pourvoi n°15-16.967

- Vu : 2861

Le diagnostiqueur qui a réalisé un mesurage erroné doit indemniser l’acquéreur du fait des frais bancaires supplémentaires engendrés ainsi que du surcoût de la commission d’agence, proportionnelle au prix de vente.

> Lire la suite

Conditions de l’action en expulsion du sous-locataire par le bailleur - Cass. civ. 3ème, 1er février 2012, pourvoi n°10-22.863

- Vu : 9531
Ce n’est qu’après la résiliation ou l’absence de renouvellement du bail principal que le bailleur principal pourra obtenir l’expulsion du sous-locataire. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83604
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 81856
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39233
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37628
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©