webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >International
 

La libéralisation du marché de la santé au Brésil

Le Parlement brésilien a passé une nouvelle Loi afin de libéraliser la présence des investisseurs étrangers sur le marché de la santé.

Le 20 janvier 2015, le gouvernement brésilien a annoncé la promulgation de la loi n°13.097/2015 (la « Loi »). La Loi libéralise le marché des établissements privés de santé, en autorisant les entreprises étrangères à entrer au capital d’un partenaire brésilien ou à s’implanter directement dans le pays. La promulgation de la Loi est l’occasion pour nous de vous présenter le cadre juridique et économique du marché de la santé au Brésil.

Qu’en est-il du cadre légal du marché de la santé ?

Cette récente évolution législative est la conséquence de la politique de libéralisation de l’économie brésilienne  qui se poursuit depuis les années 1990. Les établissements privés de santé restaient un des rares secteurs de l’économie fermés aux capitaux étrangers.

En effet, la loi n°9.656 de 1998 avait ouvert aux étrangers le droit de détenir des actions et/ou contrôler des compagnies d’assurance de santé brésiliennes, qui elles-mêmes pouvaient détenir leurs propres hôpitaux. La nouvelle Loi saute le pas et pose le principe de la liberté de mouvement des capitaux sur le marché de la santé.

La Loi permet la participation directe ou indirecte, y compris le contrôle, par des sociétés étrangères et/ou du capital étranger dans les services d’assistance médicale dans les cas suivants :

  • Création ou exploitation des hôpitaux ou cliniques généralistes ou spécialisées ;
  • Actions et recherches dans le domaine de la planification familiale ;
  • Services de santé maintenus, sans but lucratif, par les entreprises destinés aux employés.

La nouvelle Loi est considérée comme un progrès par les principaux commentateurs juridiques brésiliens, qui estiment dès lors probable de voir arriver de nouveaux investisseurs étrangers sur ce secteur (Consultor Juridico, 31/01/2015).

Qu’en est-il du contexte économique ?

La récente émergence d’une importante classe moyenne au Brésil et la pression sur le budget du gouvernement des dépenses de santé constituent des facteurs favorables aux investisseurs intéressés par ce marché. En outre, cela souligne les opportunités d’un marché encore fragmentaire et en développement, puisqu’aucun réseau d’hôpitaux privés ne détient plus de 1% des parts de marché en nombre de lits (2014, O mercado de serviços de saude no Brasil).

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les dépenses du gouvernement brésilien en santé correspondaient en 2012 à 46,4% du montant total, le reste relevant du secteur privé qui est donc l’acteur principal. A titre d’exemple, en France, l’Etat assume 77% des dépenses de santé. Selon le Conseil Régional de Médecine de São Paulo, le nombre de médecins au Brésil a augmenté de 557,72% entre 1970 et 2012, arrivant à 338.015 médecins soit 2 professionnels par habitant (CREMESP, 2012), parmi lesquels environ 55% sont employés dans le secteur privé (Ministère de la Santé, 2009). La mauvaise prestation des services publics de santé amène la majorité de la population brésilienne à recourir aux cliniques privées, rendu accessibles grâce à la croissance du pouvoir d’achat de la nouvelle classe moyenne représentant plus de 100 millions d’habitants (54% de la population totale, selon l’étude de SECOVI de février 2014).

VOIR AUSSI

Accord de libre-échange entre le Japon et l’Union Européenne (JEFTA)

7 décembre 2017

- Vu : 1723

Les négociations sur l’Accord économique entre le Japon et l’Union Européenne (JEFTA) ont été finalisées le 7 décembre 2017, sur la base d’un accord de principe qui avait été donné le 6 juillet 2017.

> Lire la suite

Désorganisation d’un réseau de franchisés portugais et résiliation du contrat - CA Paris, 3 avril 2013, RG n°10/04562

- Vu : 6578

La question qui se posait dans cet arrêt était de savoir si le franchiseur avait manqué à ses obligations de loyauté et d'assistance en préconisant un changement radical de politique commerciale.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 97957
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86477
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41062
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40484
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©