LMR #44 La clause résolutoire prévue dans un contrat de distribution

La clause résolutoire prévue dans un contrat de distribution

 

La clause résolutoire énonce les cas dans lesquels le manquement par l’une des parties à ses obligations contractuelles entraîne la rupture anticipée du contrat (Article 1225, alinéa 1er du code civil).

Le contrat détermine si la clause résolutoire doit être précédée ou non d’une mise en demeure préalable (Article 1225, alinéa 2ème du code civil).

Lorsque l’un des cas visés par la clause résolutoire se produit, le juge n’a pas le pouvoir de neutraliser la clause en considérant que la faute commise n’est pas « suffisamment grave » (Article 1224 du code civil, v. aussi, Cass. civ. 3ème, 5 octobre 2017, n° 15-25018 ; Cass. com., 10 juillet 2012, n° 11-20060, Bull., n° 150).

En présence d’une clause résolutoire, le juge n’a pas à apprécier la gravité du manquement, mais seulement à vérifier que les conditions d’application de la clause résolutoire sont réunies (Trib. abr., 17 novembre 2022, inédit).

En revanche, le juge peut considérer que la clause résolutoire a été mise en œuvre de mauvaise foi (Par ex., Cass. civ. 1ère, 16 novembre 2016, n°15-23.164).

La preuve de cette mauvaise foi ne peut être utilement établie au regard du comportement adopté dans des circonstances comparables par un franchiseur vis-à-vis d’autres franchisés du réseau (Cass. com., 19 octobre 2022, n°21-19.269 – CA Versailles, 24 juin 2021, n°19/05687 : à propos d’un franchiseur jugé de bonne foi).

 

 

Pour recevoir La Minute des Réseaux directement sur votre téléphone portable via notre compte WhatsApp,

vous pouvez scanner notre QR code :

Sommaire

Autres articles

some
LMR #122 : La validité des clauses de non-concurrence post-contractuelle : actualité jurisprudentielle
La validité des clauses de non-concurrence post-contractuelle : actualité jurisprudentielle La validité des clauses de non-concurrence post-contractuelle est soumise à quatre conditions (L.341-2 C.com).   Ces quatre conditions sont : l’activité interdite doit être celle objet du contrat ; la…
some
LMR #121 : Les contours de l’obligation de transmission du savoir-faire du franchiseur
Les contours de l’obligation de transmission du savoir-faire du franchiseur Le savoir-faire est un ensemble secret, substantiel et identifié d’informations pratiques non brevetées, résultant de l’expérience du franchiseur et testées par celui-ci (Article 1 j du règlement d’exemption 2022/720 du…
some
La prescription de l’action des professionnels à l’encontre des consommateurs
La prescription de l’action des professionnels à l’encontre des consommateurs Lors de la rédaction de documents commerciaux applicables à l’égard des consommateurs (conditions générales de vente, contrats, etc.), le professionnel doit veiller à prévoir un délai de prescription biennale (auquel…
some
L’obligation d’emploi de la langue française
L’obligation d’emploi de la langue française Le professionnel est tenu d’employer la langue française : (i) dans l’ensemble des documents destinés aux consommateurs (notamment : la présentation de l’offre, le mode d’emploi ou d’utilisation, la description de l’étendue des conditions…
some
« Dark Patterns » : une pratique commerciale trompeuse
« Dark Patterns » : une pratique commerciale trompeuse   Pour ne pas risquer d’être condamné pour pratique commerciale trompeuse ou agressive liée à la présence de « dark patterns » sur son site internet, le professionnel doit notamment veiller à : ne…
some
LMR #120 : Devoir spécial d’information et devoir général d’information du franchiseur
Devoir spécial d’information et devoir général d’information du franchiseur Tant les juges du fond que la Cour de cassation sanctionnent un franchiseur pour avoir passé sous silence une information non visée par l’article R. 330-1 du Code de commerce.  …