webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Le défaut de régularisation des charges rend les appels trimestriels de provision sans cause - Cass. civ. 3ème, 5 novembre 2014, pourvoi n°13-24451

L'absence de régularisation des charges est sanctionnée par la déchéance du droit pour le bailleur au paiement  de ces charges.


Les charges locatives, accessoire du loyer principal, comprennent notamment l'entretien des parties communes, les consommations personnelles de chauffage, d’eau mais aussi les réparations locatives... Elles sont en pratique versées sous forme de provision et font l'objet d'une régularisation annuelle selon les dépenses réelles effectivement engagées. C’est à l’occasion de la régularisation des charges que le locataire peut solliciter de son bailleur la consultation des pièces justificatives.

La Cour de cassation, dans l’arrêt commenté, se prononce sur la sanction applicable en cas d'absence de régularisation des charges dans les conditions prévues par le bail et juge que le défaut de régularisation des charges est sanctionné par la déchéance du droit pour le bailleur au paiement  de ces charges et emporte le remboursement des provisions versées par le preneur. 

En l'espèce, un bailleur a consenti un bail commercial à un preneur portant sur un local à usage de bar-restaurant. Se plaignant de désordres, le preneur a introduit une action afin de voir prononcée la résiliation du bail commercial. Le bailleur a alors sollicité que soit constatée l'acquisition de la clause résolutoire et la condamnation du preneur au paiement de l’arriéré locatif. En première instance, le preneur a été condamné à régler l’arriéré locatif. Dans le cadre de l’appel, il a sollicité le remboursement des provisions sur charges versées chaque trimestre depuis son entrée dans les lieux, les charges n’ayant été ni régularisées, malgré les stipulations du bail, ni justifiées en dépit de ses nombreuses réclamations adressées au bailleur au cours de bail.  

Le bail commercial, conclu avant la loi Pinel du 18 juin 2014, était régi, en matière de répartition des charges, par les dispositions du Code civil.

Le bail prévoyait ainsi :

« Le preneur, par appel d'une provision trimestrielle et civile versée par le preneur avec chaque terme, remboursera au prorata des locaux loués un ensemble de charges énoncées et qu'à la clôture de chaque exercice de charges, le montant des provisions versées sera régularisé en fonction de l'arrêté de comptes de charges annuelles »

A la clôture de chaque exercice, le montant des provisions versées devait être régularisé en fonction de l'arrêté de comptes de charges annuelles. Cette régularisation n’avait pas eu lieu en l’espèce. 

La Cour d’appel a retenu que le preneur avait sollicité de son bailleur courant 2006 et 2007 qu’il opère une régularisation des charges, et ce, depuis 2001, date de prise d’effet du bail. Le bailleur n’avait répondu que partiellement à cette requête en procédant à une régularisation de charges pour les années 2005 et 2006 mais sans transmettre aucun justificatif à l’appui de sa demande de  régularisation de charges. La Cour d’appel a alors jugé, qu’à défaut de transmission de justificatifs concernant le montant des charges réelles, le bailleur devait être condamné à rembourser au preneur le montant des provisions versées.

La Cour de cassation confirme la décision des juges du fond au motif que « l’absence de régularisation des charges dans les conditions prévues au bail commercial rend sans cause les appels trimestriels de provision à valoir sur le paiement de charges ». La Cour de cassation comble ainsi la carence du contrat qui ne prévoyait pas de sanction au défaut de régularisation des charges par le bailleur. Les juges protègent ainsi le preneur contre le bailleur peu diligent qui tarde, voire s’abstient, de procéder à la régularisation de charges, nonobstant les stipulations contractuelles.

La Cour de cassation avait déjà eu à se prononcer sur la sanction applicable au défaut de régularisation des charges. Elle avait jugé qu’en cas de carence du bailleur durant plusieurs années, celui-ci était tenu de rembourser au preneur les provisions de charges versées sous déduction des seules charges dont il pouvait apporter justification (Cass. civ. 3ème, 13 juillet 2005, n°04-10.152).

Le nouvel article L. 145-40-2 du Code de commerce introduit par la loi Pinel du 18 juin 2014 prévoit que les baux commerciaux devront impérativement mentionner un inventaire précis et limitatif des charges, cet inventaire devant donner lieu à un état récapitulatif annuel. Une obligation légale de procéder à la liquidation et à la régularisation de charges est ainsi créée.

Cependant, la loi ne prévoit aucune sanction au défaut de régularisation de charges par le bailleur. La solution dégagée par la Cour de cassation trouvera certainement vocation à s’appliquer pour les litiges à venir sous l’empire de la nouvelle loi.

VOIR AUSSI

Délai de restitution du dépôt de garantie et régularisation des charges de copropriété

Cass. civ. 3ème, 31 mai 2018, n°17-18.069

- Vu : 3090

Dans un immeuble régi par le statut de la copropriété, la somme due par le bailleur au titre de la régularisation des charges au moment du départ du preneur n’est pas soumise au délai de deux mois suivant la restitution des clés.

> Lire la suite

Enumération expresse et précise des charges transférées au preneur - CA Aix-en-Provence, 5 sept. 2013, RG n°12/07473

- Vu : 7099

Le bailleur doit être vigilant dans la rédaction du bail en énumérant de manière exhaustive et expresse les charges ou taxes qu’il entend transférer au preneur.


> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 84469
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 84020
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39377
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37991
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©