webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Quand la valeur locative se trouve inférieure au loyer plafonné - Cass. civ. 3ème, 5 novembre 2014, pourvoi n°13-21.990

Le prix du loyer du bail renouvelé doit être fixé à la valeur locative, même si elle est inférieure au loyer plafonné.


L’article L.145-33 du Code de commerce pose le principe selon lequel le montant du loyer du bail renouvelé doit correspondre à la valeur locative.

A défaut d’accord, la valeur locative est déterminée par (i) les caractéristiques du local considéré, (ii) la destination des lieux, (iii) les obligations respectives des parties, (iv) les facteurs locaux de commercialité, (v) les prix couramment pratiqués dans le voisinage.

L’article L.145-34 du Code de commerce prévoit qu’à défaut d’une modification notable des éléments « mentionnés aux 1° à 4° de l’article L.145-33 », le taux de variation du loyer applicable lors de la prise d’effet du bail à renouveler, si sa durée n’est pas supérieure à neuf ans, ne peut excéder la variation de l’indice.

Ainsi, le prix du loyer du bail renouvelé doit en principe être fixé à la valeur locative, le plafonnement étant l’exception.

En l’espèce, le bailleur d’un local commercial a fait signifier au preneur un congé avec offre de renouvellement.

Le preneur a accepté l’offre de renouvellement mais a contesté le montant du loyer proposé, demandant la fixation du prix de loyer renouvelé à la valeur locative à un montant inférieur au montant du loyer plafonné.

La Cour d’appel avait retenu le plafonnement du loyer du fait de l’absence de modification notable des facteurs locaux de commercialité de nature à avoir une incidence favorable sur l’activité commerciale du preneur et de l’absence de toute autre modification des caractéristiques du local considéré, de la destination des lieux et des obligations respectives des parties.

La Cour de cassation casse l’arrêt reprochant aux juges du fond de n’avoir pas recherché si le loyer du bail renouvelé correspondait à la valeur locative, le locataire demandant que le loyer du bail renouvelé soit fixé à un montant inférieur au montant du loyer indexé.

Il convient donc de ne pas confondre plafond et plancher.

Ainsi, lorsque la valeur locative se trouve inférieure au montant du loyer plafonné, c’est à la valeur locative que doit être fixé le prix de loyer renouvelé et non au loyer plafonné.

Il est vrai que ces dernières années, la bataille que se livraient bailleur et preneur quant au montant du prix de loyer renouvelé tenait essentiellement au fait que la valeur locative se trouvait supérieure au loyer plafonné. Les preneurs demandaient de retenir le plafonnement du loyer alors que les bailleurs tentaient de démontrer que le prix de loyer renouvelé devait être fixé à la valeur locative.

La crise aidant conjuguée à la hausse continue des indices, les preneurs ont désormais tendance à solliciter la fixation du loyer du bail renouvelé à la valeur locative et non au montant du plafond.

A la différence de la valeur locative qui se trouve à un montant supérieur au loyer plafonné et qui implique d’établir une modification notable des éléments « mentionnés aux 1° à 4° de l’article L.145-33 », le locataire n’a pas à faire état d’une quelconque modification notable desdits éléments pour demander la fixation du prix de loyer renouvelé à la valeur locative.

Les juges du fond doivent rechercher l’adéquation entre valeur locative et loyer de renouvellement. C’est ce que rappelle la Cour de cassation qui, en l’espèce, reproche aux juges du fond de s’être abstenus d’effectuer cette recherche.

La jurisprudence avait déjà jugé que si le locataire n’est pas en mesure de rapporter la preuve, par la production de références, de la valeur locative réelle des lieux loués, c’est au juge de la rechercher (Cass. civ. 3ème, 3 décembre 2003, n°02-11.374).

En pratique, le juge du fond aura recours, préalablement à la fixation du loyer du bail renouvelé, de manière quasi systématique à la désignation d’un expert qui recherchera la valeur locative.

VOIR AUSSI

Propriété : la prescription acquisitive fait échec au principe selon lequel « l’accessoire suit le principal »

Cass. civ. 3ème, 27 avril 2017, n°16-10753

- Vu : 1933
Cet arrêt publié au bulletin nous enseigne, par des faits inédits, que si le propriétaire d’un bien immobilier bénéficie d’une présomption de propriété des accessoires de ce bien suivant le principe « l’accessoire suit le principal » de l’article 546 du Code civil, cette présomption peut être renversée par la preuve contraire résultant de la prescription acquisitive du propriétaire de la parcelle sur laquelle sont situés lesdits accessoires. > Lire la suite

La résurgence de la domanialité publique virtuelle

CE, 13 avril 2016, déc. n°391431

- Vu : 7986

Alors qu’on la croyait disparue sous l’effet de l’entrée en vigueur du Code général de la propriété des personnes publiques, le 1er juillet 2006, le Conseil d’Etat fait renaître la théorie dite de la domanialité virtuelle de ses cendres.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 108529
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88197
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L’application dans le temps du nouveau droit des contrats
3 juillet 2018 - Vu : 45469
L’application dans le temps du nouveau droit des contrats conduit à distinguer trois périodes, suivant la date à laquelle ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44950
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©