webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

De la qualification de locaux monovalents - Cass. civ. 3ème, 21 mai 2014, pourvoi n°13-12.592

Seuls les travaux d’aménagement devenus propriété du bailleur peuvent déboucher sur l’application du régime des locaux monovalents.


L’arrêt rendu le 21 mai 2014 par la 3ème Chambre civile de la Cour de cassation combine, d’une part, la clause d’accession qui prévoit qu’à la fin du bail en cours le bailleur deviendra propriétaire des améliorations ou constructions réalisées par le locataire sans avoir à payer d’indemnité (i) et, d’autre part, le caractère monovalent des locaux loués (ii).

En l’espèce, un bailleur avait délivré au preneur un congé avec offre de renouvellement sollicitant le déplafonnement du loyer. Les parties s’étaient accordées sur le principe du renouvellement mais non sur le prix.

A l’appui de sa demande de déplafonnement du loyer, le bailleur invoquait la monovalence des locaux considérant que les aménagements opérés par le preneur avaient été spécifiquement réalisés à un usage industriel, notamment pour les besoins de son activité de mécanique de haute précision.

Le bailleur considérait que les travaux ainsi effectués par le preneur lui faisaient accession, qu’en conséquence les locaux étaient devenus monovalents et le loyer du bail renouvelé devait, par application des dispositions des articles L.145-36 et R.145-10 du Code de commerce, être fixé au regard des usages dans la branche d’activité concernée, de telle sorte que le plafonnement devait être exclu.

La Cour de cassation rejette le pourvoi formé par le bailleur.

Elle énonce que le bailleur ne peut se prévaloir, pour voir retenir la qualification de locaux monovalents, des travaux d’aménagement réalisés par le preneur que s’ils étaient devenus sa propriété. Ce qui n’était pas le cas en l’espèce.

Elle valide l’appréciation des juges du fond qui ont constaté que le bail prévoyait que les constructions nouvelles, travaux et améliorations quelconques faits par le preneur, n’accédaient au bailleur que lors de la sortie effective des lieux loués et, qu’en l’espèce, il n’y avait eu aucune sortie des lieux.

Est ainsi exclue la qualification de monovalence revendiquée par le bailleur.

Celui-ci avait vainement tenté une appréciation particulière de la notion et du régime des locaux monovalents en arguant de « l’aménagement » des locaux en vue d’une seule utilisation quand le texte légal ne vise expressément que « la construction » des locaux en vue d’une seule utilisation. Or, seuls les travaux d’aménagement devenus propriété du bailleur peuvent déboucher sur l’application du régime des locaux monovalents.

La demande de déplafonnement du bailleur aurait également été rejetée s’il s’était placé sur le terrain des améliorations apportées par le preneur aux lieux loués au cours du bail à renouveler ; la clause du bail de l’espèce prévoyant une accession lors de la sortie effective du locataire, c'est-à-dire à son départ des locaux loués.

Tant que les travaux effectués par le preneur ne sont pas devenus la propriété du bailleur, celui-ci ne peut en tenir compte dans le calcul du prix du bail renouvelé.

Il est donc extrêmement important d’être vigilant à la rédaction de la clause d’accession.

Si la clause reporte les effets de l’accession en fin de jouissance du preneur, tout déplafonnement en cours du bail est à exclure dans la mesure où l’accession est reportée au départ des lieux par le locataire. Si la clause prévoit en revanche que les améliorations et aménagements accéderont au bailleur « à la fin du bail » ou « en fin de location », le bailleur peut valablement invoquer les travaux réalisés par le preneur comme motif de déplafonnement, soit lors du premier renouvellement au titre d’une modification des caractéristiques des locaux loués, soit lors du second renouvellement au titre des améliorations.

En l’absence de clause d’accession, il est usuellement considéré que l’accession intervient à la fin du bail et peut entraîner le déplafonnement lors du second renouvellement.

VOIR AUSSI

Entrée en vigueur du principe « le silence vaut acceptation »

- Vu : 4217
Une circulaire du 12 novembre 2014 émanant du Premier ministre porte sur l’entrée en vigueur du principe « le silence vaut acceptation ».  > Lire la suite

Vente en l’état futur d’achèvement : clause non abusive - Cass. civ. 3ème, 24 octobre 2012, pourvoi n°11-17.800

- Vu : 6884

La clause accordant la possibilité pour le vendeur de retarder la date de livraison prévue contractuellement en cas d’intempéries et défaillance d’une entreprise participant au chantier ne serait pas abusive.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83692
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 82483
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39265
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37711
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©