webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Fausses déclarations du franchisé et situation inextricable - CA Rennes, 6 décembre 2011, RG n°09/02275

La solution retenue dans cette affaire n’est pas surprenante et invite les franchiseurs à faire renvoi aux termes du contrat de franchise, aux informations relatives au franchisé qui l’ont conduit à contracter.


Aux termes de sa fiche de candidature, un franchisé avait indiqué disposer d’un apport de 100.000 euros, somme d’ailleurs incluse dans le plan de financement de l’activité; son contrat de franchise ne comportait pas de clause de déclarations préalables. Rapidement, après la signature du contrat de franchise, le franchiseur comprit que cette information était inexacte, outre que le gérant de la société franchisée semblait faire l’objet d’une interdiction bancaire.

Considérant que le franchisé avait ainsi manqué à ses obligations contractuelles, le franchiseur, conformément aux termes du contrat, après avoir fait délivrer un commandement visant la clause de résiliation du contrat, saisit le juge des référés aux fins de voir constater la résiliation du contrat de franchise pour manquements contractuels du franchisé. Le juge des référés se déclara incompétent. Les juges du fond saisis de l’affaire ont considéré que les reproches faits au franchisé n’étant pas contractualisés, ils ne pouvaient emporter quelque conséquence que ce soit sur le contrat de franchise. Les Parties ont ainsi été renvoyées à l‘exécution du contrat de franchise.

En appel, le franchiseur soutenait, à titre principal, la nullité du contrat pour vice du consentement et, à titre subsidiaire, la résiliation du contrat de franchise en raison de manquements du franchisé postérieurs au jugement de première instance.

La demande de nullité du contrat est rejetée par la Cour d’appel, considérant que le franchiseur ne démontrait pas qu’il avait été trompé par les déclarations mensongères effectuées de manière délibérée par son cocontractant dans le but de surprendre son consentement. La cour considère notamment que le franchiseur aurait pu vérifier la solvabilité de son cocontractant en s’assurant que le capital social de la société franchisée de 100.000 euros avait été entièrement libéré. La solution retenue n’est pas surprenante et invite les franchiseurs à faire renvoi aux termes du contrat de franchise aux informations relatives au franchisé qui l’ont conduit à contracter. C'est là tout l'intérêt des clauses de déclarations préalables.

S’agissant de la demande de résiliation, la Cour d’appel a constaté les différents manquements du franchisé à ses obligations contractuelles, et plus largement, à son obligation de bonne foi en relevant différentes fautes : comportement déloyal du franchisé ayant profité de la confiance suscitée par la notoriété de l’enseigne pour obtenir de ses clients des acomptes importants sans exécuter son obligation de livraison, chèque sans provision remis à un client, livraison non-conforme, approvisionnement non-conforme, non installation du logiciel informatique, fermeture du point de vente sans explication. Le contrat a ainsi été résilié aux torts exclusifs du franchisé.

VOIR AUSSI

Etude de marché et rôle du franchiseur

CA Nîmes, 23 janvier 2020, n°18/00147 et n°18/00148

- Vu : 715

Si les candidats franchisés doivent établir une étude de marché avant de s’engager, les franchiseurs doivent mettre les candidats en mesure d’y recourir.

> Lire la suite

Nullité du contrat de franchise - Cass. com., 5 décembre 2000, n°97-21.631, sélectionné

BRÈVE

- Vu : 480

La nullité du contrat de franchise ne peut être prononcée que si le manquement à l’obligation de remise des documents d’information prévus par l’article 1er de la loi du 31 décembre 1989 a eu pour effet de vicier le consentement du franchisé.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 96378
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86208
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 40645
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40373
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©