webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

La qualification d’agent commercial en l’absence du pouvoir de modifier les prix

Cass. com., 2 décembre 2020, n°18-20.231

La Cour de cassation considère désormais que la qualification d’agent commercial puisse être appliquée à un intermédiaire ne disposant pas du pouvoir de modifier le prix des produits dont il assure la vente.

Le statut d’agent commercial est particulièrement intéressant à revendiquer par l’intermédiaire puisqu’une telle qualification lui permet de bénéficier d’un statut protecteur.

L’agent commercial dispose notamment d’un droit à indemnité à la fin de son contrat, sauf en cas de rupture à son initiative, de faute grave de sa part, ou de cession des droits tirés du contrat d’agence.

Jusqu’à présent, la jurisprudence de la Cour de cassation était constante : un intermédiaire ne pouvait se prévaloir du statut d’agent commercial s’il ne pouvait modifier les tarifs des produits qu’il vendait pour le compte du mandant.

La Cour de cassation considérait que le statut d’agent commercial supposait que l'intermédiaire dispose d'une marge de manœuvre suffisante sur les éléments de négociation du contrat de vente dont le prix de vente.

Ce critère permettait à la Haute Cour de distinguer l'agent commercial d'autres intermédiaires commerciaux (Cass. com., 14 juin 2005, n°03-14.401 ; Cass. com., 10 octobre 2018, n°17-17.290).

Par le présent arrêt à commenter, la Cour de cassation a opéré un revirement de jurisprudence au sujet de la qualification d’agent commercial. Désormais, elle considère que le statut ne peut être exclu au motif que l’agent a l’impossibilité de négocier le prix des produits du mandant dont il assure la vente.

Ce revirement s’explique par un alignement de la position de la Cour de cassation sur celle de la CJUE, qui par un arrêt du 4 juin 2020, a dit pour droit que l’article 1er, paragraphe 2, de la directive 86/653 (directive qui a été transposée en droit français aux articles L.134-1 et suivants du Code de commerce) doit être interprété en ce que la personne ne doit pas nécessairement disposer de la faculté de modifier les prix des marchandises vendues pour être qualifiée d’agent commercial.

L’interprétation de la notion de négociation retenue par la CJUE est la suivante : « doit désormais être qualifié d'agent commercial le mandataire, personne physique ou morale, qui, à titre de profession indépendante, sans être lié par un contrat de louage de services, est chargé, de façon permanente, de négocier et, éventuellement, de conclure des contrats de vente, d'achat, de location ou de prestation de services au nom et pour le compte de producteurs, d'industriels, de commerçants ou d'autres agents commerciaux, quoiqu'il ne dispose pas du pouvoir de modifier les prix de ces produits ou services. »

Dans le cadre du présent arrêt d’espèce, l’intermédiaire revendiquait le statut d’agent commercial aux fins de solliciter différentes indemnités au titre de la rupture du contrat conclu avec un mandant.

La cour d’appel avait refusé la qualification d’agent commercial, au motif que l’intermédiaire ne disposait pas d’un pouvoir de négociation des contrats de vente conclus pour le mandant, celui-ci n’ayant aucune marge de manœuvre sur l’opération économique dès lors qu’il n’était pas en mesure de modifier les conditions du contrat de vente, telles que les quantités, les prix et les modalités de paiement.

Adoptant la solution retenue par la CJUE, la Cour de cassation casse l’arrêt d’appel en ce qu’il a dit que le mandant n’avait pas le statut d’agent commercial en se fondant sur l’impossibilité pour ce dernier de négocier les prix.

A rapprocher : Art. L.134-1 du Code de commerce ; CJUE, arrêt du 4 juin 2020, Trendsetteuse SARL/DCA SARL, C-828/18

VOIR AUSSI

Violation du droit de préemption du franchiseur et indemnisation

Cass. com., 20 septembre 2016, n°15-10.963

- Vu : 4441

La violation de la clause de préemption stipulée au profit du franchiseur peut justifier l’indemnisation des préjudices constitués, d’une part, de la perte de la chance de tirer profit des biens acquis et de se développer et, d’autre part, de la concurrence déloyale en résultant pour le franchiseur.

> Lire la suite

La coopération commerciale peut ne pas porter spécifiquement sur les produits du fournisseur

CA Paris, 26 octobre 2011, R.G. n°09/06713

- Vu : 5688

Le 26 octobre dernier, la Cour d’appel de Paris a rendu un important arrêt en matière de coopération commerciale. Bien qu’elle soit rendue sous l’empire de la législation applicable en 2004, laquelle ne prévoyait à la charge des parties au contrat de coopération commerciale que l’établissement d’un contrat en double exemplaire, les principes dégagés dans cette décision sont susceptibles d’intéresser les distributeurs, auxquels elle est favorable.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105540
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87848
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43614
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43229
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©