webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

A défaut d’accord précis des parties sur leurs engagements réciproques : pas d’avenant

Cass. com., 25 septembre 2019, n°18-15.357

Chacune des parties a, par échanges de courriers, pris des engagements à l’égard de son partenaire. Dans la mesure toutefois où l’un de ces engagements n’a pas été clairement défini, la Cour de cassation a considéré que les négociations n’avaient pas abouti et qu’aucun accord n’avait été conclu entre les parties. De ce fait, aucune des parties ne peut se prévaloir du non-respect, par l’autre partie, de l’engagement pris dans le cadre de ces échanges de courriers.



La société S, qui commercialise des articles de soins capillaires à destination des professionnels de la coiffure, a signé, le 26 septembre 2011, et pour une durée de cinq ans, un contrat de partenariat avec la société C, à la tête d’un réseau national de salons de coiffure.

Selon les termes du contrat, la société S s’est engagée à verser une aide au développement à la société C et cette dernière s’est engagée en contrepartie à assurer une promotion active des produits de la marque de la société S et à utiliser uniquement les produits de celle-ci au sein de son réseau.

En juillet 2014, la société S met en demeure la société C de respecter ses obligations contractuelles et un mois après elle résilie le contrat aux torts de cette dernière. La société S assigne ensuite la société C aux fins d’obtenir notamment le remboursement des subventions versées durant le contrat dès lors que la résiliation anticipée du contrat était imputable à la société C. De son côté, la société C assigne son partenaire pour obtenir l’indemnisation du préjudice subi du fait de la fin des relations ; la société C reproche à la société S de ne pas avoir respecté les termes d’un « avenant » (résultant d’échanges de mails entre les parties), qui selon elle aurait été conclu entre les parties en mars et juillet 2013 et par lequel la société S se serait engagée à verser à la société C une « subvention exceptionnelle non remboursable » de plus de 5 millions d’euros. Il avait toutefois été convenu entre les parties qu’un accord devait être conclu entre les parties afin de formaliser cet accord et préciser les obligations respectives des parties (la société C devait quant à elle s’engager à vendre un volume minimum de produits de la société S sans que cet engagement ne soit, en l’état des discussions, précisément défini).

En première instance, le tribunal prononce la résiliation du contrat aux torts de la société C, rejette les demandes indemnitaires formées par cette dernière dès lors qu’il n’est justifié d’aucune faute imputable à la société S du fait de l’inexécution d’un avenant dont la réalité n’est pas démontrée, et condamne la société C à restituer les subventions reçues.

En appel, la cour d’appel confirme la condamnation de la société C à rembourser à la société S les subventions reçues de la part de cette dernière au cours du contrat.

C’est dans ce contexte que la société C a formé un pourvoi en cassation. La Haute Cour relève que des échanges sont intervenus entre les parties en mars et en juillet 2013 avec des engagements réciproques pris par chacune des parties : d’une part, le versement par la société S d’une subvention et, d’autre part, la commercialisation d’un volume minimum de produits par la société C. La Cour de cassation relève cependant que l’engagement pris par la société C, concernant le volume minimum de produits à commercialiser, n’avait pas été clairement défini entre les parties, de sorte que les négociations n’avaient pas abouties et qu’un accord, ni même avenant ne pouvait être considéré avoir été conclu entre les parties. La Cour a ainsi rejeté le pourvoi formé par la société C.

Cet arrêt revient sur la position traditionnelle de la jurisprudence selon laquelle il ne peut y avoir contrat que lorsque les conditions de l’accord ont été clairement et précisément définies entre les parties.

Un contrat ne peut en effet être considéré comme étant formé « sans constater qu'il y avait eu accord des parties sur toutes les conditions du contrat » (Cass. civ. 3ème, 17 juill. 1967, Bull. civ. III, n°299), et, à défaut d'accord, il convient de considérer que le contrat ne s'est pas formé (Cass. com. 26 févr. 1991, n°89-18.587 ; Cass. civ. 1ère, 5 mars 1991, n°89-17.167). Par ailleurs, la jurisprudence relève que dès lors que certains éléments sont objectivement essentiels, ou subjectivement essentiels pour une partie, le défaut d’accord sur ces éléments en particulier fait obstacle à toute formation du contrat (Cass. com., 15 nov. 1994, n°92-19.931 ; Cass. civ. 3e, 2 mai 1978, n°76-14.465 ; Cass. civ. 1e, 21 février 1979, n°76-15.128 ; Cass. com., 16 avril 1991, n°89-20697 ; Cass. civ. 1e, 24 nov. 1998, n°95-21.074 ; Cass. com., 13 mai 1980, n°78-15.136).

A rapprocher : Cass. com. 26 février 1991, n°89-18.587

VOIR AUSSI

Absence d’état du marché local et nullité du contrat de franchise

Trib. arbitral, 20 décembre 2019, inédit

- Vu : 209

Le manquement du franchiseur à une obligation précontractuelle d'information ne peut par elle-même suffire à caractériser le dol par rétention d'information emportant nullité du contrat de franchise si ne s'y ajoutent deux conditions cumulatives : la constatation du caractère intentionnel de ce manquement et l’existence d'une erreur déterminante du consentement du franchisé ainsi provoquée par le franchiseur.

> Lire la suite

Arbitrage : la notion de clause compromissoire « manifestement inapplicable »

Cass. civ. 1ère, 1er avril 2015, pourvois n°14-11.587 et n°14-13.648 (deux arrêts)

- Vu : 11913

En matière d’arbitrage, le principe de « compétence compétence », énoncé à l’article 1448 du Code de procédure civile, pose la règle selon laquelle il appartient à l’arbitre, et à lui seul, de statuer prioritairement sur la validité ou les limites de sa propre compétence, sous le contrôle du juge de l'annulation (c’est l’effet positif de ce principe) ; autrement dit, le juge étatique doit donc se déclarer incompétent lorsqu’un litige relève d’une convention d’arbi-trage, sauf – précise le texte – « si le tribunal arbitral n'est pas encore saisi et si la convention d'arbitrage est manifestement nulle ou manifestement inappli-cable » (c’est l’effet négatif de ce principe).

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 86152
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 84364
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39517
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 38386
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©