webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Du non-cumul du régime de la gérance-mandat avec celui des gérants de succursales

Aperçu

A notre avis, la qualification de contrat de gérance-mandat au sens des articles L. 146-1 et suivants du Code de commerce ne peut se cumuler avec l’application des articles L. 7321-1 et suivants du Code du travail.



Se pose la question de savoir si le contrat de gérance-mandat est susceptible de faire l’objet de l’application des dispositions des articles L. 7321-1 et suivants du Code du travail relatifs aux gérants de succursales.

Autrement dit, la qualification de contrat de gérance-mandat au sens des articles L. 146-1 et suivants du Code de commerce peut-elle se cumuler avec l’application des articles L. 7321-1 et suivants du Code du travail ?

Cette question se pose car un auteur indique que « le contrat de gérance-mandat dont les conditions justifient l'application de l'article L. 7321-2 du Code du travail est soumis, outre au droit commun de la gérance-mandat, au droit du travail (C. trav., art. L. 7321-1) » (N. Ferrier, Contrat de gérance-mandat, préc., §. 64).

Le cumul de l’application de ces textes nous semble en contradiction avec l’intention manifestée par le législateur de 2005, qui a introduit dans le Code de commerce un statut spécifique aux gérants-mandataires à dessein d’écarter les dispositions du Code du travail.

En premier lieu, comme le relève un auteur, l'effet utile du dispositif de 2005 consiste moins à éviter la qualification de contrat de travail qu'à prévenir le régime juridique résultant du droit du travail ; et, précisément, l'application des articles L. 7321-1 et suivants du Code du travail aux gérants-mandataires conduirait au résultat que le législateur a voulu éviter : c’est pourquoi « suivre l'esprit de cette disposition devrait conduire à ne pas cumuler le régime de la gérance mandat du Code de commerce avec celui des gérants de succursale du Code du travail » (J.-F. Cesaro, Juris.-Cl. Travail, Fasc. 4-5, Gérants de succursales, spéc. §. 33).

En second lieu, un autre auteur aboutit encore à cette même conclusion par application de l’adage lex specialia generalibus derogant (N. Dissaux, La gérance-mandat : une troisième voie ? Dalloz 2010, p. 667, spéc. §.23).

Enfin, il convient de signaler qu’un récent arrêt fait application des articles L. 7321-1 et suivants du Code du travail à un contrat intitulé comme étant de gérance-mandat par les parties contractantes (CA Lyon, 25 mai 2018, n°16/07091) mais, précisément, dans cette affaire, le contrat de gérance-mandant avait lui-même été requalifié en contrat de travail …, de sorte que cette jurisprudence est en réalité inopérante au regard de la question du cumul.

A notre avis, il ne saurait donc y avoir de cumul possible entre le régime du contrat de gérance-mandat du Code de commerce et le statut des gérants de succursales du Code du travail.

A rapprocher : CA Lyon, 25 mai 2018, n°16/07091

VOIR AUSSI

Etat local du marché : l’étendue de l’information précontractuelle - Cass. com., 15 septembre 2015, pourvoi n°14-15.052

- Vu : 8050

Le franchiseur est tenu à une obligation d’information précontractuelle à l’égard du franchisé afin de permettre à ce dernier de s’engager en connaissance de cause. Cependant, en n’informant pas le franchisé dans l'état local du marché d’un évènement qui s’est produit après la signature du contrat de franchise, le franchiseur n’a de toute évidence pas manqué à son obligation.

> Lire la suite

Obligation de bonne foi du franchisé

Aperçu

- Vu : 6615

Sans recours à un texte spécial relatif à la franchise, il n’en demeure pas moins que le franchisé, comme tout cocontractant, est tenu par une obligation générale de contracter de bonne foi. Au surplus, le Code européen de déontologie de la franchise évoque le devoir de loyauté pesant sur le franchisé quant aux informations qu’il fournit au franchiseur en vue d’être sélectionné.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 97216
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86361
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 40856
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40438
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©