webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Obligation précontractuelle d'information et cession de contrat - Cass. com., 21 février 2012, pourvoi n°11-13.653

L'obligation d'information précontractuelle, édictée par l’article L. 330-3 du code de commerce, et qui se traduit par la remise d'un DIP, s'impose au concédant lors d'une cession d'un contrat en cours entre concédants prédécesseur et successeur.


L'information précontractuelle irradie par son importance la plupart des contrats de distribution. Le concédant qui agréé un nouveau concessionnaire par suite de la cession du contrat est tenu de respecter l’obligation précontractuelle d’information prévue à l’article L. 330-3 du code de commerce.

Aux termes de l’article L. 330-3 du code de commerce, toute personne qui met à la disposition d'une autre personne un nom commercial, une marque ou une enseigne, en exigeant d'elle un engagement d'exclusivité ou de quasi-exclusivité pour l'exercice de son activité, est tenue, préalablement à la signature de tout contrat conclu dans l'intérêt commun des deux parties, de fournir à l'autre partie un document donnant des informations sincères, qui lui permette de s'engager en connaissance de cause.

Dans l’affaire commentée, un fonds de commerce de négoce de bateaux et matériels nautiques avait été cédé à une société ; le cédant avait conclu un contrat de concession avec une société qui, par un avenant à ce contrat de concession, avait agréé la société cessionnaire en qualité de nouveau concessionnaire aux lieu et place du cédant sans pour autant lui transmettre les informations prévues par les articles L. 330-3 et R. 330-1 du Code de commerce.

Invoquant que le concédant n'avait pas respecté l'obligation précontractuelle d'information prévue par l'article L. 330-3 précité, la société cessionnaire l'avait fait assigner en paiement de dommages-intérêts.

Pour rejeter cette demande, un arrêt passé presque inaperçu (CA Poitiers, 11 janvier 2011, RG n°08/03425, Juris-Data n°2011-015457) avait retenu que l'obligation d'information précontractuelle, édictée par l’article L. 330-3 du code de commerce, s'impose au concédant avant la conclusion du contrat de concession, et « non lors d'une cession d'un contrat en cours entre concédants prédécesseur et successeur ».

Le pourvoi formé contre cette décision faisait notamment valoir que le concédant a le devoir d'informer le concessionnaire substitué sur les conditions de la concession, en particulier sur l’état du réseau qu’il s’apprêtait à rejoindre, et qu'en disant que le concédant n'avait aucune obligation d'information à l'égard du concessionnaire substitué, aux motifs de ce qu'il n'y avait pas « conclusion » d'un nouveau contrat de concession mais « cession » de ce contrat, la Cour d'appel de Poitiers avait donc violé ensemble l'article 1134 du code civil, et les articles L.330-3 et R.330-1 5° du code de commerce.

Il faut dire que la question méritait réflexion dans la mesure où l’article L. 330-3 précité vise la seule « conclusion » du contrat, donnant ainsi à penser que l’application de ce texte à la cession du contrat serait contra legem.

L’arrêt rendu par la chambre commerciale de la cour de cassation, dont il faut souligner qu’il a été publié au Bulletin, se singularise par la grande netteté de son attendu de principe, rendu au visa de l'article L. 330-3 précité, selon lequel : « en statuant ainsi, alors que le concédant avait agréé la société cessionnaire en qualité de nouveau concessionnaire et qu'une telle modification du contrat initial imposait que le concédant fournisse à son nouveau cocontractant les informations lui permettant de s'engager en connaissance de cause à exécuter le contrat de concession, la cour d'appel a violé le texte précité ».

Ce faisant, cet arrêt de principe est à mettre en perspective avec la jurisprudence antérieure rendue en la matière. Par un arrêt du 7 janvier 2004, la chambre commerciale avait déjà laissé augurer que le franchiseur devait, en cas de cession par le franchisé de son contrat, fournir un document d’information précontractuelle conforme aux prescriptions des articles L.330-3 et R.330-1 du code de commerce (Cass. com., 7 janvier 2004, pourvoi n°02-12.366, Let. distrib. février 2004). Pour autant, cet arrêt était demeuré inaperçu et une jurisprudence postérieure ne l’avait d’ailleurs pas suivie, cette dernière ayant considéré qu’en pareil cas, il incombait au franchisé cédant de donner au cessionnaire les informations suffisantes pour qu’il contracte en connaissance de cause et, donc, de se conformer aux exigences de l’article L. 330-3 du code de commerce (CA Metz, 23 septembre 2008, Juris-Data n°2008-371948).

L’arrêt commenté est également à rapprocher d’une autre décision – bien connue – rendue par la Cour de cassation (Cass. com., 14 janv. 2003, pourvoi n°00-11.781, Juris-Data n°2003-017359, Lettre distrib. mars 2003, p. 1 ; RTD civ., 2003, p. 497, obs. J. Mestre et B. Fages) ayant imposé le respect des prescriptions légales en cas de formation d'un nouveau contrat par suite de la tacite reconduction du premier. Le franchiseur devra notamment veiller à informer le franchisé quant aux modifications éventuelles de l'état du marché local et de la situation du réseau, qui sont les plus évolutives.


VOIR AUSSI

Tour d’horizon sur les clauses de non-concurrence et de non-affiliation post-contractuelles

clauses post-contractuelles

- Vu : 10996

Avertissement : depuis la publication de cet article, le 15 juin 2009, la loi n°2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques (dite « Loi Macron ») a introduit deux nouveaux articles au code de commerce (L.341-1 et L.341-2) concernant notamment le régime juridique des clauses de non-concurrence et de non-affiliation post-contractuelles : CLIQUEZ ICI pour un commentaire des articles L.341-1 et L.341-2 du code de commerce



> Lire la suite

Nullité du contrat de franchise – CA Pau, 2 mai 1988, Juris-Data n°1988-041930

Brève

- Vu : 2634

Le franchisé ne peut obtenir la nullité du contrat de franchise pour dol du franchiseur au motif que ce dernier lui aurait menti sur la consistance du réseau de franchise dans la mesure où le contrat indiquait qu’il était le premier franchisé.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 103319
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87488
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 42696
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 42644
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©