webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Sanction de l’utilisation fautive des signes distinctifs par le concessionnaire - TC Paris, 24 fév. 2012, RG n°09/02275, inédit

Les principes évoqués par cette décision sont importants. La décision commentée témoigne incontestablement de l’importance des signes distinctifs dans le développement des enseignes organisées en réseau.




Dans cette espèce, rendue en matière de contrat de concession, les faits étaient classiques, ce qui donne à la décision rendue une portée d’ordre général : le concédant et le concessionnaire avaient retenu une interprétation divergente d’un avenant relatif à la durée du contrat de concession les liant ; le premier considérait le contrat arrivé à son terme, tandis que le second affirmait (en dépit des termes clairs de la clause considérée) que ce contrat était toujours en cours d’exécution, dans le but de justifier son droit à continuer d’utiliser les signes distinctifs de l’enseigne.

Cette divergence de vue devait conduire au contentieux puisque le concessionnaire continuait d’utiliser les signes distinctifs bien qu’il ait refusé de signer le nouveau contrat que le concédant lui avait proposé de régulariser.

On ne reviendra pas sur l’analyse de la clause, mais sur la motivation adoptée par le Tribunal et la sanction retenue à l’encontre du concessionnaire.

Pour ce qui concerne la motivation de cette décision, le Tribunal retient : « Attendu que le contrat est arrivé à terme le 30 juin 2009 ; que la demanderesse justifie avoir proposé (au concessionnaire) un nouveau contrat auquel cette dernière n’a pas donné suite ; que si cette décision lui appartenait librement elle ne pouvait plus dès lors poursuivre son activité commerciale sous l’enseigne (du concédant) et ne disposait effectivement plus du droit d’en utiliser les signes distinctifs ; Attendu que l’usage de l’enseigne, du logo , du nom commercial, du nom de domaine et des agencements au nom (du concédant), par (le concessionnaire), constitue un acte de concurrence déloyale à l’égard de la demanderesse par le risque de confusion généré dans l’esprit de la clientèle qui continue à croire que (la société concessionnaire) serait toujours affiliée au réseau (du concédant) ; que celle-ci en capte donc indûment la clientèle outre le préjudice moral qui s’en infère nécessairement ; Le tribunal dira que (le concessionnaire) a bien engagé sa responsabilité en se rendant coupable d’actes de concurrence déloyale à l’égard (du concédant) ».

Le tribunal ajoute opportunément que les agissements consistant à faire usage des signes distinctifs du réseau alors que les dispositions contractuelles étaient échues, sont constitutifs de concurrence déloyale à l’égard du concédant et causent au concédant un « préjudice matériel et moral ». 

Pour ce qui concerne la sanction retenue à l’encontre du concessionnaire, le Tribunal retient successivement la condamnation du concessionnaire :

- pour le passé : au paiement de dommages-intérêts, en l’espèce d’un montant de plus de 90.000 € ; le montant de la condamnation ainsi prononcée correspond au « manque à gagner », soit le  montant de la redevance mensuelle moyenne jusqu’alors assez faible (de l’ordre de 3.000 € HT), multiplié par la période (vingt mois et vingt-cinq jours) durant laquelle le concessionnaire avait utilisé en l’espèce les signes distinctifs postérieurement à la survenance du terme du contrat ;

- pour l’avenir : au paiement d’une astreinte, en l’espèce d’un montant de 500 € par jour de retard, tendant à interdire au concessionnaire d’utiliser tous les signes distinctifs de l’enseigne. Ainsi, le jugement commenté fait interdiction au concessionnaire, sous astreinte, d’utiliser notamment le nom commercial de l’enseigne et la marque du concédant, sur tout support et notamment sur son papier à entête et sur l’ensemble de ses documents publicitaires et commerciaux (notamment cartes de visite, tract, etc.), sur les Pages Jaunes, le site internet du concessionnaire et, plus généralement, sur tout site internet, ainsi qu’au registre du commerce et des sociétés.

Les principes évoqués par cette décision sont importants. La décision commentée (rendue en matière de concession, mais parfaitement transposable aux autres types de réseaux) témoigne incontestablement de l’importance des signes distinctifs dans le développement des enseignes organisées en réseau.


VOIR AUSSI

Portée de la résiliation de l’un des contrats d’un ensemble contractuel

Cass. com., 4 juillet 2018, n°17-15.597

- Vu : 1113

La Haute juridiction précise la portée de la résiliation de l’un des contrats en présence de contrats interdépendants incluant une location financière.

> Lire la suite

Nullité du contrat de réservation

CA Paris, 15 février 2018, n°15/10648

- Vu : 1278

Les informations incomplètes, imprécises et erronées figurant dans le document d’information précontractuelle (DIP) devant être remis vingt jours minimum avant le versement prévu par le contrat de réservation peuvent justifier la nullité dudit contrat pour vice du consentement.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 76989
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 64743
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38453
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35092
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©