webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Des clauses pénales non-excessives

TC Paris, 13 juin 2018, RG n°J2018000299

Dans un contrat de distribution, le Tribunal de commerce de Paris a jugé que 3 clauses pénales n’étaient pas excessives : (i) 10.000€ par manquement contractuel, (ii) 75.000€ pour violation de la clause de non-concurrence post-contractuelle et, enfin, (iii) les redevances dues jusqu’au terme et la perte de marge brute sur les achats en cas de résiliation du contrat aux torts du distributeur.

Après avoir adressé à son distributeur deux mises en demeure qui sont restées sans effet, la société tête de réseau a résilié le contrat qui les liait en application de la clause résolutoire. Dans le courrier de résiliation, la société tête de réseau demandait le paiement de 2 clauses pénales:
  1. la clause pénale prévoyant le paiement de 10.000€ par manquement contractuel (ce qui aboutissait à un montant total de 110.000€ eu égard aux 11 manquements contractuels reprochés) ;

  2. la clause pénale prévoyant le paiement d’une somme équivalent, d’une part, aux redevances qui auraient été dues par le distributeur si le contrat s’était poursuivi jusqu’au terme prévu et, d’autre part, la perte de marge brute sur les achats qui auraient dû être effectués par le distributeur auprès de la société tête de réseau si le contrat s’était poursuivi jusqu’au terme prévu.

Bien entendu, le distributeur contestait les griefs de la société tête de réseau et l’application des clauses pénales. L’affaire a donc été portée devant le Tribunal de commerce de Paris. Pendant cette procédure, la société tête de réseau a sollicité l’application d’une 3e clause pénale : le paiement de 75.000€ pour manquement à l’obligation de non-concurrence post-contractuelle. Le distributeur considérait que les clauses pénales devaient être révisées en raison de leur caractère excessif. Le Tribunal a considéré que ces 3 clauses – même cumulées – n’étaient pas excessives dans leur montant :

Sur la clause pénale de 10.000€ par manquement contractuel : au regard de l’attitude des parties (manquements répétés et mauvaise foi du distributeur contre clémence de la société tête de réseau), le Tribunal a estimé que la clause pénale de 10.000€ par manquement n’était pas excessive. Reconnaissant 9 manquements, le Juge a condamné le distributeur au paiement de 90.000€ en application de ladite clause pénale.

Sur la clause pénale applicable en cas de résiliation pour faute du distributeur : au regard des « circonstances du litige », le Juge a considéré que la clause n’était pas manifestement excessive. Le distributeur a donc été condamné au paiement des redevances et de la marge brute qu’aurait dû recevoir la société tête de réseau si le contrat s’était poursuivi jusqu’à son terme.

Sur la clause pénale prévue en cas de violation de la clause de non-concurrence post-contractuelle : là encore, les faits et l’attitude des parties ont justifié le montant de la clause de 75.000€.

A rapprocher : CA Dijon, 8 mars 2018, n°16/0118

VOIR AUSSI

Responsabilité du franchiseur en qualité de mandataire

CA Versailles, 5 juillet 2016, RG n°14/08967

- Vu : 3634

Lorsque le franchiseur est le mandataire de son franchisé pour gérer l’hôtel objet du contrat de franchise, il engage sa responsabilité à l’égard du franchisé-mandant, lorsque, chargé notamment du contrôle régulier du responsable de l’hôtel, il ne s’aperçoit pas pendant plusieurs années des détournements opérés par ce dernier.

> Lire la suite

Le franchiseur qui n'a pas remis d’état local du marché peut-il reprocher à son franchisé de n’avoir pas réalisé d’étude de marché ?

Analyse jurisprudentielle d'ensemble

- Vu : 8291

Si le franchiseur est légalement tenu de réaliser un état local du marché, le franchisé a le devoir de se renseigner en réalisant notamment une étude de marché. Qu’en est-il alors lorsque le franchiseur et le franchisé ont l’un comme l’autre failli à ce qui constitue une obligation de source légale pour le premier et un devoir de source jurisprudentielle pour le second ? Aperçu jurisprudentiel.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107098
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88035
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44192
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43537
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©