webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Disproportion du cautionnement : date d’appréciation stricte

Cass. com., 9 mai 2018, n°16-26.926

« Un créancier professionnel ne peut se prévaloir d'un contrat de cautionnement conclu par une personne physique dont l'engagement était, lors de sa conclusion, manifestement disproportionné à ses biens et revenus » ...

Ce qu’il faut retenir : « Un créancier professionnel ne peut se prévaloir d'un contrat de cautionnement conclu par une personne physique dont l'engagement était, lors de sa conclusion, manifestement disproportionné à ses biens et revenus », mais les engagements conclus postérieurement au cautionnement ne sont pas pris en considération même si leur principe était connu du créancier au jour du cautionnement.

Pour approfondir : Dans le cadre d’un seul et unique projet professionnel nécessitant l’obtention de deux prêts bancaires au bénéfice de sa société, une personne physique a souscrit deux cautionnements auprès des banques prêteuses :

  1. d’abord, avec le CIC NORD OUEST le 4 mai 2011 ;
  2. puis, avec le CREDIT AGRICOLE.

La société ayant été placée en liquidation judiciaire avant d’avoir remboursé intégralement l’un des deux prêts (accordé par le CIC NORD OUEST), le CIC NORD OUEST a assigné la personne physique en exécution de son engagement de caution.

Pour se défendre, la caution a invoqué la disproportion de son engagement.

La caution considérait que le second engagement de caution auprès du CREDIT AGRICOLE (pour un montant de 224 900 €) devait être pris en considération même s’il a été conclu postérieurement au cautionnement auprès du CIC NORD OUEST car :

  • le CIC NORD OUEST savait que le projet professionnel était cofinancé par le CREDIT AGRICOLE ;
  • le CIC NORD OUEST savait que le CREDIT AGRICOLE solliciterait également un cautionnement ;
  • le CIC NORD OUEST aurait dû solliciter des informations relativement à ce second (mais très probable) cautionnement puisqu’il ne figurait pas sur la fiche de renseignement fournie par la caution au CIC NORD OUEST.

La Cour de cassation n’a pas suivi ce raisonnement (approuvant ainsi la Cour d’appel) : « la disproportion du cautionnement s’apprécie en prenant en considération l’endettement global de la caution au moment où cet engagement est consenti, sans avoir à tenir compte de ses engagements postérieurs, fussent-ils souscrits dans le cadre du financement d’une même opération dont les modalités étaient connues du créancier ». Partant, puisque « à la date de conclusion du cautionnement [litigieux, la caution] n’avait encore signé aucun autre engagement de caution dans le cadre de l’opération financée, la Cour d’appel en a exactement déduit qu’il ne devait pas être tenu compte, pour l’évaluation de son endettement global à cette date, de l’engagement souscrit postérieurement au bénéfice [du CREDIT AGRICOLE] ». Bien que ce raisonnement de la caution n’ait rien d’absurde (et paraît même au contraire conforme à l’esprit du texte), la Cour de cassation a préféré adopter une appréciation très stricte du texte de l’article L.341-4 du Code de la consommation (devenu aujourd’hui l’article L.332-1).

A rapprocher : Cass. com., 3 nov. 2015, n°14-26.051 et 15-21.769

VOIR AUSSI

Interprétation finaliste du contrat de distribution

TC Paris, 14 novembre 2017, n°16/045132

- Vu : 1180

Le juge privilégie une interprétation finaliste du contrat de distribution.

> Lire la suite

Nullité du contrat de franchise – CA Versailles, 12 juin 1992, Juris-Data n°1992-042057

Brève

- Vu : 2188

Le franchisé ne peut obtenir la nullité du contrat de franchise en se contentant simplement d’affirmer l’inexistence du réseau de franchisé et la publicité mensongère. En outre, ni le dol, ni l’erreur ne sont justifiés dans la mesure où la validité du contrat de franchise ne saurait dépendre ni de la qualité non commerçante du franchisé, ni de son jeune âge ou de son inexpérience, celui-ci étant majeur au jour de la signature du contrat et entendant exercer le commerce.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75548
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 62127
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38355
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34710
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©