webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Annulation du contrat pour manœuvres dolosives - Cass. com., 3 avril 2012, pourvoi n°11-16.303

Le non-respect des dispositions de l’article L.330-3 du code de commerce et de l’article 1116 du code civil peuvent donner lieu à une action en nullité et à une demande d’indemnisation.



Ce qu’il faut retenir : L’omission du franchiseur de difficultés rencontrées par le réseau dans son développement en province peut justifier la nullité pour dol du contrat de franchise conclu pour l’exploitation de plusieurs points de vente en province et l’allocation de dommages et intérêts d’un montant égal aux sommes investies par le franchisé au titre du contrat.

Pour approfondir : Le non-respect des dispositions de l’article L.330-3 du code de commerce et de l’article 1116 du code civil, relatif au dol, peuvent donner lieu à une action en nullité et à une demande d’indemnisation.

En l’espèce, la Cour d’appel avait retenu qu’un franchisé s'était engagé sur la foi des informations fausses et trompeuses communiquées par le franchiseur, ce dernier ayant déformé la réalité du réseau en occultant sciemment les difficultés de son développement en province.

La Cour d’appel avait considéré que le franchisé, dont le contrat impliquait l'exploitation de plusieurs points de vente en province, avait été trompé. Elle avait ainsi retenu que les sommes engagées par le franchisé au titre du contrat de franchise s'élevaient à 389.428 euros, justifiant l'allocation de dommages-intérêts d'un même montant.

La Haute juridiction écarte le pourvoi formé par le franchiseur en considérant que la Cour a exercé son pouvoir d’appréciation. 

A rapprocher : CA Douai, 15 février 2001, RG n°1999/01453, Juris-Data n°2001-170810

VOIR AUSSI

Loi Macron - Distribution automobile

Réponse ministérielle du 8 mars 2016

- Vu : 3701

Une réponse ministérielle du 8 mars 2016 répond à la question posée par Mme Virginie Duby-Muller qui souhaite "connaître les garanties que va apporter le Gouvernement au secteur de la distribution automobile, sur le sujet des réseaux de distribution commerciale".

> Lire la suite

Transiger

Par Sandrine RICHARD

- Vu : 5488

Sandrine RICHARD aborde la transaction possible dans une procédure judiciaire.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 81522
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 73054
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38836
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 36224
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©