webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Rupture brutale : relation poursuivie par une société du même groupe - Cass. com., 25 septembre 2012, pourvoi n° 11-24.301

La Cour de cassation approuve la caractérisation de relations commerciales établies du fait de la continuité des relations antérieures avec une société du même groupe.


Un distributeur français entretenait depuis 1991 des relations commerciales avec une société marocaine, à laquelle il achetait des produits alimentaires pour les revendre en France.

En 2003, le distributeur change de cocontractant en concluant un contrat avec une société française appartenant au même groupe que la société marocaine, conférant au distributeur l’exclusivité de la distribution des produits alimentaires concernés en France.

Ce contrat était conclu pour une durée de trois ans, renouvelable par tacite reconduction, moyennant le respect d’un préavis de douze mois. Après un premier renouvellement, le fournisseur dénonce le contrat en respectant le préavis contractuel, prévoyant la cessation des relations en 2009, soit après un an de préavis.

Le fournisseur est assigné par le distributeur, lequel se prévaut d’une relation établie et réclame à ce titre un préavis raisonnable eu égard à la durée d’une relation de dix-huit ans

Alors même que le contrat de 2003 avait été conclu avec une autre société, la Cour de cassation admet l’argumentation du distributeur et condamne le fournisseur français pour rupture brutale des relations commerciales, estimant que le préavis aurait dû s’élever à deux ans.

La chambre commerciale de la Cour de cassation considère que les termes du contrat conclu en 2003 prouvent la volonté des parties de « se situer dans la continuation des relations antérieures », le but du contrat étant de poursuivre et développer les relations existant entre le distributeur et le groupe auquel appartient le fournisseur.


VOIR AUSSI


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83071
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 79959
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39167
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37353
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©