webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Révision triennale légale du bail commercial et renouvellement

Cass. civ. 3ème, 8 septembre 2016, n°15-17.485

Le point de départ du délai de trois ans pour l’application de la révision triennale légale de l’article L.145-38 du code de commerce se situe à la date de prise d’effet du renouvellement du bail. Le fait que la date d’exigibilité du montant du loyer du bail renouvelé ait été reportée à une date postérieure à raison du retard du bailleur à apporter une réponse à la demande de renouvellement est sans incidence.



Ce qu’il faut retenir : Le point de départ du délai de trois ans pour l’application de la révision triennale légale de l’article L.145-38 du code de commerce se situe à la date de prise d’effet du renouvellement du bail. Le fait que la date d’exigibilité du montant du loyer du bail renouvelé ait été reportée à une date postérieure à raison du retard du bailleur à apporter une réponse à la demande de renouvellement est sans incidence. Par l'arrêt commenté, la Cour de cassation précise pour la première fois que les dispositions de l’article L.112-1 du Code monétaire et financier, selon lequel « la clause prévoyant la prise en compte d'une période de variation de l'indice supérieure à la durée s'écoulant entre chaque révision est réputée non écrite », ne sont pas applicables à la révision triennale légale.

Pour approfondir : Un preneur à bail commercial a demandé le renouvellement de son bail à effet du 1er avril 2007 auquel le bailleur n’a pas répondu de suite. Le preneur et le bailleur n’ayant pas trouvé d’accord sur le montant du loyer du bail renouvelé, le bailleur a alors saisi le juge des loyers afin de voir de fixer ledit montant.

En raison du retard pris par le bailleur pour répondre à la demande de renouvellement du locataire, le juge de première instance a considéré que le bail était renouvelé à compter du 1er avril 2007 mais a fixé la date d'exigibilité du nouveau montant de loyer au 23 juin 2008, date à laquelle le bailleur avait formulé sa demande.

En cours d’instance, le bailleur a également sollicité l’application de la révision triennale du loyer renouvelé en prenant pour point de départ la date de prise d’effet du renouvellement du bail (1er avril 2007).

Le preneur a contesté la référence à cette date pour lui préférer celle de l’exigibilité du nouveau montant de loyer (23 juin 2008) considérant que la distorsion entre la date de prise d’effet du bail et la date d’exigibilité du loyer renouvelé était contraire aux dispositions de l’article L. 112-1 du Code monétaire et financier qui réputent non écrite toute clause d’un contrat à exécution successive « prévoyant la prise en compte d'une période de variation de l'indice supérieure à la durée s'écoulant entre chaque révision ».

La Cour de cassation confirme la solution des juges du fond et réaffirme le principe selon lequel le point de départ du délai de la révision triennale légale court à compter de la date de prise d’effet du renouvellement du bail (arrêt précédent : Paris, 24 sept.2008 n°07-07115) et ce, même si le loyer fixé judiciairement prend effet à une date postérieure.

Ce faisant, elle respecte la lettre du texte qui dispose que « la demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après le point de départ du bail renouvelé » (art. L 145-38 du code de commerce). La Cour de cassation vient également préciser que les dispositions de l’article L. 112-1 du Code de commerce ne sont pas applicables à la révision triennale légale de l’article L. 145-38 du code commerce qui est donc un mécanisme exclusivement régi par les dispositions statutaires.

A rapprocher : L. 145-38 du Code de commerce ; L. 112-1 du Code monétaire et financier

VOIR AUSSI

Désordre de construction : l’étendue des travaux de reprise doit être strictement justifiée

Cass. civ. 3ème, 21 juin 2018, n°17-15.897

- Vu : 1240

Dès lors que le désordre affectant le local commercial d’un immeuble, consistant en la violation des normes d’accessibilité aux personnes handicapées, peut être réparé soit par l’aménagement du trottoir soit par l’abaissement du seuil du local, la destruction et la reconstruction complète de l’ouvrage n’est pas justifiée.

> Lire la suite

Aménagements du preneur

Absence de Motif grave et légitime au sens de l’article L. 145-17 I. 1° du code de commerce

- Vu : 8790

La gravité du motif justifiant le refus de renouvellement est une question factuelle appréciée souverainement par les juges du fond. Cependant, en matière de travaux, le caractère de « gravité » n’est reconnu en jurisprudence que lorsque ceux-ci sont conséquents et touchent à la structure de l'immeuble ou au gros œuvre ...

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107098
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88034
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44192
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43537
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©