webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

L’influence du « tiers » dans l’application de l’article L.442-6 du Code de Commerce

Cass. com., 3 mai 2016, n°15-10158 ; CA Paris, 24 mai 2016, n°15-11053 ; CA Paris, 20 mai 2016, n°13-12457

L’article L.442-6-5° du Code de commerce, qui engage la responsabilité de l’auteur de la rupture brutale des relations commerciales établies, pose la question de la place du tiers lorsqu’il intervient ou influence cette relation commerciale...



Ce qu’il faut retenir : L’article L.442-6-5° du Code de commerce, qui engage la responsabilité de l’auteur de la rupture brutale des relations commerciales établies, pose la question de la place du tiers lorsqu’il intervient ou influence cette relation commerciale. Il pose la question au juge, de l’existence de la « relation commerciale établie », de sa durée, et du caractère brutal de la rupture lorsqu’elle est due à un tiers. Il faut ainsi retenir de ces arrêts récents que le repreneur d’un fonds ne reprend pas la relation, et que la rupture d’une relation due à un tiers ne peut légitimer des dommages et intérêts pour le partenaire.

Pour approfondir : L’article L.442-6 du Code de Commerce, récemment modifié par la Loi LME du 4 août 2008, laisse décidément libre cours à l’interprétation. Si la jurisprudence n’est toujours pas exactement fixée sur l’interprétation de ses termes, elle l’est peut-être encore moins lorsque des circonstances et des acteurs extérieurs viennent s’y immiscer. Selon le 5° du I de l’article en question, engage la responsabilité de l’auteur, toute rupture partielle ou brutale des relations commerciales établies ; le flou juridique réside alors dans la détermination de cette  notion de « relation commerciale établie », et la question de sa durée.

Quand la relation commerciale peut-elle être jugée établie ? En cas de cession de fonds de commerce, la relation doit-elle être considérée comme se poursuivant entre le fournisseur et le cessionnaire, ou une nouvelle relation est-elle présumée démarrer ?

  • Pas de reprise de la relation par un tiers

Dans l’arrêt de la Cour de Cassation en question (Cass. Com., 3 mai 2016, n°15-10158), la Cour casse l’arrêt de la Cour d’appel qui avait octroyé au cessionnaire des dommages et intérêts au titre de la rupture des relations, sur le fondement de l’article L.442-6-5°. Une société, cédante, à laquelle la société Expeditors avait confié un volume d’affaire depuis 2003, cède une partie de son fonds de commerce à une autre, cessionnaire, fin 2007. Sur quoi la cessionnaire se voit notifier par Expeditors la réduction immédiate des commandes. La cessionnaire l’assigne donc en rupture brutale des relations commerciales. La Cour d’appel souligne « la reprise du flux d’affaire de la société [cédante] avec la société Expeditors et qu’il s’agit d’une prestation identique, sans qu’il y ait eu interruption entre les deux flux d’affaire ». Que de plus, celle-ci avait connaissance de la cession du fonds de commerce et que les commandes d’Expeditors étaient mentionnées dans l’acte de cession. De là, elle juge que la cessionnaire est en droit de recevoir des dommages et intérêts, au titre d’une relation ayant commencé en janvier 2003.

Si l’on peut donc supposer que les critères de détermination de la durée et de l’existence d’une relation commerciale, lorsqu’un tiers devient partie, comprennent la continuité du flux des commandes, la stabilité de la relation (CA Rouen, ch. civ. et com., 9 déc. 2010, no RG 10/00274), la nature de la prestation, la connaissance par le distributeur de l’insertion de ce tiers dans l’équation, il convient de souligner que la Cour de cassation, in fine, juge que ce sont « des motifs impropres à établir que la société [cessionnaire], simple acquéreur d’un fonds de commerce, pouvait se prévaloir, à l’encontre de la société Expéditors de la durée de la relation commerciale initialement nouée entre cette société et le cédant du fonds ». Ainsi sonne finalement le glas pour les tiers qui auraient voulu bénéficier de la durée des relations antérieurement établies par le cédant, dans le calcul de leurs dommages et intérêts, mais aussi celui du préavis nécessaire à la rupture des relations.

Le repreneur de fonds n’est pas considéré comme repreneur de la relation (voir également CA Paris, 12 sept.2013, RG n°11/20191, et notre commentaire).

L’enjeu pour ces derniers est de taille puisque, toujours sur le fondement de l’article L.442-6-5°, les juges corrèlent la durée du préavis à respecter en vue de rompre les relations, à la durée de cette relation.

D’où l’enjeu, puisque la jurisprudence a pu aller jusqu’à condamner des sociétés qui avaient respecté le préavis conventionnellement prévu, sur le fondement de la responsabilité délictuelle sur ce fondement (Cass. com., 6 mars 2007, no 05-18.121)! Sans compter que « lorsque la relation commerciale porte sur la fourniture de produits sous marque de distributeur, la durée minimale de préavis est double de celle qui serait applicable si le produit n'était pas fourni sous marque de distributeur ».

De la même manière, il semble qu’en cas de location-gérance, le propriétaire du fonds est dessaisi de l’exploitation, et les relations commerciales qu’ils avaient pu établir ne sont pas considérées comme se poursuivant (CA Paris, 13 mai 2016, n°14-06140).

La relation commerciale, pour être considérée comme « établie », doit en fait être directe entre l’une et l’autre partie. Ainsi, le tiers qui ne se prévaut que de la relation indirecte qu’il a avec une société ne peut alléguer une quelconque rupture des relations avec cette dernière (CA Paris, 6 mai 2016, n°15-13.802). En l’espèce, l’appelant « ne rapporte pas la preuve de l’existence, entre les parties, d’une relation commerciale établie, la mention de l’enseigne (…) sur certains connaissements ne démontrant pas la réalité des relations directes avec la société de transport ». Ainsi, la Cour le déboute de sa demande. Après une lecture extensive de l’article L.442-6 du Code de commerce, la jurisprudence vient (enfin ?) poser des limites à son application (voir aussi CA Paris, 13 avril 2016, n°14-23.718).

  • Rupture de la relation due au tiers

Le second enjeu qui peut être soulevé, lorsque des tiers interviennent au milieu d’une relation commerciale, concerne l’impact du tiers sur la rupture de la relation elle-même. Dans un arrêt du 24 mai 2016, la Cour d’appel de Paris juge en effet que la rupture des relations commerciales due au fait d’un tiers ne peut être considérée comme fautive. En l’espèce, la Cour juge que si Carrefour, client d’un des partenaires commerciaux, est responsable effectivement de la rupture des relations des deux partenaires, alors celui assigné « n’est en rien responsable d’une quelconque rupture » (CA Paris, 24 mai 2016, n°15-11053).

Pareillement, dans le cas d’un contrat de sous-traitance signé en vertu d’un second contrat principal avec un autre acteur, si ce dernier est résilié, peut-il vraiment y avoir rupture brutale des relations dans le cadre du contrat de sous-traitance ? La Cour d’appel de Paris répond par la négative dans un arrêt du 20 mai 2016, dans lequel Free avait missionné Alcatel de missions d’installation de matériel. Suite à la résiliation de ce contrat, la Cour a jugé irrecevable la demande du sous-traitant d’Alcatel, qui a vu de ce fait ses relations s’arrêter avec ce dernier (CA Paris, 20 mai 2016, n°13-12457).

A rapprocher : Cass. com., 25 septembre 2012, pourvoi n° 11-24.301, et notre commentaire ; Cass. com., 15 septembre 2015, pourvoi n°14-17.964, et notre commentaire ; Cass. Com., 7 octobre 2014, n°13/20390

VOIR AUSSI

Clause de non-concurrence post-contractuelle et cessation d’activité sous astreinte

CA Paris, pôle 1 - ch. 5, 17 avril 2019, n°19/03841

- Vu : 623

Ne saurait donner lieu à application de l’article 524 du Code de procédure civile la décision du juge du fond faisant injonction au débiteur de l'obligation de non-concurrence post-contractuelle de cesser l'activité concurrente, sous astreinte, pendant toute la durée de l’interdiction.

> Lire la suite

Renégociation du contrat et préavis en cas de rupture d’une relation commerciale établie - CA Paris, Pôle 5, chambre 4, 14 octobre 2015, n°13-09.610

- Vu : 7516

Lorsque le contrat ne comportant pas de clause de tacite reconduction arrive à son terme, naît un nouveau contrat, résiliable à tout moment moyennant un préavis raisonnable, qui court du jour où ce contrat est né, pour autant que l’auteur de la rupture n’ait pas maintenu l’autre partie dans la croyance légitime qu’il poursuivrait des relations contractuelles pérennes.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83076
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 80002
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39168
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37355
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©