webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

RUPTURE BRUTALE : Appréciation de la durée de la relation commerciale dans le cadre d’une cession de fonds de commerce

Cass. com., 15 septembre 2015, pourvoi n°14-17.964

En cas de cession de fonds de commerce, le cessionnaire ne se substitue pas de plein droit au cédant dans les relations que ce dernier a nouées avec des tiers ; le cessionnaire qui met un terme à un contrat conclu par le cédant n’a donc pas à tenir compte de la durée de la relation établie entre le cédant et le tiers pour déterminer la durée du préavis à respecter dès lors qu’à aucun moment le cédant n’a manifesté son intention de poursuivre une telle relation.


Ce qu’il faut retenir :

En cas de cession de fonds de commerce, le cessionnaire ne se substitue pas de plein droit au cédant dans les relations que ce dernier a nouées avec des tiers ; le cessionnaire qui met un terme à un contrat conclu par le cédant n’a donc pas à tenir compte de la durée de la relation établie entre le cédant et le tiers pour déterminer la durée du préavis à respecter dès lors qu’à aucun moment le cédant n’a manifesté son intention de poursuivre une telle relation.

Pour approfondir :

En l’espèce, la société E. qui exploitait un fonds de commerce de boissons, le donne en location-gérance à la société P. à partir du 1er octobre 2005, puis le lui cède le 30 mars 2006. Dès le 14 avril 2006, la société P. informe la société V. (transporteur), qui était en relation avec la société E., de son souhait de mettre un terme à la relation, avec effet au 1er août 2006. La société V. assigne la société P., se prévalant de la violation par cette dernière des dispositions de l’article L.442-6, I, 5° du code de commerce qui sanctionne la rupture brutale de relations commerciales établies. L’article L.442-6, I, 5° du code de commerce prévoit en effet que la durée du préavis à respecter en cas de cessation d’une relation commerciale établie doit tenir compte de la durée de la relation. La société V. soutenait que la durée du préavis (trois mois et demi) était trop courte eu égard à la durée des relations, puisqu’il convenait de tenir compte de la durée des relations qu’elle avait entretenues avec la société E depuis l’origine.

La question posée était donc de déterminer quelle était la durée de la relation à prendre en considération, pour pouvoir ensuite déterminer la durée du préavis à respecter. Plus précisément, dans le cadre d’une cession de fonds de commerce, doit-on considérer que le cédant est substitué automatiquement au cessionnaire et qu’à ce titre il est tenu par les engagements pris par ce dernier ?

A cette interrogation, la Cour de cassation, reprenant la position adoptée par les juges du fond, répond par la négative et souligne que « si cette opération [la cession du fonds de commerce] a transféré à la société P. la propriété des éléments du fonds cédé, elle n’a pas de plein droit substitué le cessionnaire au cédant dans les relations contractuelles et commerciales que cette société entretenait avec la société V. ». En conséquence, en l’absence de substitution « de plein droit », il aurait été nécessaire que le cédant, la société P., manifeste son intention de poursuivre la relation qui s’était nouée entre la société E. et la société V., ce qui n’a pas été le cas. Il en résulte donc que la durée du préavis de trois mois et demi était suffisante eu égard à la durée de la relation établie entre les parties et dont le point de départ était le 1er octobre 2005, date de mise en location-gérance du fonds de commerce.

La position de la Cour de cassation aurait sans doute été différente si la relation entre la société P. et la société V. avait duré plusieurs années. Les magistrats auraient effectivement pu considérer qu’en poursuivant ainsi la relation qui s’était nouée entre le cédant et la société V., la société P. aurait alors manifesté son intention de poursuivre la relation et, dans ce cas, la durée du préavis à respecter par le cessionnaire aurait dû tenir compte de la durée de la relation établie précédemment entre le cédant et la société P. De même, dans l’hypothèse où, dans le cadre de l’acte de cession du fonds de commerce, le cessionnaire se serait engagé à reprendre le contrat conclu entre le cédant et la société V., la société P. aurait alors été contrainte de respecter une durée de préavis plus longue, afin de prendre en considération la durée de la relation nouée antérieurement à la reprise du fonds de commerce.

A rapprocher : Cass. com., 2 novembre 2011, pourvoi n°10-25323 ; Cass. com., 25 septembre 2012, pourvoi n°11-24301


VOIR AUSSI

Pronuptia, trente ans après…

Cass. com., 20 décembre 2017, n°16-20.500 et 16-20.501 (deux arrêts)

- Vu : 5087

En matière de franchise, les clauses qui organisent le contrôle indispensable à la préservation de l'identité et de la réputation du réseau, symbolisé par l'enseigne, ne constituent pas des restrictions de concurrence au sens des articles 101, §1 TFUE et L.420-1 du Code de commerce.

> Lire la suite

Licéité d’un réseau de distribution sélective et compétence du juge des référés

CA Paris, 2 novembre 2017, n°17/03300

- Vu : 2548

Le juge des référés est compétent pour constater la licéité d’un réseau de distribution sélective, au regard des règles établies par le droit communautaire.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83070
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 79952
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39166
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37351
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©