webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Droit à indemnité de l’agent commercial - Cass. com., 19 mars 2013, pourvois n°12-13.258 et n°12-14.173

Le droit à indemnité de l’agent commercial est au cœur de deux arrêts commentés, rendus le même jour par la Cour de cassation.



Le droit à indemnité de l’agent commercial est au cœur de deux arrêts commentés, rendus le même jour par la Cour de cassation.

Dans la première affaire (pourvoi n°12-13.258), l’agent commercial avait rompu le contrat, pour avoir été victime d’un accident entrant (selon lui) dans le champ d’application de l’article L. 134-13 2° du code de commerce, qui énonce que le droit à une indemnité compensatrice peut être reconnu à l’agent s’il prouve que la cessation du contrat est notamment due à son âge, son infirmité ou sa maladie, et que « la poursuite de son activité ne peut plus être raisonnablement exigée ».

Or, en l’espèce, les juges du fond avaient refusé de faire droit à sa demande au motif qu’il n’avait pas établi l’impossibilité définitive de reprise d’activité, le certificat médical produit censé en justifier ne rapportant qu’une impossibilité d’exercice limitée dans le temps ; la Cour de cassation censure l’arrêt objet du pourvoi (CA Bourges, 15 septembre 2011) pour n’avoir pas recherché « si l’état de santé (de l’agent) ne lui permettait plus raisonnablement de poursuivre son activité ». Ainsi, l’impossibilité raisonnable de poursuivre l’activité ne doit pas s’entendre d’une impossibilité « définitive » ; ce faisant, tout est donc affaire d’espèce.

Dans la seconde affaire (pourvoi n°12-14.173), le mandant avait lui-même rompu le contrat, en se prévalant d’une faute grave de l’agent, qui résultait (selon lui), d’une part, de la non réalisation des objectifs fixés par le contrat et, d’autre part, de son défaut d’inscription au registre du commerce (lequel justifiait, d’après les termes du contrat, la résiliation sans préavis ni indemnité).

Or, pour approuver la cour d’appel d’avoir jugé la rupture imputable au mandant et accordé à l’agent une indemnité, la Chambre commerciale de la Cour de cassation indique tout d’abord que la non réalisation des objectifs était intervenue au cours d’une période de crise immobilière généralisée et n’avait jamais fait l’objet de reproche de la part du mandant, de sorte qu’elle ne pouvait constituer un motif pertinent de rupture du contrat (v. déjà en ce sens, CA Paris, 29 mars 2012, Juris-Data n°009002 ; v. aussi de manière plus générale sur la question, Lettre des Réseaux, nov.-déc. 2012, p.7). Elle souligne en outre – sans surprise – que la légitimité de la rupture doit s’apprécier au regard des seules dispositions d’ordre public des articles L.314-12 et L.314-13 du code de commerce, et ne peut donc être conditionnée à l’immatriculation de l’agent au registre du commerce, quelles que soient par ailleurs les stipulations du contrat.


VOIR AUSSI

Nullité du contrat de franchise – CA Versailles, 12 juin 1992, Juris-Data n°1992-042057

Brève

- Vu : 2267

Le franchisé ne peut obtenir la nullité du contrat de franchise en se contentant simplement d’affirmer l’inexistence du réseau de franchisé et la publicité mensongère. En outre, ni le dol, ni l’erreur ne sont justifiés dans la mesure où la validité du contrat de franchise ne saurait dépendre ni de la qualité non commerçante du franchisé, ni de son jeune âge ou de son inexpérience, celui-ci étant majeur au jour de la signature du contrat et entendant exercer le commerce.

> Lire la suite

Nature du droit d’entrée – CA Paris, 9 juillet 1992, Juris-Data n°1992-022779

Brève

- Vu : 2458
Le paiement du droit d’entrée n’est pas une condition suspensive de l’existence du contrat de franchise. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 80661
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 70933
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38732
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35938
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©