webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Un plan de prévention des risques naturels (PPRN) n’a pas le monopole de la détermination des risques naturels

CE, 15 février 2016, n° 389103

Un risque d’inondation peut justifier un refus de permis de construire alors même que le terrain d’assiette du projet est classé en zone non inondable par le plan de prévention des risques d’inondation.

Ce qu’il faut retenir : Un risque d’inondation peut justifier un refus de permis de construire alors même que le terrain d’assiette du projet est classé en zone non inondable par le plan de prévention des risques d’inondation.

Pour approfondir : En 2011, Monsieur B. dépose une demande de permis de construire. Estimant que le terrain d’assiette du projet présente un risque d’inondation, le maire refuse de délivrer cette autorisation. Monsieur B. conteste ce refus devant le Tribunal administratif de Strasbourg, puis devant la Cour administrative d’appel de Nancy, qui rejettent ses prétentions. Il forme alors un recours. Le Conseil d’Etat, par décision du 15 février 2016, confirme l’arrêt d’appel.

Dans cette espèce, le Conseil d’Etat rappelle que les dispositions d’un PPRN (en l’occurrence un plan de prévention des risques d’inondation « PPRI ») s’imposent aux autorisations d’urbanisme en ce qu’elles constituent des servitudes d’utilité publique, et que le maire, en application de l’article R. 111-2 du Code de l’urbanisme, peut soumettre une autorisation au respect de prescriptions spéciales différentes de celles issues d’un PPRI. Ainsi, des prescriptions spéciales nécessitées par les caractéristiques propres à l’espèce peuvent utilement compléter un PPRI.

Mais, - et c’est là l’apport principal de la décision - le Conseil d’Etat juge que le maire, par les pouvoirs qu’il détient au titre de l’article R. 111-2 du Code de l’urbanisme, peut aller au-delà des prescriptions imposées par un PPRN en refusant un permis de construire alors même :

  • que le PPRI n’a pas classé le terrain d’assiette du projet en zone à risque d’inondation ni prévu de prescriptions particulières applicables sur celui-ci,
  • et que les spécificités du terrain étaient connues par l’Etat au moment de l’élaboration du PPRI.

Partant, l’existence d’un risque d’inondation sur la partie supérieure du terrain de Monsieur B, lequel était connu lors du classement de cette partie en zone non inondable, suffisait à justifier un refus de permis de construire sur sa parcelle alors que seule la partie inférieure de la parcelle était classée en zone inondable par le PPRI.

Cette décision confirme que les risques en matière de sécurité et salubrité publique de l’article R. 111-2 du Code de l’urbanisme peuvent avoir un fondement textuel (une servitude d’urbanisme), comme factuel (un risque avéré mais non pris en compte dans la réglementation locale). Elle rappelle en outre que l’article R. 111-2 du Code de l’urbanisme autorise le maire à être plus sévère que les dispositions d’un PPRN, si toutefois « l’appréciation concrète de l’ensemble des caractéristiques de la situation d’espèce » le justifie.

A rapprocher : article R. 111-2 du Code de l’urbanisme

VOIR AUSSI

La mise en œuvre d’une clause résolutoire dans un bail commercial

Cass. civ. 3ème, 21 décembre 2017, n°16-10.583

- Vu : 3489

La clause résolutoire d’un bail commercial ne peut être mise en œuvre que par l’envoi d’un commandement délivré par huissier ; une simple lettre (même LRAR) ne suffit pas et toute clause contraire est réputée non-écrite.

> Lire la suite

Modification unilatérale de la notice descriptive et dépôt de garantie - Cass. civ. 3ème, 12 avr. 2012, pourvoi n°11-11.764

- Vu : 6691
Cet arrêt s’inscrit dans la jurisprudence tendant à donner force obligatoire au contrat préliminaire de réservation. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107113
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88038
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44197
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43542
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©