webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Agent commercial : qualification et requalification

Eléments de jurisprudence

À plusieurs reprises, la Cour de cassation a expressément affirmé que l’application du statut d'agent commercial ne dépend ni de la volonté exprimée par les parties dans le contrat, ni de la dénomination qu'elles ont donnée à leurs conventions mais des conditions dans lesquelles l'activité est effectivement exercé.

 À plusieurs reprises, la Cour de cassation a expressément affirmé que l’application du statut d'agent commercial ne dépend ni de la volonté exprimée par les parties dans le contrat, ni de la dénomination qu'elles ont donnée à leurs conventions mais des conditions dans lesquelles l'activité est effectivement exercée (par exemple, Cass.com., 10 déc. 2003, pourvoi n° 01-11.923 ; Cass. com., 10 juill. 2007, pourvoi n° 05-19.373).

Ces considérations ont valeur de principe. Elles permettent de rejeter la qualification de contrat d’agence commerciale, au vu des critères dégagés par la jurisprudence.

En effet, il ressort de la définition même de l’agent commercial que ce dernier est chargé de façon permanente :  «  … de négocier et éventuellement de conclure des contrats de vente, d'achat, de location ou de prestation de services … » (C. com., art. L. 134-1). La négociation suppose la prospection de clientèle et la prise de commande.

La rémunération sous forme de commissions est un indice de l’agence commerciale mais n’exclut pas qu’une autre qualification puisse être recherchée, ce qui importe est avant tout les conditions dans lesquelles la prospection de clientèle est effectuée (en ce sens : Cass. com., 10 juill. 2007, pourvoi n°05-19.373).

La jurisprudence exclu la qualification d’agent commercial lorsque la personne qui prétend à cette qualité est en réalité dépourvue du pouvoir de négociation. Ainsi et notamment, la Cour de cassation a pu approuver une cour d’appel qui constatait que le distributeur s'était contractuellement engagé à n'apporter aucune modification, de quelque nature que ce soit, aux tarifs et conditions fixés par la société de radiotéléphonie pour la souscription des abonnements aux services d’avoir exclu la qualité d’agent commercial. Selon la cour d'appel, approuvée sur ce point par la Cour de cassation, il résultait de ce contrat que le distributeur n'était investi d'aucun pouvoir de négocier les contrats, ce qui excluait la qualification d'agent commercial (Cass.com., 15 janv. 2008, pourvoi n° 06-14.698).  Encore récemment, la Haute Cour a réaffirmé le principe selon lequel une société qui ne dispose pas, de façon permanente du pouvoir de négocier des contrats au nom et pour le compte de son mandant n’a pas qualité d’agent commercial (Cass.com., 27 avril 2011, pourvoi n°10-14.851).

Logiquement, à défaut de démarchage et de négociation mais de simples prestations d’assistance et de conseil, la jurisprudence rejette la qualification de contrat d’agent commercial, par exemple : lorsque le représentant n’était chargé ni de prospecter, ni de négocier des contrats mais n’avait qu’un rôle d’intermédiaire technique, d’assistance à la clientèle, au surplus il n’était pas inscrit au registre spécial des agents commerciaux et était rémunéré de façon forfaitaire (CA Versailles, 8 fév. 2007, R.G. n°05/0785), ou encore  dans une espèce similaire au cas d’espèce, la Cour d’appel de Paris a rejeté la qualification d’agent commercial aux motifs que la mission était cantonnée à la recherche de clients potentiels, à la présentation et l’information sur les produits et à la transmission des commandes sans pouvoir de transaction ni de négociation (CA Paris,  6 nov. 2007, R.G. n°06/10396).

VOIR AUSSI

Complicité du tiers dans la violation d’un approvisionnement exclusif

CA Besançon, 6 janvier 2016, RG n°14/01662

- Vu : 5067

On pourrait l’oublier mais la fourniture d’un DIP ne s’impose que lorsqu’est mis à disposition du distributeur une marque, une enseigne ou un nom commercial. Par ailleurs, la preuve de la complicité du tiers dans la violation de l’obligation d’approvisionnement semble se faciliter.

> Lire la suite

Le vice du consentement du franchisé s’apprécie in concreto

Illustrations jurisprudentielles

- Vu : 4112

Ainsi qu’il ressort de la jurisprudence, le vice du consentement du franchisé s’apprécie in concreto, c'est-à-dire en fonction des connaissances et des capacités du franchisé lui-même.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 97957
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86477
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41062
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40485
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©