webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

PLF 2016 : la première partie du projet a été adoptée par l’Assemblée nationale, affaire à suivre…

Projet de loi de finances pour 2016

Le 20 octobre, l’Assemblée a adopté la première partie du projet de loi de finances pour 2016 consacré aux recettes. Les députés ont encore du travail puisque la deuxième partie comporte des nombreuses mesures fiscales.

Ce qu’il faut retenir : Le 20 octobre, l’Assemblée a adopté la première partie du projet de loi de finances pour 2016 consacré aux recettes. Les députés ont encore du travail puisque la deuxième partie comporte des nombreuses mesures fiscales.

Pour approfondir : Parmi les principales mesures fiscales adoptées le 20 octobre se trouvent :

  • le renforcement de l’allègement de l’IR pour les ménages aux revenus modestes, mais pas de modification structurelle du barème de l’IR (tranches d’imposition seulement relevées de 0,1%) (Art.2) ;
  • la prorogation jusqu’au 31/12/2017 de la réduction d’IR accordée au titre des dépenses de restauration complète d’un immeuble bâti lorsque (i) celui-ci est situé dans un des quartiers visés par le programme national de requalification des quartiers anciens dégradés (PNRQAD) et (ii) que la restauration a été déclarée d’utilité publique dans les conditions de l’article 199 terdecies du CGI. (Art. 2 quater) ;
  • la limitation des effets de seuils d’effectif salarié pour le bénéfice de différents régimes fiscaux ou sociaux dans les TPE et les PME (Art. 4) ;
  • la prorogation du dispositif d’amortissement accéléré applicable au matériel de robotique industrielle (Art. 6) ;
  • le durcissement du régime fiscal des   indemnités versées aux dirigeants à l'occasion de leur départ (« parachutes dorés ») (Art. 6 bis) ;
  • prorogation de l’exonération de plus-values immobilières pour les cessions en faveur du logement social (Art 9 bis).

Les députés ont encore du travail puisque la deuxième partie comporte des nombreuses mesures fiscales parmi lesquelles :

  • la mise en place du prélèvement à la source ;
  • la généralisation du principe de la et l’abaissement du seuil au-delà duquel le est obligatoire ;déclaration en lignepaiement dématérialisé
  • la mise en place obligatoire d’un ou système non frauduleux afin de contrer la dissimulation de ;logiciel de caisserecettes à la TVA
  • l’aménagement des obligations déclaratives en matière de prix de transfert ;
  • la prorogation et l’aménagement du (CITE) ;crédit d’impôt pour la transition énergétique
  • l’aménagement des aides fiscales en faveur des investissements en Outremer.

On peut déplorer le fait que le PLF pour 2016 ne comporte que très peu de mesures à destination des entreprises.

Ainsi, il ne met pas en conformité la loi française avec le droit communautaire sur plusieurs contentieux aux enjeux économiques lourds pour les entreprises, notamment s’agissant du contentieux sur la quote-part de frais et charges (QPFC).

Il ne donne aucune indication non plus quant à la position de la France sur les sujets soulevés par l’OCDE en matière de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale internationales.

Il n’est pas certain que les amendements déposés et à venir clarifieront ces points.

Il semble qu’il faudra attendre le projet de loi de finance rectificative. Affaire à suivre donc…

A rapprocher : Projet de loi de finances pour 2016

VOIR AUSSI

Annulation d’une assemblée générale : dissimulation et prescription

Cass. com., 26 septembre 2018, n°16-13.917

- Vu : 554

Un associé peut agir en nullité d’une assemblée générale dans un délai de trois ans à compter de la date de la délibération. Toutefois, en cas de « dissimulation » de l’assemblée générale, le point de départ de ce délai est reporté et la prescription ne court qu’à compter du jour où l’associé a eu connaissance de la délibération sociale dissimulée.

> Lire la suite

Précisions sur la procédure d'agrément des héritiers d’un associé décédé d’une SARL

Cass. com., 3 mai 2018, n°15-20.851

- Vu : 1274

L’héritière d’un associé dont la demande d’agrément avait été rejetée par l’assemblée générale, ne jouit de la qualité d’associé qu’à l’expiration du délai accordé à la société et à l’associé survivant pour le rachat desdites parts sociales.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75426
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 61896
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38339
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34673
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©