webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Un membre du conseil de surveillance n’exerce pas une fonction de direction

Cass. com., 8 janvier 2020, n°18-23.991, F-P+B

Une interdiction de gérer n’est pas incompatible avec l’exercice d’un mandat de membre du conseil de surveillance d’une société anonyme car les membres d’un conseil de surveillance n’exercent qu’une mission de contrôle de la gestion de la société, et non une fonction de direction.

La gouvernance d’une société anonyme peut prendre deux formes différentes : soit la société comporte un conseil d’administration et un directeur général, soit elle comporte un conseil de surveillance et un directoire. Si un conseil de surveillance et un directoire sont mis en place, le conseil de surveillance exerce une mission de contrôle. En effet, d’après l’article L.225-68, alinéa 1er, du Code de commerce, « le conseil de surveillance exerce le contrôle permanent de la gestion de la société par le directoire ». 
 
Dans une société fonctionnant sous cette forme dite « dualiste », un membre du conseil de surveillance a été enjoint de régulariser sa situation car il avait été condamné, au cours de l’année 2018, à une interdiction de gérer d’une durée de trois ans dans le cadre d’une procédure collective. La question était de savoir si une interdiction de gérer pouvait impacter l’exercice d’un mandat de membre du conseil de surveillance d’une société. La cour d’appel de Lyon, dans un arrêt rendu le 18 octobre 2018, considère que le mandat de membre du comité de surveillance est affecté par l’interdiction de gérer dès lors qu’une telle fonction, certes étrangère à celles de gestion et de direction, constitue cependant une fonction de contrôle. 
 
Ce raisonnement n’est pas suivi par la chambre commerciale de la Cour de cassation, qui, le 8 janvier 2020, casse l’arrêt de la cour d’appel. D’après la Cour de cassation, l’interdiction de gérer ne concerne pas les membres du conseil de surveillance d’une société anonyme qui, en vertu de l’article L.225-68 du Code de commerce, n’exercent qu’une mission de contrôle de la gestion de la société par le directoire, et non une fonction de direction. Cette décision rejoint celle rendue par la chambre commerciale de la Cour de cassation le 12 juillet 2005 à propos de membres du conseil de surveillance, selon laquelle la direction de fait se caractérise par l'exercice, en toute indépendance, d'une activité positive de direction dans la société. Il ressortait de cet arrêt qu’en principe, un membre du conseil de surveillance d’une société n’exerçait pas de fonctions de direction. 
 
La Cour rappelle par l’arrêt commenté que le conseil de surveillance est cantonné à une mission de contrôle, ce qui le distingue du conseil d’administration, lequel détermine les orientations de l’activité de la société. L’existence d’une interdiction de gérer n’est donc pas incompatible avec un mandat de contrôle de la gestion d’une société. C’est pourquoi, contrairement aux administrateurs, qui ont été qualifiés dans un arrêt rendu par la chambre commerciale de la Cour de cassation le 31 mai 2011 de dirigeants de droit, les membres du conseil de surveillance ne sont pas impactés par l’existence d’une interdiction de gérer. Cette solution peut être étendue aux membres des conseils de surveillance de sociétés par actions simplifiées qui seraient institués sur le modèle des conseils de surveillance de sociétés anonymes, et plus généralement aux membres d’organes de sociétés par actions simplifiées qui n’auraient qu’une mission de contrôle de la gestion de la société. 

 
VOIR AUSSI

SIMON ASSOCIES conseille BRIDGE GESTION dans le cadre de son augmentation de capital

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

- Vu : 2342

SIMON ASSOCIES a conseillé Bridge Gestion à l’occasion de sa levée de fonds de 8M€ auprès d’123 Investment Managers.

> Lire la suite

L'efficacité des pactes d'actionnaires

- Vu : 38342

Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les objectifs le plus souvent poursuivis par les dirigeants dans les pactes d’actionnaires.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 92354
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 85378
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39983
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 39620
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©