webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Absence de responsabilité personnelle du dirigeant dont la démission n'a pas été publiée

Cass. com., 2 décembre 2020, n°18-21.597

L’administration fiscale ne peut invoquer l’inopposabilité de la démission non publiée d’un dirigeant pour rechercher sa responsabilité, sauf à démontrer une gestion de fait de ce dernier.

Le gérant d’une société a démissionné de ses fonctions le 29 juin 2011 et son successeur n’a pas procédé aux formalités de publicité légale nécessaires auprès du registre du commerce et des sociétés.

La société a ensuite fait l’objet d’un contrôle fiscal et plusieurs avis de mise en recouvrement sont demeurés impayés à ce titre. L’administration fiscale assigne alors le gérant démissionnaire, qui figure toujours sur l’extrait Kbis, en vue de le déclarer solidairement responsable du paiement des dettes fiscales de la société, sur le fondement de l’article L.267 du Livre des procédures fiscales.

Aux termes de ce texte, le dirigeant d’une société, qui est responsable de manœuvres frauduleuses ou de l'inobservation grave et répétée d’obligations fiscales qui ont rendu impossible le recouvrement d’impositions ou de pénalités dues par la société, peut être déclaré solidairement tenu au paiement de celles-ci.

La cour d’appel de Paris déclare le gérant démissionnaire tenu solidairement au paiement des sommes réclamées par l’administration fiscale, après avoir relevé que sa démission n’ayant pas fait l’objet d’une publicité légale, il était demeuré gérant de droit aux yeux des tiers.

La Cour de cassation casse l’arrêt au motif que si une société ne peut se prévaloir, à l'égard des tiers, des nominations et cessations de fonction des dirigeants tant qu'elles n'ont pas été régulièrement publiées, cette inopposabilité ne peut être invoquée en ce qui concerne les faits et actes mettant en jeu la responsabilité personnelle d'un dirigeant sur le fondement de l’article L.267 du Livre des procédures fiscales.

Dès lors, selon la chambre commerciale, les fonctions de dirigeant ayant pris fin par l’effet de la démission, et ce malgré l’absence de publicité légale, il appartenait à l’administration fiscale de démontrer que le dirigeant incriminé exerçait une direction de fait de la société.

S’il est vrai que les textes disposent que la démission ou la nomination d’un dirigeant n’est opposable aux tiers qu’après l’accomplissement régulier des formalités de publicité, la Haute Cour nous rappelle utilement que le défaut de publication n’a aucune incidence en matière de responsabilité.

Cette solution s’inscrit dans la lignée de précédentes décisions rendues en matière d’insuffisance d’actif (Cass. com., 14 octobre 1997, no95-15.384) ainsi qu’en matière fiscale (Cass. com., 17 janvier 1989, no86-19.252).

A rapprocher : Article L.210-9 du Code de commerce ; Article L.267 du Livre des procédures fiscales ; Cass. com., 14 octobre 1997, n°95-15.384 ; Cass. com., 17 janvier 1989, n°86-19.252

VOIR AUSSI

Annulation d’une assemblée générale : dissimulation et prescription

Cass. com., 26 septembre 2018, n°16-13.917

- Vu : 2679

Un associé peut agir en nullité d’une assemblée générale dans un délai de trois ans à compter de la date de la délibération. Toutefois, en cas de « dissimulation » de l’assemblée générale, le point de départ de ce délai est reporté et la prescription ne court qu’à compter du jour où l’associé a eu connaissance de la délibération sociale dissimulée.

> Lire la suite

Délai de recours inchangé contre une décision de rejet

CE, 7 décembre 2016, n°384309 - Art. 10 du décret du 2 novembre 2016 n°2016-1480

- Vu : 3282

Le Conseil d'Etat lève les doutes sur l'applicabilité du décret du 2 novembre 2016 : les délais de recours contre les décisions de rejet de réclamations en matière fiscale demeurent inchangés.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 103319
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87488
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 42697
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 42644
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©