webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Prescription de l’action en fixation du prix du loyer d’un bail commercial né d’un bail dérogatoire

Cass. civ. 3ème, 7 juillet 2016, pourvoi n°15-19.485

La prescription biennale de l’action en fixation du loyer du bail commercial faisant suite à un bail dérogatoire commence à courir à compter du jour où l’une des parties revendique l’application du statut des baux commerciaux.

Ce qu’il faut retenir : La prescription biennale de l’action en fixation du loyer du bail commercial faisant suite à un bail dérogatoire commence à courir à compter du jour où l’une des parties revendique l’application du statut des baux commerciaux.

Pour approfondir : A la suite d’un bail dérogatoire signé en 2006, un locataire avait revendiqué en 2010 après avoir été maintenu en possession des lieux en vertu d’un troisième bail de courte durée, l’application du statut des baux commerciaux comme l’y autorisaient les dispositions de l’article L. 145-5 alinéa 2 du Code de commerce.

En effet, aux termes de l’article L. 145-5 alinéa 2 du Code de commerce, si, à l’expiration de la durée maximale autorisée, le preneur est resté en possession, il s’opère un nouveau bail dont l’effet est réglé par le statut des baux commerciaux.

Le bailleur, qui ne conteste pas l’application du statut des baux commerciaux, en a profité pour assigner son locataire en fixation du prix du loyer à la valeur locative.

Devant le refus de la Cour d’appel de faire droit à sa demande, estimant son action en fixation du prix du loyer du bail commercial prescrite, le bailleur a formé un pourvoi en cassation contestant ainsi l’application de la prescription biennale et le point de départ du délai de prescription.

Après avoir confirmé l’application de la prescription biennale de l’article L. 145-60 du Code de commerce à l’action en fixation du prix du loyer d’un bail commercial né d’un bail dérogatoire, la question qui était posée à la Cour de cassation était celle du point de départ de cette prescription biennale.

Ce délai commençait-il à courir au jour de la naissance du bail commercial (soit le lendemain du terme du bail dérogatoire), ou bien au jour de la revendication du statut des baux commerciaux par l’une des parties ?

C’est en faveur de cette seconde option que la Haute juridiction a tranché au visa des articles L. 145-60 du code de commerce et 2224 du Code civil.

En effet, dans un attendu de principe dénué d’ambiguïté, la Cour de cassation a estimé que le délai de prescription de l’action en fixation du loyer d’un bail commercial court, non pas de la date à laquelle naît le bail commercial, mais de la date à laquelle la demande d’application du statut est formée par l’une ou l’autre des parties, le montant du loyer étant fixé à la valeur locative à compter du jour de cette demande.

Ainsi, l’action introduite par le bailleur en fixation du loyer du bail commercial en 2011 n’était pas prescrite, le preneur ayant sollicité l’application du statut des baux commerciaux en 2010.

Cette décision permet ainsi d’affirmer avec vigueur que l’action en fixation du loyer du bail commercial faisant suite à un bail dérogatoire est soumise, d’une part, à la prescription biennale de l’article L. 145-60 du Code de commerce et, d’autre part, que le point de départ commence à courir à compter de la date à laquelle l’une des parties revendique l’application du statut des baux commerciaux.

A rapprocher : Article L. 145-5 du Code de commerce ; Article L. 145-60 du Code de commerce ; Article 2224 du Code civil

VOIR AUSSI

Efficacité des travaux préfinancés par l’assureur dommage-ouvrage et charge de la preuve

Cass. civ. 3ème, 29 juin 2017, n°16-19.634

- Vu : 1467

Il incombe à l’assureur dommage-ouvrage, tenu d’une obligation de préfinancer les travaux de nature à remédier efficacement aux désordres garantis, de rapporter la preuve de l’absence de lien de causalité entre son intervention de réparation et le dommage.

> Lire la suite

Information de la commune exerçant son droit de préemption - Cass. civ. 3ème, 7 novembre 2012, pourvoi n°11-22.907

- Vu : 6528
Une commune exerce, au prix indiqué dans la déclaration d'intention d'aliéner, son droit de préemption sur des immeubles vendus par deux sociétés civiles immobilières, puis refuse de signer l'acte de vente. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 101069
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87015
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41963
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 41268
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©