webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Crédit d’impôt recherche (CIR) : les toutes dernières précisions apportées par l’administration fiscale

La tendance actuelle est à l’extension des modalités d’application du crédit d’impôt recherche (CIR), afin de renforcer la compétitivité des PME françaises. Les toutes dernières précisions apportées par l’administration fiscale concernent essentiellement les cinq points ci-après.

La tendance actuelle est à l’extension des modalités d’application du crédit d’impôt recherche (CIR), afin de renforcer la compétitivité des PME françaises. Les toutes dernières précisions apportées par l’administration fiscale concernent essentiellement les cinq points ci-après.

 

● Comptabilisation des dépenses

L’administration fiscale confirme que l’éligibilité des dépenses au CIR n’est pas conditionnée par l’option comptable prise par l’entreprise. Les frais de développement, quoiqu’immobilisés, peuvent parfaitement être considérés comme des charges éligibles au CIR, dès lors qu’ils entrent dans les prévisions de l’article 244 quater B II du CGI. Reprenant une réponse ministérielle de l’an passé (RM Feltesse n° 12558, JO AN du 19 mars 2013), l’administration fiscale précise également que lorsque les frais de développement inscrit en immobilisations incorporelles sont pris en compte pour le calcul du CIR, les dotations aux amortissements découlant de ces actifs ne peuvent plus être retenues dans l’assiette même du CIR (BOFiP-BIC-RICI-10-10-20-04/04/2014).

 

● Dépenses de personnel

Il est important de relever que les rémunérations des dirigeants non-salariés participant effectivement et personnellement aux travaux de recherche de l’entreprise peuvent être comprises dans l’assiette du CIR (rescrit n° 2014/02 du 4 avril 2014 – v. aussi, BOFiP-BIC-RICI-10-10-20-20-04/04/2014).

 

● Recherches confiées à des tiers

L’administration fiscale précise le mécanisme de plafonnement pour les dépenses de recherche confiée à des organismes privés tiers. Ainsi, les plafonds annuels de 10 M€ et de 2 M€ sont appliqués de façon stricte : le montant qui excède ces plafonds ne peut pas être pris en compte ni dans l’assiette du CIR de l’entreprise qui sous-traite, ni être inclus dans la base de calcul du CIR du sous-traitant (BOFiP-BIC-RICI-10-10-20-30-2004/04/2014).

 

● Prise en compte des subventions

Les subventions publiques, qu’elles soient remboursables ou non, doivent être déduites de l’assiette du CIR l’année où les dépenses de recherche éligibles qu’elles financent sont exposées et non plus comme auparavant l’année au cours desquelles elles ont été versées. En l’absence de condition suspensive, une subvention est constatée comptablement dès sa décision d’octroi irrévocable (et non pas au moment de son versement). Cette nouvelle modalité de déduction des subventions pour le calcul du CIR devrait permettre d’être plus en phase avec la comptabilité car il y aura une correspondance entre la subvention à recevoir et les dépenses de recherche comptabilisées au titre d’un même exercice.

 

● Brevets et COV

Pour ce qui concerne les dépenses exposées depuis le 1er janvier 2014, les frais de prise et de maintenance de brevets et de certificats d’obtention végétale ne sont pas soumis à une condition de localisation au sein de l’UE ou de l’Espace économique européen. L’administration fiscale fournit des exemples de dépenses éligibles. Même si elles sont exposées à l’étranger, dans la mesure où elles sont prises en compte dans la détermination du résultat imposable en France de l’entreprise, elles entreront dans l’assiette du CIR (BOFiP-BIC-RICI-10-10-20-40-2004/04/2014).

VOIR AUSSI

SIMON ASSOCIÉS conseille EMOVA Group pour l’acquisition de la start-up Bloom’s

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

- Vu : 1180

EMOVA Group, 1er réseau de vente de fleurs au détail sous les marques Monceau Fleurs, Happy, Au Nom de la Rose et Rapid’Flore / Cœur de Fleurs, annonce l’acquisition de Bloom‘s – Fleurs de Saison, spécialiste de la vente de fleurs de saison en ligne par abonnement.

> Lire la suite

Sanction de la violation des clauses statutaires dans un groupement d’intérêt économique - Cass. com., 6 mai 2014, pourvoi n°13-11.427

- Vu : 7984
La Cour de cassation revient sur sa position antérieure et considère désormais que la violation d’une clause statutaire d’un GIE n’entraîne pas nécessairement la nullité de la décision résultant de la violation. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107098
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88035
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44192
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43537
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©