webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Engagements dans le secteur des machines à café à capsules - Engagements de Nespresso France, Autorité de la concurrence, CP 17 avril 2014

Le leader des machines à café portionné a été contraint de prendre des engagements pour maintenir la concurrence des autres fabricants de capsules de café.


Deux concurrents du leader du secteur des machines à expresso portionné ont saisi l’Autorité de la concurrence de pratiques dudit leader visant à évincer du marché les concurrents vendeurs de capsules de café portionné. Selon l’Autorité de la concurrence, la position dominante en France fait peu de doute, sur les deux marchés concernés (celui des machines et celui des capsules, qui sont considérés comme complémentaires mais distincts), dans la mesure où l’entreprise concernée détient 73% de parts de marché des ventes de machines à expresso portionné et que 85% des capsules compatibles avec ses machines sont vendues sous sa marque.

Il est reproché au fabricant de machines d’avoir lié, sans justification objective, l’achat de ses capsules à celui des machines, en mettant en place différentes pratiques incitant les consommateurs à n’utiliser sur ses machines que des capsules de sa marque, au détriment des concurrents. Ces pratiques étaient de divers ordres. D’abord, le fabricant avait mis des obstacles techniques en procédant à des modifications régulières des machines et capsules rendant incompatibles les capsules des concurrents avec les machines. Il avait ensuite apposé sur les machines, leur emballage et le mode d’emploi des mentions incitant les consommateurs à n’utiliser que les capsules de sa marque.

Enfin, les communications du fabricant dans la presse sur les produits concurrents visaient le même objectif. Face à l’action engagée à son encontre, le fabricant a proposé divers engagements : l’information technique des concurrents sur les modifications des machines susceptibles d’impacter l’interaction entre la machine et la capsule, la modification des conditions de garantie qui couvriraient désormais l’usage de la machine avec des capsules d’autres fabricants (sauf bien entendu si ces capsules créaient un dysfonctionnement ou un dommage), et l’abstention de tout commentaire dans la presse sur les capsules des concurrents.

Pour preuve de sa bonne volonté, le fabricant a  déjà commencé à appliquer les engagements qu’il propose, en particulier s’agissant de l’information des concurrents sur les évolutions techniques de ses machines. Si les engagements proposés par le fabricant, éventuellement complétés et amendés, sont considérés comme étant de nature à répondre aux préoccupations de concurrence exprimées dans le cadre de la procédure, l'Autorité de la concurrence constatera qu'il n'y a plus de raison d'agir à l’encontre du fabricant, puis procédera à la clôture de l'affaire, en prenant acte des engagements qui prendront alors un caractère obligatoire à l’égard du fabricant.

VOIR AUSSI

Le motif légitime de l’article 145 du CPC s’apprécie au jour du dépôt de la requête initiale

TC Rennes, Ord. Réf. 13 juillet 2017, n° 2017R00073

- Vu : 3955

L’octroi des mesures d’instructions prévues à l’article 145 du CPC, imposent notamment de démontrer l’existence d’un motif légitime, qui s’apprécie au jour du dépôt de la requête initiale.

> Lire la suite

Rupture brutale et modification substantielle des conditions commerciales - CA Paris, 13 nov. 2013, RG n°11/22014

- Vu : 7863

L’article L.442-6, I, 5° du code de commerce sanctionne la rupture brutale, totale ou partielle, d’une relation commerciale établie ; la suppression d’une remise peut ainsi constituer un exemple de rupture partielle.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 90514
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 85060
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39828
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 39207
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©