webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Le choc de simplification : les premières mesures pour une simplification de la vie des entreprises

Sécuriser et simplifier la vie des entreprises, la France se lance concrètement dans son « choc de simplification

Afin de réduire le poids des normes administratives qui pèsent aujourd’hui sur les entreprises françaises, Thierry MANDON et Guillaume POITRINAL, Présidents du Conseil de simplification pour les entreprises créé en janvier 2014, ont le 14 avril 2014 rendu publique les cinquante premières mesures destinées à « faire gagner du temps et économiser de l'argent aux entreprises par la réduction des charges administratives excessives ou inutiles ».

Après nombre de ces voisins européens (les Pays-Bas en 1994, la Belgique en 1999, le Royaume-Uni en 2005, l’Allemagne en 2006 et le Danemark en 2007), la France s’engage elle aussi concrètement dans un nouveau processus de simplification au terme duquel les britanniques et les allemands auraient déjà réduit les charges administratives de leurs entreprises de plus de 1,5 milliard d’euros par an et dont le Conseil espère également pour les entreprises françaises « après 18 à 24 mois […] ce genre de gains ».

Élaborées dans le cadre du « pacte de responsabilité », ces mesures, largement « inspirées de ce qui se fait dans les pays européens les plus avancés » selon les propres termes du co-Président du Conseil, Monsieur Thierry MANDON, ont, pour l’essentiel, vocation à entrer en vigueur au plus tard le 31 décembre 2014. Certaines d’entre elles seront même d’application immédiate via une simple circulaire.

Si l’ensemble de ces mesures reste encore assez diverses, ce premier volet s'articule néanmoins autour des trois axes majeurs suivants : sécuriser la vie des entreprises par un environnement plus lisible et prévisible (i), simplifier, par des mesures concrètes, la vie des entreprises (ii), et faciliter l’embauche et la formation (iii).

 

(i)         Sécuriser la vie des entreprises par un environnement plus lisible et prévisible 

Parmi les principales mesures, on relèvera le principe affiché du « zéro charge supplémentaire pour toute nouvelle mesure » (1ère mesure) visant à prévenir l’inflation législative et réglementaire.

En s’inspirant du dispositif anglais « one in, two out » (une norme nouvelle, deux éliminées), chaque nouveau coût engendré pour les entreprises devra alors être évalué et compensé par une réduction au moins équivalente.

En France, un groupe d’experts indépendants issus du monde économique sera saisi sur ces questions pour avis consultatif et disposera en principe pour se prononcer d’un délai de 21 jours et de 7 jours en cas de procédure accélérée.

Toujours afin d’assurer davantage de prévisibilité aux chefs d’entreprise, le Conseil s’engage d’une part, à publier les instructions fiscales à une date fixe (le premier de chaque mois), afin d'alléger la veille fiscale des entreprises tout en renforçant leur information sur les conséquences fiscales de leurs décisions (5ème mesure) et, d’autre part, à appliquer immédiatement un principe de non-rétroactivité fiscale pour les lois de financs adoptées en cours d'année (4ème mesure).

Désormais, sauf « force majeure » (dont aucune définition juridique n’a été avancée), les règles affectant l'imposition des revenus perçus par les entreprises au cours d'une année donnée devront nécessairement être adoptées l’année précédente.

Plus généralement, dans le domaine fiscal, un « principe de confiance a priori » devrait être appliqué en supprimant certaines obligations déclaratives comme la déclaration des honoraires ou bien encore les relevés de frais généraux (26ème mesure).

Le Conseil entend également faciliter l'accès au droit en regroupant, sur le site internet Légifrance, l’ensemble des normes d'application obligatoire, des circulaires ministérielles et autres textes réglementaires, actuellement éclatés sur différents supports (2ème mesure).

Notons par ailleurs, la volonté exprimée de développer le concept des « réponses garanties » (3ème mesure) de l’administration à l’instar du « rescrit » en matière fiscale permettant d’obtenir, en amont, de la part de l’administration une réponse formelle et juridiquement opposable en cas de recours sur la conformité de certains projets d’une entreprise à la réglementation.

Cette nouvelle pratique permettrait ainsi par exemple de s’assurer de la régularité des montages patrimoniaux de transmission d’entreprises familiales.

Des « facilitateurs » de projets au niveau local devraient être mis en place (6ème mesure). Ils pourront être sollicités pour fluidifier les relatons entre les entrepreneurs et les administrations en cas de situation de blocage. Les sous-préfets pourront également, le cas échéant, être mobilisés.

 

(ii)       Simplifier, par des mesures concrètes, la vie des entreprises 

Sur cet aspect, le rapport envisage notamment de réduire le nombre de statuts pour les entreprises individuelles (8ème mesure), tant ces derniers sont nombreux et peuvent parfois apparaître trop complexes à choisir (EI, EIRL, EURL, …).

Dans le prolongement du rapport GRANDGUILLAUME sur l’entreprenariat individuel du 17 décembre 2013, un groupe de travail devra rendre ses conclusions d'ici l'été 2014, pour réduire dès 2015 le nombre de statuts et ne retenir que ceux qui correspondent aux besoins réels de ces entreprises individuelles.

En outre, afin de « doper » la création d’entreprise, le rapport préconise des mesures d'allégement des autorisations préalables à la création (9ème mesure) et de simplification des démarches administratives par le dépôt, le cas échéant sous forme dématérialisée, d’un seul exemplaire des statuts auprès d’un seul organisme (10ème mesure), ou bien encore par la réduction à 2 (contre 7 actuellement) du nombre d'actionnaires pour les sociétés anonymes non cotées et l’adaptation en conséquence du nombre d’administrateurs (11ème mesure).

Nous regretterons sur ce dernier point, que contrairement à l’Acte Uniforme OHADA relatif aux droits des sociétés commerciales et du groupement d’intérêt économique révisé et adopté le 30 janvier 2014, la possibilité d’une société anonyme unipersonnelle n’ait pas été évoquée.

S’agissant spécifiquement des sociétés à  responsabilité limitée (SARL), il est envisagé de simplifier le transfert de siège dans le même département ou dans un département limitrophe (23ème mesure) ainsi que de supprimer l’obligation de convocation aux assemblées générales par lettre recommandée (25ème mesure) et plus généralement, à l’exception des sociétés anonymes, de supprimer également la déclaration de conformité en cas de fusion (24ème mesure).

Pour les professions libérales, il sera autorisé la location d'actions dans les sociétés d'exercice libéral (SEL) autres que celles exerçant l'une quelconque des professions libérales de santé (19ème mesure).

Des mesures propres aux structures non lucratives sont également prévues comme la création d'un guichet fiscal unique pour étudier la possibilité pour ces dernières de recevoir des dons défiscalisés ou avoir accès au mécénat (32ème mesure) et pour les fondations d’entreprises un allégement d’un certain nombre de leurs démarches administratives (18ème mesure).

Le rapport envisage également de faciliter l'accès à la commande publique. Les entreprises ne devront dorénavant fournir que leur numéro SIRET pour l’ensemble des données connues de l’administration (34ème mesure). Un principe de confiance serait instauré, les entreprises ayant désormais la possibilité de fournir une simple attestation sur l’honneur pour se décharger du poids de la production des pièces justificatives.

 

(iii)      Faciliter l’embauche et la formation 

Enfin, le Conseil propose une simplification de la fiche de paie en lui donnant une plus grande lisibilité (48ème mesure).

Elle devra être plus compréhensible pour les salariés avec une seule ligne par type de protection financée (retraite, santé, famille, ...) et plus facile à réaliser pour les entreprises.

Ce programme de simplification est destiné à être enrichi. Le grand public sera alors sollicité dans une démarche collaborative via un site internet participatif et totalement dédié pour « co-construire les solutions avec les entrepreneurs ». A l’issue de ces consultations, le Conseil prévoit d’ores et déjà de présenter de nouvelles séries de mesures de simplification tous les six mois, la prochaine étape étant déjà fixée pour cet automne, et au moins jusqu'à la fin du quinquennat, en 2017.

VOIR AUSSI

Modification des articles 1137, 1145 et 1161 du Code civil

Loi n°2018-827 du 20 avril 2018 ratifiant l’ordonnance n°2016-131 du 10 février 2016 portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations

- Vu : 10803

Répondant à de vives inquiétudes doctrinales concernant les conséquences en droit des sociétés de certaines dispositions issues de l’ordonnance n°2016-131 réformant le droit des contrats, le Parlement en a modifié la rédaction lors de l’adoption de la loi de ratification. 

> Lire la suite

Une société est dissoute de plein droit par l’arrivée du terme statutaire - Cass. com., 31 janvier 2012, pourvoi n°10-24.715

- Vu : 11488

La société prend fin par l’expiration du temps pour lequel elle a été constituée, sauf prorogation décidée par les associés. L’absence de convocation des associés au moins un an avant le terme de la société ne peut qu'entraîner la responsabilité des dirigeants.


> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107098
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88035
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44192
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43537
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©