La responsabilité d’un associé peut être engagée par un tiers à la société – Cass. com., 18 février 2014, pourvoi n°12-29.752

Un associé, par les décisions qu’il fait prendre en assemblée générale lorsqu’il est majoritaire, peut engager sa responsabilité à l’égard d’un tiers si l’associé a commis une faute d’une anormalité évidente.

La responsabilité des dirigeants vis-à-vis des tiers est fréquemment engagée. Ce régime de responsabilité étant néanmoins d’application très stricte, la responsabilité du dirigeant n’est que très rarement retenue. Le présent arrêt traite cependant d’une problématique rarement évoquée, celle de la responsabilité de l’associé d’une société vis-à-vis des tiers. En l’espèce, un associé avait conclu, en sa qualité de dirigeant de la société, un contrat d’enseigne avec une société contenant certaines obligations. Ce même dirigeant, cette fois en sa qualité d’associé majoritaire de la société, décidait de modifier des règles de majorité sachant que cet acte était de nature à rompre le contrat d’enseigne et s’est ainsi rendu complice de la violation par la société d’une disposition contractuelle. La Cour d’appel s’est ainsi basée sur le comportement de l’associé majoritaire pour engager la responsabilité de ce dernier et le condamner à payer des dommages-intérêts à la société avec laquelle le contrat d’enseigne avait été conclu.

La Cour de cassation vient dans cet arrêt dédire la Cour d’appel et considère que cette dernière a retenu la responsabilité du dirigeant sans rechercher si les faits reprochés à l’associé constituaient de la part dudit associé « une faute intentionnelle d’une particulière gravité, incompatible avec l’exercice normal des prérogatives attachées à la qualité d’associé, de nature à engager sa responsabilité personnelle envers le tiers cocontractant de la société ». Cette formulation reprend en substance les mêmes termes du régime de responsabilité applicable aux dirigeants de société. La jurisprudence exige en effet, tout comme pour le dirigeant, une « faute détachable » des fonctions. Il en ressort que l’associé pourrait au même titre que le dirigeant voir sa responsabilité engagée à l’égard d’un tiers si une faute d’une anormalité évidente venait à être constatée. La Cour de cassation a considéré que cela n’était pas le cas en l’espèce, ce qui prouve une fois de plus que la notion de faute détachable intentionnelle est difficile à démontrer.

Sommaire

Autres articles

some
Tenue des assemblées générales pendant la crise sanitaire
La loi relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire en date du 31 mai 2021 a prorogé le régime dérogatoire de tenue des assemblées générales jusqu’au 30 septembre 2021.
some
Une décision accordant au dirigeant une rémunération contraire à l’intérêt social n’est pas nulle
En l’absence de violation de la loi, de fraude ou d’abus de majorité, la seule contrariété à l’intérêt social ne suffit pas pour annuler une décision des associés qui octroie une rémunération exceptionnelle à un dirigeant.
some
La Cour de cassation renforce l’obligation de dépôt des comptes annuels auprès du greffe
En cas d’absence de dépôt des comptes annuels au greffe du tribunal de commerce, tout intéressé peut demander au président du tribunal d’enjoindre sous astreinte à une société par actions de procéder à ce dépôt, sans que ne puisse être…
some
Absence de responsabilité personnelle du dirigeant dont la démission n’a pas été publiée
L’administration fiscale ne peut invoquer l’inopposabilité de la démission non publiée d’un dirigeant pour rechercher sa responsabilité, sauf à démontrer une gestion de fait de ce dernier.
some
Etat d’urgence sanitaire et assouplissement des règles de réunion et de délibération des organes dirigeants et des assemblées
Pour aider les entreprises, le gouvernement a subséquemment adopté une ordonnance du 25 mars 2020 n° 2020-321 permettant un assouplissement des règles de réunion et de délibération des organes dirigeants et des assemblées pour permettre et faciliter la...
some
Etat d’urgence sanitaire et adaptation des règles relatives à la présentation et à l’approbation des comptes sociaux
Prise en application de la loi du 23 mars 2020, l’ordonnance n° 2020-318 du 25 mars 2020 procède à la prorogation de plusieurs délais s’appliquant aux personnes morales et entités dépourvues de personnalité morale de droit privé, pour la présentation...