webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Terrasse non mentionnée par l’état descriptif de division - Cass. civ. 3ème, 4 avr. 2012, pourvoi n°11-11.139

Des aménagements sont réalisés sur la terrasse attenante à un appartement, laquelle n'est pas mentionnée par l'état descriptif de division.

Un copropriétaire avait réalisé des aménagements sur la terrasse attenante à son appartement et avait percé un mur de refend afin de transformer les fenêtres en portes-fenêtres pour permettre l’accès à une terrasse, partie commune.

La cour d’appel l’avait condamné à restituer à la copropriété dans son état d’origine, la terrasse attenante à son lot, à enlever tous les aménagements qu’il y avait réalisés, à remettre en conformité son étanchéité et à supprimer les deux portes-fenêtres et autres aménagements ouverts en façade.

Le copropriétaire forme un pourvoi, rejeté par la Cour de cassation estimant d’une part, qu’aucun titre ne conférait au copropriétaire la jouissance privative de la terrasse non mentionnée par l’état descriptif de division. 

Le contrat de réservation ne constituait pas un titre permettant de revendiquer un engagement contractuel pour les biens réservés non mentionnés dans l’acte de vente. Il appartenait à l’acquéreur de s’assurer que l’acte de vente était conforme à la réservation.

La Haute cour considère que la cour d’appel a justifié sa décision en retenant que les aménagements de la terrasse constituaient l’appropriation d’une partie commune. D’autre part, elle estime que la cour d’appel a retenu à bon droit que ces travaux constituaient une appropriation de partie commune et en a exactement déduit que l’action se prescrivait par trente ans et qu’en conséquence, elle n’était pas tenue de répondre à des conclusions que ses constatations rendaient inopérantes.

VOIR AUSSI

Bail d’habitation : réévaluation du loyer lors du renouvellement du bail et références produites à titre de comparaison

Cass. civ. 2ème, 24 mai 2017, n°16-15.750

- Vu : 1176

Pour fixer le loyer du bail renouvelé, les références produites à titre de comparaison doivent concerner des logements soumis au même régime locatif.

> Lire la suite

De l’application d’un droit de préemption en cas de vente des locaux - Cass. civ. 3ème, 9 avril 2014, pourvoi n°13-13.949

- Vu : 7634
Interprétation stricte d’une clause contractuelle octroyant un droit de préemption au preneur d’un local commercial. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 78305
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 67286
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38553
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35389
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©