webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Notion d’acquéreur non professionnel en matière de vente immobilière - Cass. civ. 3ème, 24 oct. 2012, pourvoi n°11-18.774

Dans cette décision, la Cour de cassation définit la notion de "non-professionnel" et retient une position s'inscrivant dans le courant de la jurisprudence consumériste.

Suivant promesse synallagmatique de vente notariée en date du 23 juillet 2008, une société civile immobilière (SCI) a acquis une villa mais a refusé de réitérer ladite promesse au motif qu’elle n’avait pas bénéficié du délai de rétractation prévu par l’article L271-1 du Code de la construction et de l’habitation.

N’ayant pas obtenu la restitution de l’indemnité d’immobilisation séquestrée entre les mains du notaire, la SCI a assigné le vendeur à cette fin, lequel a sollicité le versement de cette indemnité à son profit. Les juridictions du fond ont débouté la SCI de sa demande.

Un pourvoi a alors été formé par cette dernière reprochant à la Cour d’appel d’avoir déduit le caractère professionnel de la promesse de l’objet social statutaire de la société sans s’attacher à son activité réelle. 

Or selon la SCI, la finalité poursuivie était l’acquisition d’une villa par un particulier à des fins d’habitation personnelle.

La Cour de cassation n’a pas suivi cet argumentaire en confirmant l’arrêt de la Cour d’appel au motif qu’une SCI dont l’objet social était l’acquisition, l’administration et la gestion par la location ou autrement de tous immeubles et bien immobiliers meublés et aménagés, n’est pas un acquéreur au sens de l’article L271-1 précité dès lors que l’acte d’acquisition était en rapport avec cet objet social.

Cette motivation pour définir le non-professionnel s’inscrit dans la jurisprudence consumériste, le critère du « rapport direct » entre l’activité du contractant et l’acte ayant été adopté en matière de clause abusive  depuis un arrêt de 1995.  

VOIR AUSSI

La nouvelle activité incluse dans le bail des bars situés à proximité du Château de Versailles

Cass. civ. 3ème, 16 septembre 2015, pourvoi n°14-18.708

- Vu : 3740

L’activité de vente de billets d’entrée au Château de Versailles doit être considérée comme une activité incluse dans le bail pour les bars restaurants situés à proximité dudit Château, et non comme une activité connexe ou complémentaire nécessitant l’introduction d’une procédure de déspécialisation.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 96381
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86211
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 40647
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40373
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©