webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

[VIDEO] Le savoir-faire en franchise, par Sylvain BARTOLOMEU, Dirigeant associé de Franchise Management

Réflexions d'Experts

Sylvain BARTOLOMEU, Dirigeant associé de Franchise Management, nous explique l'importance du savoir-faire en franchise.


Pourquoi les manuels de savoir-faire sont importants en franchise ?

Alors le pilier de la franchise c’est le savoir-faire. Le savoir-faire c’est la recette, ce que devra réitérer fidèlement le franchisé. Pour qu’un franchisé soit plus performant que vous, ce qui est l’objectif de la franchise, un franchiseur doit normaliser le plus précisément possible son savoir-faire. Pour contrôler la bonne application du savoir-faire, il faut aussi définir ce qui relève ou non du savoir-faire.

Y a-t-il plusieurs types de savoir-faire ?

Déjà, il n’y a pas un manuel de savoir-faire, mais huit à quinze manuels de savoir-faire selon la complexité du métier à transmettre. Ensuite, il y a trois grandes catégories de savoir-faire qui font qu’un réseau fonctionnera durablement :

  • Première catégorie : le savoir-faire transmis non-négociable ;
  • Deuxième catégorie : le savoir-faire transmis négociable ;
  • Et dernière catégorie – certainement la plus importante : le savoir-faire non-transmis.

Le savoir-faire non-transmis, c’est la boîte noire, la recette de Coca-Cola, ce qui est mis à disposition des franchisés sans qu’ils ne connaissent tous les détails. Par exemple, ça peut être un central d’appels qui permet de prendre des rendez-vous pour permettre à vos franchisés d’avoir des rendez-vous pris sur leurs agendas.

Quels pièges éviter quand on formalise son savoir-faire ?

Alors, il y a trois pièges classiques :

  • Le premier piège c’est de penser qu’au lancement d’un réseau, on maîtrise 100 % du savoir-faire ;
  • Le deuxième piège c’est de croire qu’il faut transmettre ce qui marche, alors que ce qui est le plus important c’est le partage des échecs, des pièges à éviter ;
  • Et le troisième piège c’est de penser qu’on transmettra 100 % du savoir-faire en formation initiale. En formation initiale, on essaye de transmettre 100 % du savoir-faire mais vos franchisés retiennent, en réalité, 30 %. Donc les 70 % restants relèvent de l’animation de réseau et de l’accompagnement à la maîtrise de 100 % du savoir-faire.

Comment le savoir-faire évolue dans un réseau mature ?

Alors généralement dans un réseau mature, le savoir-faire se perd, se délocalise entre le service formation et le service animation, et aussi les franchisés experts. Arrivé à cent points de vente, il faut recentraliser le savoir-faire, réanimer le savoir-faire. Il faut aussi le réessentialiser car plus un réseau se développe, plus le savoir-faire se complique. Et ce qui est compliqué ne se transmet pas. Il faut donc généralement recentrer et simplifier le savoir-faire pour le rendre à nouveau accessible à tous.

Comment faire pour garder un savoir-faire à jour dans un réseau ?

Pour garder un savoir-faire à jour, il faut le centraliser. Il y a plein de solutions possibles et il y a quatre conseils :

  • Premier conseil : avant d’utiliser une calculatrice, on apprend à compter. Le fond prime sur la forme. Le savoir-faire en tant que tel prime sur l’outil.
  • Deuxième conseil : si vous choisissez un outil, faites en sorte d’avoir un outil qui centralise votre savoir-faire, au sein duquel la sécurité est essentielle. Le savoir-faire a un caractère secret, la sécurité de l’outil est essentielle.
  • Troisième point : si vous choisissez un outil, il doit être orienté utilisateur. Le choix d’une solution doit simplifier la vie des franchisés, leur donner envie de venir et de revenir.
  • Quatrième point : l’outil choisi doit simplifier le management du savoir-faire. On ne peut pas concevoir un outil qui met uniquement à disposition le savoir-faire ; il faut qu’il permette de l’animer, de le manager, de contrôler son utilisation, d’informer des mises à jour.
VOIR AUSSI

Résiliation du contrat d’agent commercial et indemnisation du mandant - Cass. com., 4 février 2014, pourvoi n°12-14.466

- Vu : 14373
La Cour de cassation souligne ici que, la rupture du contrat d’agent commercial étant imputable au mandant, il ne peut lui être alloué une indemnité de préavis, quand bien même il n’aurait commis aucune faute grave. > Lire la suite

Nullité du contrat de franchise – Cass. com., 3 mai 1995, Pourvoi n°93-17.829, inédit

Brève

- Vu : 2793

Le contrat de franchise ne peut être déclaré nul pour vice du consentement dès lors que le franchisé ne rapporte pas la preuve, qui lui incombe, que le franchiseur s’est rendu responsable de manœuvres l’ayant déterminé à conclure.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 101143
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87026
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41982
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 41309
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©