webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Convocation à une assemblée générale de SAS : un délai de 10 jours est raisonnable

CA Paris, 6 août 2019, n°17/16974

En l’absence de dispositions légales et statutaires spécifiques relatives au délai de convocation des associés d’une société par actions simplifiée (SAS), le président de la société qui adresse aux associés, en vue de l’approbation des comptes annuels, une convocation à l’assemblée générale dix jours avant la tenue de cette dernière, respecte un délai raisonnable de convocation.

Il ressort de l’article L.227-1, alinéa 3, du Code de commerce que les règles relatives à la convocation des actionnaires en société anonyme ne s’appliquent pas à la SAS. Ainsi, il appartient aux associés de fixer dans les statuts les règles relatives aux convocations aux assemblées générales de la société. Ils disposent à cet égard d’une grande liberté, notamment pour déterminer le délai minimum à respecter entre la date d’envoi de la convocation et la date de tenue de l’assemblée générale. Le droit de participer aux décisions collectives et d’y voter est toutefois une prérogative essentielle de tout associé, reconnue par l’article 1844, alinéa 1, du Code civil, et le délai de convocation ne doit pas constituer une entrave à l’exercice de ce droit.

En l’espèce, les statuts de la SAS ne prévoyaient aucun délai de convocation et stipulaient seulement que le président de la société avait pour mission de convoquer les assemblées générales et d’exécuter leurs décisions. Le président a ainsi convoqué les associés par lettre recommandée dix jours avant une assemblée générale ordinaire appelée, essentiellement, à approuver les comptes de l’exercice clos. L’associé minoritaire, qui se trouvait en conflit avec les autres associés et le dirigeant, a sollicité auprès du président le report de l’assemblée à une date ultérieure au motif de l’insuffisance du délai de convocation et de la volonté de nuire des associés majoritaires, demande à laquelle il n’a pas été fait droit. L’associé en question n’a en conséquence pas assisté à l’assemblée générale, puis a assigné la SAS en paiement d’une indemnité compensatrice d’éviction à l’assemblée générale.

La cour d’appel de Paris, reprenant la solution du tribunal de commerce d’Evry, a débouté l’associé minoritaire de sa demande et a retenu que le délai de dix jours dont il disposait pour examiner les points à l’ordre du jour de l’assemblée générale était raisonnable et suffisant en l’absence de dispositions statutaires spécifiques. Les magistrats n’ont retenu aucune intention de nuire de l’auteur de la convocation ni la volonté d’empêcher l’associé minoritaire de prendre part à l’assemblée générale, mais ont constaté au contraire que ce dernier avait lui-même fait le choix de ne pas y participer, que ce soit physiquement ou même par correspondance.

A rapprocher : Art. L.227-1 du Code de commerce ; Art. L.225-104 du Code de commerce ; Art. 1844 du Code civil

VOIR AUSSI

Précision sur l’abattement sur les plus-values réalisées par les dirigeants de PME partant à la retraite

CE, 8ème et 3ème chambres, 5 mars 2018, n°409970

- Vu : 985

Pour l’application de l’abattement applicable à la plus-value réalisée par un dirigeant de PME partant à la retraite, la date à laquelle l’intéressé est admis à faire valoir ses droits à la retraite s’entend de la date à laquelle il entre en jouissance des droits qu’il a acquis dans le régime obligatoire de base d’assurance vieillesse auquel il a été affilié à raison de ses fonctions de direction ou, à défaut, dans le régime obligatoire de base d’assurance vieillesse auquel il a été affilié au titre de sa dernière activité.

> Lire la suite

Publication légale en cas de cession ou apport d’un fonds de commerce

Art. 21, loi n°2016-1524 du 14 novembre 2016 - JORF n°0265 du 15 novembre 2016

- Vu : 3436

La loi du 14 novembre 2016 visant à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias vient rétablir l’obligation de publier dans un journal d’annonces légales la cession par vente ou apport d’un fonds de commerce.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 90233
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 85008
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39801
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 39150
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©