webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Clarification des droits du nu-propriétaire et de l’usufruitier par la loi du 19 juillet 2019

Loi n°2019-744 du 19 juillet 2019

La loi n°2019-744 de simplification, de clarification et d’actualisation du droit des sociétés, dont les mesures sont entrées en vigueur le 21 juillet 2019, est notamment venue clarifier les droits de chacun du nu-propriétaire et de l’usufruitier de parts sociales ou d’actions de société par actions simplifiée dans le cadre des décisions collectives.

Jusqu’au 21 juillet 2019, l’article 1844 du Code civil réservait le droit de vote lors des décisions collectives au nu-propriétaire de parts sociales ou d’actions de société par actions simplifiée, à l’exception des décisions relatives à l’affectation des bénéfices, pour lesquelles le droit de vote appartenait à l’usufruitier. Notons toutefois que la loi laissait la possibilité de déroger statutairement à ces règles.

La loi de simplification du droit des sociétés est notamment venue clarifier les droits de chacun du nu-propriétaire et de l’usufruitier de parts sociales ou d’actions et assouplir les règles de répartition du droit de vote entre ces derniers lors des décisions collectives.

D’une part, le nouvel article 1844 du Code civil consacre le principe selon lequel chacun du nu-propriétaire et de l’usufruitier peut participer aux décisions collectives, quel que soit le titulaire du droit de vote. Les statuts ne peuvent déroger à ce principe (lecture combinée des alinéas 3 et 4). Il en ressort que l’usufruitier doit être convoqué à toutes les décisions collectives et bénéficie du même droit d’information que le nu-propriétaire. Ces règles nouvelles, relatives à la seule participation aux décisions collectives, s’appliquent à l’ensemble des sociétés, y compris les sociétés anonymes et les sociétés en commandite par actions, en l’absence de disposition spécifique y afférente.

D’autre part, le nouvel article 1844 du Code civil précise les droits de vote de chacun du nu-propriétaire et de l’usufruitier de parts sociales ou d’actions de société par actions simplifiée. Ainsi, le droit de vote demeure réservé à l’usufruitier au titre des décisions relatives à l’affectation des bénéfices et au nu-propriétaire concernant les autres décisions.

Toutefois, la loi permet désormais, s’agissant des décisions autres que l’affectation des bénéfices, l’exercice du droit de vote par l’usufruitier (alinéa 3). Les statuts ne peuvent déroger à cette éventuelle convention (lecture combinée des alinéas 3 et 4). Soulignons que ces dispositions nouvelles, relatives cette fois à la répartition du droit de vote, ne s’appliquent pas aux sociétés anonymes ni aux sociétés en commandite par actions, bénéficiant d’un régime dérogatoire prévu par l’article L.225-110 du Code de commerce.

A rapprocher : Article 1844 du Code civil modifié par la loi du 19 juillet 2019 ; Consécration de la jurisprudence reconnaissant au nu-propriétaire le droit de participer à toutes les assemblées, y compris celles dans lesquelles le droit de vote est exercé par l’usufruitier : Cass. com., 2 décembre 2018, n°08-13.185

VOIR AUSSI

Etat d’urgence sanitaire et adaptation des règles relatives à la présentation et à l’approbation des comptes sociaux

Ordonnance du 25 mars 2020 N° 2020-318

- Vu : 1861

Prise en application de la loi du 23 mars 2020, l’ordonnance n° 2020-318 du 25 mars 2020 procède à la prorogation de plusieurs délais s’appliquant aux personnes morales et entités dépourvues de personnalité morale de droit privé, pour la présentation de leurs comptes annuels ou l’approbation de ceux-ci.

> Lire la suite

Le cumul des garanties contractuelles et légales dans les cessions de droits sociaux

Cass. com., 3 février 2015, pourvoi n°13-12.483

- Vu : 5701
La présence d’une garantie de passif dans un acte de cession ne prive nullement un acquéreur lésé de demander l’annulation de la cession sur le fondement des vices du consentement. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 96033
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86134
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 40554
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40337
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©