webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Régime de la preuve d’un contrat dont les obligations ont une valeur supérieure à 1.500 €

Cass. com., 15 mai 2019, n°18-11.550

L’établissement d’un contrat relatif à des obligations d’une valeur supérieure à 1.500 euros est soumis au régime de la preuve littérale de sorte que son existence doit être rapportée par un écrit ou un commencement de preuve par écrit.

Dans cette affaire, une SCI (ci-après « la SCI ») est propriétaire d’entrepôts qui ont subi un incendie. Une société (ci-après « la société ») a adressé à la SCI une proposition de prestation pour la caractérisation des désordres structurels affectant l’ouvrage, s’élevant à 17.000 € HT. Cette proposition n’a pas été signée par la SCI.

La société a ensuite établi un rapport de diagnostic et émis une facture s’élevant à 17.000 € HT, soit 20.332 € TTC, que la SCI a refusé de payer. La société a donc assigné la SCI devant le tribunal de grande instance d’Evry.

En première instance, la SCI a été condamnée à régler la somme de 20.332 € TTC à la société. La SCI a alors interjeté appel du jugement de première instance.

En appel, les juges du fond ont confirmé le jugement de première instance.

La cour d’appel retient que le contenu de différents documents (à savoir une attestation délivrée par un cabinet d’expert d’assurance choisi par la SCI, une attestation délivrée par un directeur d’agence d’architecte, un courriel adressé à la SCI par un expert de l’assureur de la SCI) « constituent un faisceau d'indices démontrant que c'est à la demande de la SCI ou à tout le moins avec son aval que la société […] a réalisé son expertise » et condamne en conséquence la SCI à payer le montant indiqué sur la facture en rémunération de la prestation réalisée par la société, nonobstant l’absence d’un écrit ou d’un commencement de preuve par écrit émanant de la SCI.

L’arrêt d’appel est cassé par la Haute Cour, qui retient que les juges d’appel ont violé l’article 1341 du Code civil dans sa rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance du 10 février 2016, qui prévoit l’obligation de l’existence d’un écrit pour tous les contrats ayant pour objet l’exécution d’obligations d’une valeur supérieure à 1.500 euros comme tel était le cas en l’espèce.

Par cette décision, la Cour de cassation rappelle une solution classique concernant l’admissibilité de la preuve en matière contractuelle, telle que prévue à l’ancien article 1341 du Code civil.

Pour rappel, l’ancien article 1341 du Code civil contient la règle énonçant l’obligation d'un écrit à titre probatoire pour toutes obligations portant sur un montant supérieur à 1.500 €, ce depuis le décret n°2004-836 du 20 août 2004.

Cette obligation s’applique uniquement aux actes juridiques, par opposition aux faits juridiques, dont la preuve n’est pas soumise à l’obligation de pré-constitution d’une preuve écrite.

Ainsi la jurisprudence soumet à l’article 1341 du Code civil, la preuve de l’existence d’un contrat lorsque la valeur de ses obligations est supérieure à 1.500 € (Cass. com., 31 janvier 1977, Bull. civ. IV, no 30 : s’agissant d’une cession d'actions de société anonyme ; Cass. civ., 1ère, 24 novembre 1976, Bull. civ. I, no 368 : s’agissant d’un mandat tacite).

Cette règle est reprise par le nouvel article 1359 du Code civil issu de l’ordonnance n°2016-131 du 10 février 2016, qui maintient l’exigence de l’écrit pour la preuve des actes portant sur une somme ou une valeur excédant un montant fixé par décret dans les termes suivants :

« L'acte juridique portant sur une somme ou une valeur excédant un montant fixé par décret doit être prouvé par écrit sous signature privée ou authentique. (…) ».

Pour précision, le montant de 1.500 euros a été repris par décret n°2004-836 du 20 août 2004.

A rapprocher : Article 1341 du Code civil dans sa rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance n°2016-131 du Code civil ; Article 1359 du Code civil dans sa rédaction issue de l’ordonnance n°2016-131 du Code civil

VOIR AUSSI

Nouveau numéro de Global Retail News

La lettre de la Distribution internationale

- Vu : 3882

Restez informés sur la distribution internationale avec Global Retail News, la seule lettre d'information sur le retail international.

> Lire la suite

Vers une obligation de non-concurrence de plein droit pendant la durée du contrat de franchise

Cass. com., 14 novembre 2018, n°17-19.851

- Vu : 3239

Même en l’absence d’un engagement personnel du dirigeant et d’une clause expresse de non-concurrence, l’exploitation indirecte, par le dirigeant de la société franchisée, d’une activité concurrente à celle du réseau de franchise, est incompatible avec l'exécution loyale du contrat de franchise et constitutive d’une faute grave.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105531
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87847
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43613
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43226
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©