webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Convocation d’une assemblée en vue de révoquer le gérant

Cass. com., 6 février 2019, n°16-27.560

Aux fins de pallier le refus du gérant de convoquer une assemblée générale amenée à statuer sur sa révocation, l’alinéa 7 de l’article L.223-27 du Code de commerce permet à tout associé de demander en justice la désignation d’un mandataire chargé de convoquer l’assemblée et de fixer son ordre du jour. 

La Cour de cassation vient de préciser que le juge saisi d’une telle demande ne dispose pas du pouvoir d’en apprécier l’opportunité, cette demande étant nécessairement conforme à l’intérêt social de la société.

***

Au regard de l’alinéa 2 de l’article L.223-27 du Code de commerce, la convocation des associés en assemblée générale est faite par le gérant ou, à défaut, par le commissaire aux comptes, s’il en existe un.

La tenue de l’assemblée est ainsi tributaire du bon vouloir du gérant de la société, lui seul pouvant convoquer les associés lorsque la société est dépourvue de commissaire aux comptes.

Le refus du gérant de convoquer une assemblée peut toutefois être surmonté : les articles L.223-27 et R.223-20 du Code de commerce permettent en effet à tout associé de demander en justice la désignation d’un mandataire chargé de convoquer l’assemblée et de fixer son ordre du jour.

Le mandataire est alors désigné par ordonnance du président du tribunal de commerce statuant en référé.

En l’espèce, le gérant et associé minoritaire d’une SARL avait refusé de convoquer une assemblée avec pour ordre du jour sa révocation et la nomination d’un nouveau gérant.

L’associé majoritaire avait alors saisi le président du tribunal de commerce conformément à l’article L.223-27 du Code de commerce.

Contre toute attente, la cour d’appel de Lyon a cependant rejeté sa demande dans un arrêt rendu le 18 octobre 2016, aux motifs que la révocation sollicitée était motivée par la volonté dudit associé majoritaire de nommer un gérant « plus captif pour servir ses intérêts propres » et par ailleurs qu’elle ne tendait pas, sous couvert de l’exercice de la démocratie sociale, à la préservation de l’objet social.

La chambre commerciale de la Cour de cassation casse et annule l’arrêt d’appel au visa notamment de l’article L.223-27 du Code de commerce dans une décision rendue le 6 février 2019.

Les juges de la Haute juridiction considèrent que la cour d’appel était tenue de faire droit à la demande de l’associé majoritaire et qu’elle n’avait pas à en apprécier l’opportunité.

La Cour de cassation oppose également aux juges du fonds, sous réserve qu’elle ne soit pas abusive, le principe de libre révocation du gérant, (article L.223-25 du Code de commerce), dont l’associé majoritaire s’est prévalu afin d’assurer le fonctionnement normal de la société, en précisant « qu’une telle demande respectueuse de la démocratie sociétaire était nécessairement conforme à l’intérêt social ».

A rapprocher : Article 1844-7 du Code civil

VOIR AUSSI

La preuve de la propriété des actions

CA Paris, 11 janvier 2018, n°16/10056

- Vu : 4575

Dans sa décision en date du 11 janvier 2018, la Cour d’appel de Paris a rappelé la portée de la présomption de propriété des actions fondées sur un ordre de mouvement de titres.

> Lire la suite

Le contrat conclu par une société en formation, s’il ne peut faire l’objet d’une reprise, est nul - Cass. com., 21 février 2012, pourvoi n°10-27.630

- Vu : 9611
Concernant les actes effectués avant immatriculation, et qui doivent être repris par la société après, le signataire doit spécifier dans les actes qu’il agit « pour le compte d’une société en formation », en indiquant les éléments concrets permettant d’identifier la future société. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83038
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 79780
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39160
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37328
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©