webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Les réseaux d’enseigne dans le commerce de détail alimentaire

Etude INSEE du 12 décembre 2018

L’Insee a publié le 12 décembre 2018 une étude concernant les réseaux d’enseigne dans le commerce de détail. En voici les enseignements majeurs.

Dans le commerce de détail alimentaire, les 300 réseaux d’enseigne existants réalisent 85 % du chiffre d’affaires du secteur (42 % par le commerce intégré et 43 % par le commerce indépendant organisé) et emploient 68 % des effectifs du secteur (34 % par le commerce intégré et 34 % par le commerce indépendant organisé).

Dans l’alimentation générale, le taux de pénétration des réseaux d’enseigne est très fort : 56% des magasins sont organisés en réseaux, soit la quasi-totalité des supermarchés et des hypermarchés (respectivement 95 % et 97 %), 82 %des magasins de surgelés et 36 % des supérettes.

La concentration du secteur de l’alimentation générale est très élevée : les cinq principaux centres de décision détiennent 43 % des enseignes et 69 %des magasins, ils réalisent à eux seuls 80 % du chiffre d’affaires de la grande distribution. Le poids économique du commerce d’alimentation générale est concentré sur treize grands acteurs détenant 95 % des magasins et réalisant 99 % du chiffre d’affaires.

Six magasins sous enseigne sur dix appartiennent au commerce indépendant organisé. Parmi les formes d’organisation des commerçants indépendants, la franchise est la plus courante (26 % des magasins en réseau) devant le groupement (17 %) et les autres formes (15 %). Ce résultat est principalement dû aux petites surfaces d’alimentation générale. Celles-ci sont en effet gérées à 81 % par des commerçants indépendants, en particulier par des franchisés (40 %). Le recours à des contrats commerciaux décroît avec la surface des magasins d’alimentation générale : seules 54 % des grandes surfaces sont gérées par des indépendants. L’alimentaire spécialisé et l’artisanat commercial se caractérisent par des proportions de magasins en succursales plus conséquentes (respectivement 64 %et 56 %).

Le chiffre d’affaires net moyen est près de trois fois plus élevé dans les petites, moyennes et grandes surfaces d’alimentation générale (environ 350 000 euros par personne occupée en 2016) que dans le commerce alimentaire spécialisé et l’artisanat commercial (de l’ordre de 120 000 euros). Par ailleurs, à secteur d’activité et taille donnés, les réseaux d’enseigne dégagent un chiffre d’affaires net moyen par personne occupée plus élevé que les commerçants indépendants isolés. Cela est particulièrement vrai lorsque le réseau est intégré.

Dans le commerce de détail alimentaire en magasin (hors artisanat commercial), le taux de marge commerciale est de 21 %. Il atteint 36 % en moyenne dans les magasins d’alimentation spécialisée. Pour les commerces d’alimentation générale, le taux de marge commerciale décroît avec la surface de vente, de 27 % en moyenne dans les supérettes à18 % dans les hypermarchés. À secteur d’activité et taille donnés, les réseaux d’enseigne ont un taux de marge commerciale en moyenne plus faible que les commerces indépendants isolés. Dans l’alimentaire spécialisé, les réseaux organisés principalement sur une base contractuelle enregistrent les taux de marge commerciale les plus faibles. Pour les grandes et moyennes surfaces, qui sont principalement organisées en réseau d’enseigne, il n’y a pas de différence significative entre les réseaux intégrés et les autres formes de réseau (groupements ou franchises).

VOIR AUSSI

La Revue INfluencia consacrée au Design vient de paraître

- Vu : 3702
INfluencia, la revue de la communication et des tendances, propose une version digitale gratuite de son dernier numéro consacré au Design. > Lire la suite

Brochure commerciale, vice du consentement et appréciation in concreto - CA Aix-en-Provence, 20 février 2014, RG n°12-01385

- Vu : 3483

Le seul fait que la rentabilité financière annoncée dans la brochure commerciale remise par le franchiseur au franchisé n’ait pas été atteinte n’est pas constitutif d’un dol, cause de nullité du contrat, notamment lorsque le franchisé a déjà exploité d’autres magasins de la même enseigne. L’existence ou non d’un vice du consentement s’apprécie donc in concreto.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 78286
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 67238
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38551
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35385
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©