webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Caractère abusif d’une clause autorisant l’exigibilité anticipée des sommes prêtées

Cass. civ. 1ère, 10 octobre 2018, n°17-20.441

Il incombe au juge de rechercher d’office le caractère abusif d’une clause autorisant la banque à exiger immédiatement la totalité des sommes dues en cas de déclaration inexacte de l’emprunteur.

Une banque a consenti à Mme Z un prêt immobilier remboursable en 240 mensualités, garanti par une caution, pour financer la construction d’une maison d’habitation à usage de résidence principale.

Le contrat de prêt prévoyait que les fonds seraient débloqués en plusieurs fois, sur présentation de factures validées par l’emprunteur, indiquant la ou les prestations faites, au fur et à mesure de l’état d’avancement des travaux.

Une clause des conditions générales du contrat de prêt prévoyait qu’en cas de déclaration inexacte de la part de l’emprunteur, la banque pourrait réclamer immédiatement la totalité des sommes dues au titre du prêt.

Constatant l’insincérité des factures présentées par l’emprunteur, pour débloquer les fonds au fur et à mesure de l’avancement des travaux, la banque lui a notifié l’exigibilité anticipée de toutes les sommes dues au titre du prêt.

La caution, subrogée dans les droits de la banque, a assigné l’emprunteur en paiement.

La Cour d’appel condamne l’emprunteur à payer à la caution une certaine somme, jugeant que l’insincérité des factures présentées à la banque était de nature à constituer une déclaration inexacte et justifiait donc l’exigibilité anticipée des sommes prêtées (CA Papeete, 2 mars 2017).

La décision est censurée au visa de l’article L.132-1, devenu L.212-1, du Code de la consommation, au motif qu’il incombe au juge de rechercher d’office si la clause autorisant la banque à exiger immédiatement la totalité des sommes dues en cas de déclaration inexacte de la part de l’emprunteur a un caractère abusif, en ce qu’elle est de nature à laisser croire que l’établissement de crédit dispose d’un pouvoir discrétionnaire pour apprécier l’importance de l’inexactitude et que l’emprunteur ne peut donc pas contester le bien-fondé de la déchéance du terme.

Cette solution est justifiée à double titre. D’une part, au regard du droit de la consommation, autorisant le juge à écarter d'office l'application d'une clause dont le caractère abusif ressort des éléments du débat, après avoir recueilli les observations des parties (article R.632-1 du Code de la consommation).

D’autre part, au regard du caractère potestatif de la clause dans la mesure où elle pourrait laisser croire que le créancier dispose d’un pouvoir discrétionnaire pour apprécier la sincérité des factures présentées par l’emprunteur, sans possibilité pour lui de contester devant le juge le bien-fondé de la déchéance du terme. L’affaire a donc été renvoyée devant la Cour d’appel de Papeete, autrement composée, pour qu’elle se prononce sur le caractère abusif ou non de la clause contestée.

A rapprocher : article L.212-1 du Code de la consommation

VOIR AUSSI

Absence de rupture brutale d’un contrat de concession exclusive - CA Paris, 15 janvier 2014, RG n°11/19862

- Vu : 5928

Le renouvellement tacite du contrat de distribution est exclu lorsque le contrat prévoit que les relations contractuelles pourront se poursuivre après le terme par le biais de la signature d’un nouveau contrat.

> Lire la suite

Comptes prévisionnels et préconisations du franchiseur - CA Paris, 30 mai 2013, RG n°12/09505

- Vu : 5429
Le franchisé ne peut imputer l'échec de son exploitation au caractère irréaliste des prévisionnels lorsqu’il n’a pas respecté les préconisations du franchiseur. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 71598
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 52512
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 37766
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 33222
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©