webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Apport partiel d’actif et cession : charge du passif ?

Cass. civ. 1ère, 4 juillet 2018, n°17-22.110

La Cour de cassation vient rappeler que le passif né dans le cadre d’une branche d’activité apportée par une société mère à sa filiale, dont les titres ont été par la suite cédés, ne peut être mis à la charge du tiers acquéreur, dès lors qu’une clause de l’acte de cession prévoit la prise en charge de ce passif par le cédant.

Ce qu’il faut retenir : La Cour de cassation, dans un arrêt du 4 juillet 2018, vient rappeler que le passif né dans le cadre d’une branche d’activité apportée par une société mère à sa filiale, dont les titres ont été par la suite cédés, ne peut être mis à la charge du tiers acquéreur, dès lors qu’une clause de l’acte de cession prévoit la prise en charge de ce passif par le cédant. La Cour de cassation rappelle à cette occasion le principe selon lequel « le contrat devient la loi des parties ».

Pour approfondir : Une société mère spécialisée dans l’équipement automobile (le « Cédant ») a fait apport d’une branche d’activité à sa filiale. Les titres de cette dernière (la « Société Cédée ») ont par la suite été cédés à un tiers acquéreur (le « Cessionnaire »).

Ces deux opérations ont successivement été formalisées par un contrat d’apport et contrat de cession.

Des salariés de la Société Cédée intentent alors une action en responsabilité à l’encontre du Cédant et du Cessionnaire en invoquant un préjudice d’anxiété lié à la présence d’amiante dans l’usine exploitée par la Société Cédée.

Le Cédant, se prévalant du traité d’apport partiel d’actif et notamment du mécanisme de transmission universelle de patrimoine qui y figure, demande au Cessionnaire de le garantir des condamnations mises à sa charge dans le cadre de cette action en responsabilité.

La Cour d’appel de Caen donne raison au Cédant, accueillant le raisonnement selon lequel la clause du traité d’apport stipulant expressément que la filiale bénéficiaire de l’apport s’oblige au paiement de la totalité des obligations et du passif liés à l’activité en question nés à la date de l’apport ou à naître après cette date, sans aucune exception ni réserve, et ce sans possibilité d’appel en garantie du Cédant.

Un pourvoi en cassation a été formé par la Société Cédée. La Cour de cassation casse et annule partiellement l’arrêt de la Cour d’appel.

La Cour de cassation relève que les clauses contenues dans l’acte de cession des titres sociaux de la société filiale prévoyaient une garantie par le Cédant au Cessionnaire de la conformité des opérations de l’activité apportée à la législation sur la sécurité et la santé au travail et de l’absence de faute inexcusable en matière de sécurité au travail.

Dès lors, cette clause s’oppose à ce que le Cessionnaire garantisse le Cédant des condamnations prononcées contre lui.

A rapprocher : Cass. com., 10 décembre 2003, n°02-11818 ; Cass. soc., 10 décembre 2014, n°13-22.430

VOIR AUSSI

Effet de la démission du dirigeant et respect du préavis contractuel

Cass. com., 20 septembre 2017, n°15-28.262

- Vu : 756

En application de l’article 2007 du Code civil, la démission d’un dirigeant de société constitue un acte juridique unilatéral qui produit ses effets dès sa communication à la société.

> Lire la suite

Le renforcement de l’efficacité de la promesse unilatérale

Article 1124 du Code civil réformé par l’ordonnance n°2016-131 du 10 février 2016

- Vu : 4499

L’ordonnance du 10 février 2016 portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations, renforce l’efficacité de la promesse unilatérale, désormais codifiée à l’article 1124 du Code civil. La rétractation de la promesse unilatérale n’empêchera plus la formation du contrat promis.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 71699
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 52774
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 37784
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 33266
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©