webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Validité d’un nantissement de compte-titres

Cass. com., 20 juin 2018, n°17-12.559

La Cour de cassation vient préciser pour la première fois que le nantissement d’un compte d’instruments financiers est réalisé, tant entre les parties qu’à l’égard de la société émettrice et des tiers, par la seule déclaration de gage signée par le titulaire du compte. Dès lors, il n’est pas nécessaire de la notifier à la société émettrice pour rendre le nantissement opposable aux tiers.

En l’espèce, une société avait souscrit un emprunt garanti par un gage d’instrument financier et été mise par la suite en liquidation judiciaire. Le liquidateur a proposé l’admission de la créance de la banque prêteuse qu’à titre chirographaire, en invoquant l’irrégularité de la déclaration de gage. Le Juge-commissaire a sursis à statuer dans l’attente d’une décision judiciaire sur la validité de la sureté consentie. La Cour d’appel a déclaré le gage de compte d’instruments financiers inopposable à la procédure collective, retenant que la déclaration de gage n’a pas été notifiée à la société émettrice. Cette décision a été censurée par la Chambre commerciale, économique et financière de la Cour de cassation au visa de l’article L. 431-4, I, du Code monétaire et financier (devenu l’article L.211-20 du même code, lequel énonce des règles identiques mais fait référence désormais à un « nantissement » de compte-titre au lieu et place de la « mise en gage » dudit compte). Le nantissement de compte de titres financiers est constaté :

  • par un intermédiaire mentionné à l'article L. 211-3 du Code monétaire et financier, un dépositaire central ou, le cas échéant, l'émetteur. Par ailleurs, lorsque les titres financiers sont inscrits dans un compte tenu par la société émettrice, les fruits et produits en toute monnaie de ces titres doivent être inscrits au crédit d’un compte spécial ouvert au nom du titulaire du compte nanti dans les livres de l’intermédiaire mentionné à l'article L. 211-3 du Code précité.

Ce compte spécial est réputé faire partie intégrante du compte nanti à la date de signature de la déclaration de nantissement ;

  • par la déclaration de nantissement de compte-titres elle-même, laquelle doit être datée et contenir les mentions visées par les articles L. 211-20 et D.211-10 du Code monétaire et financier, à savoir :

    • la dénomination « Déclaration de nantissement de compte de titres financiers » ;
    • la mention que la déclaration est soumise aux dispositions de l'article L.211-20 ;
    • le nom ou la dénomination sociale ainsi que l'adresse du constituant et du créancier nanti ou de leur siège social s'il s'agit de personnes morales ;
    • le montant de la créance garantie ou, à défaut, les éléments permettant d'assurer l'identification de cette créance ;
    • les éléments d'identification du compte spécial prévu au II de l'article L.211-20 lorsqu'un tel compte existe ;
    • la nature et le nombre des titres financiers inscrits initialement au compte nanti.


A rapprocher : Articles L.211-20 et D.211-10 du Code monétaire et financier

VOIR AUSSI

SAS : lorsque les statuts chapeautent les modalités de direction

Cass. com., 25 janvier 2017, n°14-28.792

- Vu : 3428

Le 25 janvier dernier, la chambre commerciale est venue clarifier les contours de l’inébranlable liberté contractuelle animant les sociétés par actions simplifiées (SAS).

> Lire la suite

La délégation de pouvoir à durée indéterminée est valable - Cass. com., 17 janvier 2012, pourvoi n°10-24.811

- Vu : 8019
La délégation peut être à durée indéterminée. Cela ne signifie pas pour autant qu’elle ne prendra jamais fin. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 78275
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 67218
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38550
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35379
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©