webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

La désignation d’un mandataire ad hoc en cas de mésentente entre associés

Cass. civ. 3ème, 21 juin 2018, n°17-13.212

La désignation d’un mandataire ad hoc aux fins d’obtenir, pour un associé, la communication d’informations comptables ainsi que la réunion de l’assemblée générale ordinaire chargée d’approuver les comptes d’une société, n’est pas soumise à la démonstration de circonstances rendant impossible le fonctionnement normal de celle-ci et la menaçant d’un péril imminent.

La mésentente entre associés peut être résolue de diverses manières : cession amiable de titres, exercice par un associé de son droit de retrait d’origine légale ou statutaire lorsqu’un tel droit existe, paiement de dommages et intérêts, désignation d’un administrateur provisoire ou, dans les cas les plus extrêmes, dissolution de la société.

La troisième chambre civile de la Cour de cassation, dans l’affaire qui était l’objet de son arrêt en date du 21 juin 2018, avait à connaître d’un litige né de la désignation d’un mandataire ad hoc.

En l’espèce, deux concubins, qui avaient constitué en 2004 une société civile immobilière pour des raisons d’optimisation fiscale dans le cadre de l’acquisition du logement commun, se séparent en 2008. Le Gérant de la SCI, également associé à 50 % de la SCI, ne transmet aucun document comptable à son associée (également à 50 %) et ex-concubine, ni ne convoque d’assemblée générale en vue d’approuver les comptes sociaux. Cette dernière sollicite auprès des tribunaux compétents l’exercice de son droit de retrait et la détermination de la valeur de ses parts sociales, avant de remplacer ces demandes par la désignation, pour une durée de 6 mois, d’un mandataire ad hoc chargé de se faire communiquer les livres et les documents sociaux pour les exercices clos de 2004 à 2015, d’établir les rapports qui devaient normalement être dressés par le gérant pour chacun d’eux, et de réunir l’assemblée générale ordinaire devant approuver les comptes et affecter les résultats.

Selon la jurisprudence de la Cour de cassation, il est nécessaire pour procéder à la désignation d’un administrateur provisoire, qu’il s’agisse d’un administrateur judiciaire (qui peut effectuer des actes de gestion) ou d’un mandataire ad hoc (dont la mission est plus restreinte), de démontrer que la mésentente entre associés rend impossible le fonctionnement normal de la société et la menace d’un péril imminent.

Si la plupart des commentateurs soulignent que cet arrêt marque une position de rupture de la chambre civile de la Cour de cassation par rapport à celle de la chambre commerciale, il nous semble qu’une autre interprétation puisse être retenue.

En effet, la jurisprudence a été développée jusqu’à présent sur le fondement des articles 809 (concernant le TGI) et 873 (concernant le Tribunal de commerce) du code de procédure civile relatifs aux procédures de référé, lesquels permettent au juge de prescrire « les mesures conservatoires ou de remise en état qui s’imposent, soit pour prévenir un dommage imminent, soit pour faire cesser un trouble manifestement illicite ».

La voie du référé, habituellement plus adaptée à ce type de demandes que la voie contentieuse classique en raison de sa rapidité, permet ainsi d’obtenir la désignation d’un administrateur qui pourra gérer temporairement la société ou simplement convoquer l’assemblée, en fonction des missions qui lui seront attribuées par le juge.

En l’espèce, l’associée de la SCI n’avait pas choisi la voie du référé, mais opté pour une assignation au fond, modifiant en cours d’instance ses demandes.

La Cour d’appel de Paris, approuvée par la Cour de cassation, nous semble donc avoir légitimement refusé de conditionner la désignation d’un mandataire ad hoc à la démonstration d’un péril imminent causé par la mésentente entre associés, condition caractéristique des demandes formulées dans le cadre d’une procédure en référé.

En conséquence, il suffit dans ce cas de démontrer, comme le TGI de Bobigny puis la Cour d’appel de Paris l’ont justement fait, que la société et son gérant avaient violé le droit de l’associée, en l’espèce le droit de participer à toutes les décisions collectives ainsi que le droit d’obtenir communication des éléments comptables et sociétaires, pour faire droit à la demande de désignation d’un mandataire ad hoc.

On relèvera enfin que si la voie du référé est généralement choisie pour obtenir ce type de décisions, un jugement au fond peut être rendu avec un délai raccourci si le Tribunal adopte la procédure à bref délai de l’article 905 du code de procédure civile comme cela semble avoir été le cas en l’espèce.

A rapprocher :  Cass. civ. 1ère, 17 octobre 2012, n°11-23.153 ; Cass. com., 29 septembre 2009, n°08-19.937

VOIR AUSSI

Défaut d’immatriculation d’une SCI et société en participation à durée indéterminée

Cass. civ. 3ème, 4 mai 2016, pourvoi n°14-28.243

- Vu : 4301

Une Société civile immobilière (SCI) faute d’avoir été immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) dans le délai prévu, demeure dépourvue de la personnalité morale et est soumise aux règles applicables aux sociétés en participation...

> Lire la suite

La holding animatrice de groupe : une qualification en passe d’être sécurisée ?

Communiqué de presse du 3 novembre 2015

- Vu : 3065

Le Conseil supérieur du notariat, le Conseil national des Barreaux et le Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables ont élaboré une définition commune de la holding animatrice qu’ils ont présentée le 3 novembre 2015 dans un communiqué de presse, la Commission des finances de l’Assemblée nationale ayant refusé de se saisir du sujet.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 71599
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 52512
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 37766
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 33222
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©