webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Vente immobilière et manœuvres dolosives du maître d’œuvre

Cass. civ. 3ème, 5 juillet 2018, n°17-20.121

Lorsque le maître d’œuvre agit en qualité de représentant du vendeur dans le cadre d’une vente immobilière, le dol commis par le maître d’œuvre à l’égard de l’acquéreur engage la responsabilité civile du vendeur lui-même.



Par acte authentique de vente du 8 mars 2011, une SCI a vendu un chalet à un acquéreur. La SCI venderesse avait mandaté l’agent immobilier, le notaire et le maître d’œuvre du chalet afin de réunir les documents et informations nécessaires à la rédaction de l’acte de vente. A ce titre, le maître d’œuvre avait attesté par écrit que le chalet était conforme au dernier permis de construire obtenu.

Or, après la conclusion de la vente, l’acquéreur apprend que le sous-sol du chalet, aménagé en espace d’habitation, avait été réalisé sans autorisation d’urbanisme. Estimant que son consentement à la vente avait été vicié par les manœuvres dolosives de maître d’œuvre, l’acquéreur assigne en paiement de dommages et intérêts :

  • la venderesse, sur le fondement du dol ;
  • le notaire, pour manquement à son devoir de conseil.

En appel, l’acquéreur est débouté de l’ensemble de ses demandes de condamnation, la Cour d’appel ayant considéré que l’acquéreur ne démontrait pas que la venderesse avait eu connaissance des manœuvres dolosives du maître d’œuvre.

Saisie d’un pourvoi, la Cour de cassation casse partiellement l’arrêt de la Cour d’appel.

S’agissant du devoir de conseil du notaire, le pourvoi est rejeté, au motif que le notaire qui se fonde sur une attestation précise et circonstanciée remise par un homme de l’art pour vérifier la régularité administrative des aménagements intérieurs d’une construction n’a pas manqué à son devoir de conseil.

S‘agissant du dol, l’arrêt d’appel est cassé au visa de l’article 1116 ancien du Code civil. La Cour de cassation considère que les manœuvres dolosives commises par le représentant du vendeur, lequel n’est pas un tiers au contrat de vente, engagent la responsabilité civile du vendeur lui-même. La Cour affirme donc qu’il importe donc peu, dans cette situation, que le vendeur n’ait pas personnellement commis le dol ou n’ait pas eu connaissance du dol commis par le mandataire.

Il conviendra de noter la spécificité des faits de cette affaire, le maître d’œuvre ayant agi en l’espèce en qualité de représentant du vendeur, en vertu d’un contrat de mandat.

Depuis la réforme des contrats, l’article 1138 nouveau du Code civil prévoit désormais expressément, dans le droit fil de cette jurisprudence, que :

« Le dol est également constitué s'il émane du représentant, gérant d'affaires, préposé ou porte-fort du contractant. Il l'est encore lorsqu'il émane d'un tiers de connivence ».

Le vendeur ainsi condamné aura tout intérêt à exercer une action récursoire en responsabilité civile à l’encontre du maître d’œuvre auquel les manœuvres dolosives sont imputables, afin d’obtenir le paiement des sommes qu’il a été condamné de verser à l’acquéreur.

A rapprocher : Article 1116 ancien du Code civil ; Article 1138 nouveau du Code civil issu de l’ordonnance n°2016-131 du 10 février 2016

VOIR AUSSI

La dénégation du droit au statut n’est pas soumise à la prescription biennale

Cass. civ. 3ème, 7 septembre 2017, n°16-15.012

- Vu : 994

L’action engagée par le bailleur visant à obtenir l’expulsion du locataire, en lui déniant l’application du statut des baux commerciaux pour défaut d’immatriculation à la date du congé ou à sa date d’effet, n’est pas soumise à la prescription biennale de l’article L.145-60 du Code de commerce.

> Lire la suite

Peut-on engager la responsabilité du constructeur après expiration du délai décennal ?

Cass. civ. 3ème, 5 janvier 2017, n°15-22.772

- Vu : 2148

La responsabilité du constructeur peut être engagée postérieurement à l’expiration du délai de garantie décennale, sur le fondement de la responsabilité contractuelle pour faute dolosive.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 73983
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 59033
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38192
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34208
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©