De nouvelles mesures publiées pour lutter contre les recours abusifs

Photo de profil - ROBERT-VEDIE Isabelle | Avocat associée | Lettre des réseaux

ROBERT-VEDIE Isabelle

Avocat associée

Décret n°2018-617 du 17 juillet 2018 portant modification du CJA et du Code de l’urbanisme (JO du 18.07.2018)

Dans l’attente de l’approbation de certaines dispositions figurant dans la loi Elan, débattue cette semaine au Sénat, destinées à améliorer le traitement du contentieux de l’urbanisme (article 24 du projet de loi), le décret n°2018-617 du 17 juillet 2018 portant modification du Code de justice administrative et du Code de l’urbanisme vient introduire de significatives modifications affectant le traitement de ce contentieux.

Le contentieux de l’urbanisme est d’une redoutable complexité : il est en effet le résultat d’un équilibre fragile entre le droit au recours des tiers et la nécessité d’accélérer et de sécuriser la construction, en particulier celle de logements, notamment dans les zones tendues.

Il a surtout de sérieuses conséquences sur la mise en œuvre des projets eux-mêmes : bien que non suspensif, un recours a en effet des conséquences directes sur le financement des opérations, gelé, et l’appétence des acquéreurs ou locataires potentiels.

Face à ces constats, Madame Christine Maugüe, Conseillère d’Etat a, aux termes d’un rapport présenté le 11 janvier 2018 au Ministre de la Cohésion des Territoires, Jacques Mézard, formulé une séries de propositions orientées vers quatre objectifs :

  • la réduction des délais de jugement des recours contre les autorisations d’urbanisme,
  • la consolidation des autorisations existantes,
  • l’accroissement de la stabilité juridique des constructions achevées,
  • l’amélioration de la sanction des recours abusifs.

Certaines de ces propositions doivent faire l’objet de modifications législatives : tel est l’objet de l’article 24 du projet de loi portant Evolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (dite loi ELAN), en cours de discussion par le Sénat. D’autres propositions figurent cependant d’ores et déjà dans le décret n° 2018-617 du 17 juillet 2018 portant modification du Code de justice administrative et du Code de l’urbanisme.

En substance, le décret prévoit :

  • L’obligation de confirmation, dans le délai d’un mois, par le requérant, et sauf en cas de pourvoi en cassation, du maintien de la requête au fond après le rejet de la requête en référé-suspension pour défaut de moyen sérieux d’annulation (article R.612-5-2) ; en cas de non confirmation, le requérant est réputé s’être désisté ;
  • La prolongation jusqu’au 31 décembre 2022 (au lieu du 1er décembre 2018) de la suppression du degré d’appel pour les contentieux dirigés contre les permis de construire ou de démolir un bâtiment à usage principal d’habitation ou contre les permis d’aménagement un lotissement lorsque le projet est envisagé sur le territoire d’une commune à fortes tensions sur le marché du logement ;
  • L’obligation de notification R.600-1 est désormais applicable à toutes les décisions relatives à l’occupation ou l’utilisation du sol régies par le code de l’urbanisme ;
  • L’obligation de joindre au recours formé contre une décision d’occuper ou d’utiliser le sol un justificatif de l’intérêt pour agir (titre de propriété, bail, convention d’occupation, statuts pour les associations) (article R.600-4) ;
  • La réduction de 1 an à 6 mois du délai à compter duquel il n’est plus possible de demander l’annulation de l’autorisation de construire lorsque la construction est achevée (R.600-3) ;
  • Le renforcement du mécanisme de cristallisation des moyens : si jusqu’à présent c’était au juge administratif de fixer une date au-delà de laquelle aucun moyen nouveau ne peut être soulevé, c’est désormais l’article R.600-5 du Code de l’urbanisme qui fixe à deux mois après la production du premier mémoire en défense le délai au-delà duquel le requérant ne peut plus soulever de moyens nouveaux. Le juge peut néanmoins fixer une nouvelle date ;
  • La fixation d’un délai maximal de jugement de 10 mois s’agissant des recours formés contre les permis de construire un bâtiment comportant plus de 2 logements ou contre les permis d’aménager un lotissement (R.600-6) ;
  • La possibilité d’obtenir du greffe de la juridiction administrative un certificat de non recours contre une décision relative à l’occupation ou l’utilisation du sol (R.600-7).

Les nouvelles rédactions des articles R.600-1, R.600-3, R.600-4, R.600-7 sont applicables aux décisions intervenues après le 1er octobre 2018 ; les articles R.600-5 et R.600-6 du Code de l’urbanisme, et R.612-5-2 du CJA sont applicables aux recours enregistrés à compter du 1er octobre 2018.

A rapprocher : Rapport de Christine Maugüe du 11 janvier 2018 : « Propositions de dispositions pour un contentieux de l’urbanisme plus rapide et plus efficace » ; Article 24 de la proposition de loi portant Evolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (ELAN)

Sommaire

Autres articles

some
Baux commerciaux : la demande de renouvellement aux clauses et conditions du bail expiré vaut offre de prix du bail en renouvellement
Le bailleur ayant accepté la demande du locataire sollicitant le renouvellement aux clauses et conditions du précédent bail, la demande en fixation du loyer du bail renouvelé doit être rejetée.
some
Covid-19 et non-paiement des loyers commerciaux pour la période d’avril et mai 2020
Si bailleur et preneur, en période de Covid-19, doivent, de bonne foi, se concerter sur la nécessité d’aménager les modalités d’exécution de leurs obligations respectives, les moyens du locataire – défaut dans l’obligation de délivrance du bailleur et...
some
Précisions nouvelles sur les prêts libellés en francs suisses et les clauses abusives
La CJUE considère que les clauses prévoyant l’allongement de la durée d’un contrat de prêt et l’augmentation du montant des mensualités sont susceptibles de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties.
some
[VIDÉO] Etat du marché en période de crise sanitaire, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire près de la Cour d’appel de Paris et agréé par la Cour de cassation, intervient dans le cadre de contentieux locatifs et d’indemnités d’éviction.
some
[VIDÉO] Baux commerciaux et marché locatif, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire intervenant dans le cadre de contentieux locatifs et d'indemnités d'éviction, aborde notamment dans cette vidéo le marché locatif, la baisse/hausse des loyers et la propriété commerciale.
some
Exploitation illicite : attention aux modifications apportées aux projets commerciaux en cours de réalisation !
Par un arrêt en date du 15 février 2021, la Cour administrative d’appel de Marseille, saisie par l’Association En Toute Franchise, a censuré le refus d’un Préfet de mettre en œuvre les pouvoirs de police qu’il détient en matière d’aménagement…