webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

CIR : les dépenses d’élaboration de nouvelles collections doivent être exposées en vue d’une production

CE, 9ème chambre, 28 mars 2018, n°391678

Le bénéfice du crédit d’impôt recherche est ouvert, sur le fondement des dispositions de l’article 244 quater B, II du CGI aux entreprises qui exercent une activité industrielle dans le secteur du textile, de l’habillement et du cuir lorsque les dépenses liées à l’élaboration de nouvelles collections sont exposées en vue d’une production dans le cadre de cette activité.

En l’espèce, l’administration fiscale a remis en cause le crédit d’impôt recherche 2008 dont la requérante avait bénéficié en vertu des dispositions de l’article 244 quater B, II-h du CGI. L’administration fiscale a en effet considéré que la société n’était pas éligible au CIR au motif qu’elle n’exerçait pas une activité industrielle. L’administration fiscale a donc procédé à un rappel de cotisation d’impôt sur les sociétés au titre de l’année 2008. La requérante a alors saisi le Tribunal administratif de Paris afin que ce dernier prononce la décharge de la cotisation supplémentaire d’impôt sur les sociétés. Le Tribunal a rejeté sa demande par jugement en date du 10 avril 2013, de même que la Cour Administrative d’appel de Paris dans un arrêt du 7 mai 2015. La requérante a donc saisi le Conseil d’Etat d’un pourvoi en cassation le 10 juillet 2015, à l’occasion duquel elle a soulevé une QPC, enregistrée le 17 août 2016. Dans la présente décision, le Conseil d’Etat a rejeté le pourvoi formé par la requérante au visa de l’article 244 quater B, II du CGI selon lequel : « Les dépenses de recherche ouvrant droit au crédit d’impôt sont […] h) les dépenses liées à l’élaboration de nouvelles collections exposées par les entreprises industrielles du secteur textile-habillement-cuir […] ». Le Conseil d’Etat précise que revêtent un caractère industriel, au sens de l’article précité, les entreprises du secteur textile-habillement-cuir exerçant une activité de fabrication ou de transformation de biens corporels mobiliers qui nécessite d’importants moyens textiles.

Après avoir rappelé que le Conseil constitutionnel a déclaré conforme à la Constitution le mot « industrielles » figurant à l’article précité, le Conseil d’Etat a indiqué que l’adoption de l’article 244 quater B s’est inscrite dans un objectif de soutien de l’industrie manufacturière en favorisant les systèmes économiques intégrés qui allient la conception et la fabrication de nouvelles collections, par l’octroi d’un avantage fiscal.

Il en résulte que les entreprises qui ne procèdent qu’à la conception et à la commercialisation de nouvelles collections, sans en assurer la production (en sous-traitant, en l’espèce, l’intégralité de la production à des entreprises chinoises) ne peuvent bénéficier du crédit d’impôt recherche à raison des dépenses engagées au titre de l’élaboration de nouvelles collections.

La doctrine administrative précise toutefois que, en cas de sous-traitance de la fabrication à des tiers, les entreprises du secteur textile-habillement-cuir peuvent bénéficier du crédit d’impôt recherche lorsqu’elles sont « propriétaires de la matière première et qu’elles assurent tous les risques de la fabrication et de la commercialisation. En revanche, les entreprises qui concèdent leur droit de fabrication sont exclues du dispositif. » (BOI-BIC-RICI-10-10 n°30).

A rapprocher : Article 244 quater B, II-h du CGI ; Décision n°2016-609 QPC du 27 janvier 2017

VOIR AUSSI

Apport partiel d’actif et cession : charge du passif ?

Cass. civ. 1ère, 4 juillet 2018, n°17-22.110

- Vu : 448

La Cour de cassation vient rappeler que le passif né dans le cadre d’une branche d’activité apportée par une société mère à sa filiale, dont les titres ont été par la suite cédés, ne peut être mis à la charge du tiers acquéreur, dès lors qu’une clause de l’acte de cession prévoit la prise en charge de ce passif par le cédant.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 71599
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 52512
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 37766
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 33222
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©